Citroën BX 4TC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën BX 4TC Evolution
Citroën BX 4TC

Citroën BX 4TC

Présentation
Constructeur Citroën
Année du modèle 1985
Spécifications techniques
Cylindrée 2 141 cm3
Position du moteur longitudinale avant
Partenaires Michelin, Total
Histoire en compétition
Pilotes Jean-Claude Andruet - Philippe Wambergue
Courses Victoires Pole Meilleur tour
15 0 - -

Chronologie des modèles

La Citroën BX 4TC est une voiture de compétition produite par Citroën et issue de la voiture de tourisme Citroën BX. Un modèle de série, basé sur la version de rallye, a été construit à 200 exemplaires, pour répondre aux exigences de la catégorie Groupe B du championnat du monde. Un recensement est même effectué [1].

Version course[modifier | modifier le code]

Avec comme objectif le Championnat du monde des rallyes 1985, le développement de la nouvelle groupe B se déroule sous le contrôle des services commerciaux de Citroën. C'est la BX qui, dès 1983, est choisie. Le cahier des charges se révèle contraignant au vu des ambitions : il faut garder l'architecture de la BX et prendre un maximum de pièces de série[1]. Les voitures sont construites par le service compétition Citroën et les coques par Heuliez. Les premiers tests se déroulent sur circuit en décembre 1985, mais révèlent de gros handicaps : poids élevé, manque de puissance et suspensions hydrauliques augmentant le sous-virage. Après deux abandons pour casse et sortie de route au Monte-Carlo 1986, C'est en Suède que la BX obtiendra sa meilleure place, sixième, grâce à Jean-Claude Andruet. À leur dernière participation au rallye de l'Acropole, les trois BX abandonnent. Citroên se désengage ensuite du championnat suite aux drames du Portugal et du tour de Corse, pour améliorer ses voitures[2],[3].

En dehors de l'expérience en Championnat du monde des rallyes, la voiture a été engagée en rallycross en 1989 par Jacky Pivert, mais sans résultat significatif pour lui.

En 1991, 1992 et 1993 Jean-Luc Pailler devient cependant triple Champion de France de rallycross avec sa Turbo 4x4, ainsi que Champion d'Europe de Division 2 en 1993.

Version série[modifier | modifier le code]

Citroën BX 4TC
Image illustrative de l'article Citroën BX 4TC
Citroën BX 4TC à Grenoble au Citroen Sport Classique en 2007

Marque Drapeau : France Citroën
Années de production 1985
Production 200 exemplaire(s)
Classe Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne à turbocompresseur Garrett
Position du moteur longitudinale avant
Cylindrée 2141 cm3
Puissance maximale 200 ch
Couple maximal 294 Nm
Transmission intégrale
Boîte de vitesses 5 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 1280 kg
Vitesse maximale 220 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 7,5 s
Châssis - Carrosserie
Suspensions Hydropneumatique
Direction crémaillère assistée
Freins Disques ventilés
Dimensions
Longueur 4512 mm
Largeur 1830 mm
Hauteur 1360 mm
Empattement 2612 mm

L'homologation en groupe B exige la fabrication et la vente au public de 200 versions routières "clients". Seuls 86 exemplaires (aussi réalisés par Heuliez) trouvèrent preneurs, les invendues furent détruits par Citroën[4]. Le prix de la BX 4TC était de 248 500 F en 1986. Une des Citroën BX 4TC conservée par Heuliez dans son conservatoire a été mise en vente le 7 juillet 2012 par Artcurial. Cette BX 4TC était annoncée comme roulante, en excellent état de carrosserie, avec un habitacle impeccable. Elle affichait 1036 kilomètres au compteur. Cet exemplaire présentait deux particularités : d'une part, la voiture fut en son temps assemblée à la main par des élèves en carrosserie du Lycée Professionnel de Niort, d'autre part, pour la distinguer des autres modèles, elle fut peinte en noir. Estimation : 40 000 à 60 000 euros - Montant de l'enchère : 32 167 euros[5],[6]. Moteur 10 CV : 4 cylindres en ligne (carter en fonte) 2 141 cm3, à turbocompresseur Garett avec échangeur air/air, injection K Jetronic Bosch, 200 ch DIN à 5 250 tr/min. Boîte de vitesses type SM à cinq rapports. Performances : 220 km/h et 0 à 100 km/h en 7,5 secondes.

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La BX 4 TC : Chronique d’une mésaventure, sur citroracing-historique.org, consulté le 8 avril 2011
  2. Profil de la BX 4 TC, sur rallye-info.com, consulté le 8 avril 2011
  3. La BX 4 TC : Rendez-vous manqué, sur automobile-sportive.com, consulté le 8 avril 2011
  4. La citroën BX 4TC sur automobile-sportive.com
  5. http://leroux.andre.free.fr/h3m.htm
  6. https://www.facebook.com/media/set/?set=a.633609569988942.1073741828.100000197157639&type=3