Citroën RE-2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Citroën RE-2
Rôle Hélicoptère expérimental
Constructeur Drapeau : France Citroën
Premier vol 1975
Mise en service Jamais entré en service
Nombre construit Un exemplaire
Équipage
Un pilote et un passager[1]
Motorisation
Type Un moteur rotatif Wankel Comotor 624
Puissance unitaire 190 ch
Nombre de pales 3
Dimensions
Diamètre du rotor 7.60 m
Longueur 9.50 m
Hauteur 2.60 m
Masses
À vide 700 kg
Maximale 950 kg
Performances
Vitesse de croisière 175 km/h
Vitesse maximale 205 km/h
Plafond avec effet de sol 2000[1] m
Distance franchissable 430 km

Le Citroën RE-2 est un hélicoptère léger expérimental, développé dans les années 1970 par le constructeur automobile Citroën. Les travaux furent confiés à Charles Marchetti[1], ancien chef ingénieur de la SNCASE[2], avec l'aide de Theodor Laufer qui avait réalisé le SNCASO SO.1221 Djinn à la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest[3].

Développements[modifier | modifier le code]

C'est en 1973 que les équipes de Charles Marchetti et de Citroën se mirent à travailler ensemble sur le programme de développement du futur RE-2. Il s'agissait alors de développer un hélicoptère biplace capable de concurrencer le Bell 47 alors largement présent sur le marché français. L'idée était aussi de diversifier l'activité du constructeur. Une partie de la sous-traitance industrielle fut confiée à Hurel-Dubois[1].

Les travaux furent menés assez rapidement et le le prototype du Citroën RE-2 réalisait son premier vol depuis un terrain d'aviation situé à La Ferté-Vidame. Malgré de bonnes qualités de vol, l'appareil ne réalisa que quelques vols d'essais entre 1975 et 1977. Il ne réussit jamais à obtenir un certificat de navigabilité permanent, se limitant à un temporaire délivré entre janvier et juin 1977[4].

Le Citroën RE-2 réalisa son dernier vol le 5 mai 1979 avant d'être convoyé jusqu'au musée[5] Citroën, installé dans l'enceinte même de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois[6] en Seine-Saint-Denis. Il semble acquis que ce programme était très onéreux pour le constructeur[1].

Architecture générale[modifier | modifier le code]

Le Citroën RE-2 se présente sous la forme d'un hélicoptère léger biplace côte à côte à cockpit fermé. Son moteur rotatif Wankel d'une puissance de 190 chevaux entraîne le rotor principal et le rotor anticouple, tous deux à trois pales. La structure même de l'appareil fait massivement appel au métal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Pierre Boulay, Les hélicoptères français, Guides Larivière, coll. « Minidocavia » (no 9), (ISBN 978-2-907-05117-0)
  2. « des hommes et des ailes 112a », sur pdennez.free.fr (consulté le 14 juillet 2019)
  3. « Citroën RE-2 », sur L'aviation dans tous ses états (consulté le 30 juillet 2019).
  4. Mazda Rotary Helicopter Engines
  5. (en) « http://ranwhenparked.net/2012/08/13/a-look-at-the-citroen-re-2-a-wankel-powered-helicopter-video/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. « Conservatoire CITROËN », sur aero.espace.vr.pagesperso-orange.fr (consulté le 14 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]