Citroën GS Birotor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën GS Birotor
Citroën GS Birotor
Citroën GS Birotor

Marque Drapeau : France Citroën
Années de production 1973-1975
Production 846 exemplaire(s)
Classe Familiale
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Moteur Comotor (Birotor Wankel):
995 cm3
Position du moteur Transversale avant
Puissance maximale 107 ch DIN (78,69 kW)
Couple maximal 140 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses Embrayage automatique et convertisseur, 3 vitesses + marche AR
Poids et performances
Poids à vide 950 kg
Vitesse maximale 175 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 14 s
Consommation mixte 12.8 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline
Châssis Monocoque acier
Coefficient de traînée 0,361
Suspensions hydropneumatique
Direction non assistée, à crémaillère
Freins à disques aux 4 roues (ventilés à l'avant)
Dimensions
Longueur 4 120 mm
Largeur 1 644 mm
Hauteur 1 370 mm
Empattement 2 552 mm
Voies  AV/AR 1 427 mm  / 1 348 mm
Volume du coffre 465 dm3
Chronologie des modèles

La Citroën GS Birotor (type GZ) est une version luxueuse de la Citroën GS, qui a la particularité d'être équipée d'un moteur Wankel birotor : le « moteur Comotor », commun à la NSU Ro 80. La GS Birotor est un modèle à part entière, puisque sa mécanique est inédite, sa carrosserie est spécifique avec notamment des ailes « bombées », et elle dispose d'un intérieur luxueux spécifique à cette version, parmi d'autres spécificités. Première voiture de série française équipée d'un Wankel[1], elle n'a plus grand-chose en commun avec les autres GS. Malheureusement, cette auto est née en plein choc pétrolier, ce qui la condamnera. Elle sera produite à seulement 846 exemplaires.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le bureau d'études Citroën envisage la variante GZ dès le cahier des charges d', bien qu'elle soit finalement commercialisée après la GS à moteur 4-cylindres à plat, de type GX. À partir de l'automne 1973, la GS est une des rares voitures à être ainsi équipée du « moteur Comotor » qui est un moteur à piston rotatif. Sa version Birotor (pour deux rotors, 107 ch DIN, 175 km/h, successeur de la Citroën M35), est produite pendant une très courte période, à seulement 846 exemplaires[2] : sa fiabilité, avec l'usure prématurée des segments d'étanchéité du rotor et surtout l'énorme consommation (entre 12 et 20 litres au 100 km), à l'époque du choc pétrolier, stoppent sa commercialisation un an après sa sortie. Elle possède entre autres particularités un réservoir de carburant de plus grande contenance (56 litres au lieu de 43), et son soubassement lui est spécifique.

Une peinture deux tons (sur certains modèles), des ailes élargies pour abriter des pneus de 165 x 14 et un train avant totalement différent, qui préfigure celui de la CX, au lieu des 145 x 15 des autres GS, distinguent la GS Birotor des autres GS et un tableau de bord spécifique avec cadrans ronds qui sera repris sur les séries X et X2 avant le nouveau tableau de bord de 1977.

Technique[modifier | modifier le code]

« Moteur Comotor » de la GS Birotor. On notera la petite taille du bloc.

Le « moteur Comotor » (birotor) est produit par la société du même nom : Comotor, une entreprise commune entre le français Citroën et l'Allemand NSU, qui en dotera sa Ro 80 dans une version 626 (ce même moteur trouvera place sur la moto Van Veen OCR 1000). Ce moteur ne se vidange pas, il est lubrifié à travers le carburateur et l'huile se consume doucement au fil des utilisations. Il est doté d'une pompe à air pour achever la combustion des gaz dans le pot d'échappement (système dit de « post-combustion actif en 2e »). L'absence de pièces en mouvement alternatif permet au moteur de tourner très vite, à tel point qu'une alerte sonore alerte le conducteur en cas de sur-régime (un système qui existera plus tard sur les Mazda Rx).

La Birotor sera produite à un peu moins de 850 exemplaires entre 1973 et 1975. Devant les problèmes de fiabilité rencontrés, Citroën décide, en 1975, de récupérer tous les exemplaires pour les détruire, en offrant une CX en remplacement. Une cinquantaine d'exemplaires ont toutefois réussi à échapper à leur sort.

Moteur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Moteur Comotor.
Motore Wankel birotore.JPG
Moteur Comotor (Birotor Wankel)[3]
Type moteur 624
Cylindrée 995 cm3 (2 x 497,5 cm3)
Cylindres Deux rotors en triangle curviligne dans deux chambres épitrochoïdales (équivalent en régularité cyclique à six cylindres alternatifs)
Soupapes Aucune
Arbre à cames Aucun
Excentricité 14 mm
Largeur d'un rotor 67 mm
Rapport volumétrique 9 : 1
Puissance maxi 107 ch DIN à 6 500 tr/min
Couple maxi 14 mkg à 3 000 tr/min
Type de carburant RON 97
Carburation Carburateur SOLEX 32 DDITS à 2 corps jumelés, chaque corps alimente une trochoïde
Position Transversal à l'avant du véhicule
Kilomètre départ arrêté 34,1 secondes
0 à 100 km/h 14 s
Vitesse maxi 175 km/h
Consommation 12,8 L/100

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Bretin et Stéphane Wlodarczyk, « La Citroën GS birotor : « première française à moteur rotatif » », Rotativement Vôtre (consulté le 24 janvier 2015)
  2. (en) « GS (GZ) Birotor », Citroënët (consulté le 24 janvier 2015)
  3. François Bretin et Stéphane Wlodarczyk, « Fiche technique Citroën GS Birotor », Rotativement Vôtre (consulté le 24 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]