Cité perdue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruines de Ciudad Perdida (en français "Cité perdue")

Cette page liste les cités perdues soit mythiques, soit historiques, disparues à la suite d'un déclin fatal, d'une guerre ou d'une catastrophe. L'adjectif perdues désigne dans cette expression des lieux qui n'existent plus en tant que cités, que leur localisation soit connue ou inconnue.

Catégories de cités perdues[modifier | modifier le code]

Dans l'imagination populaire, les villes perdues furent des lieux d'habitation prospères et bien peuplés. Les cités perdues historiques entrent généralement dans trois larges catégories :

  • Leur disparition a été si complète qu'aucune connaissance de la ville ne subsistait jusqu'à leur redécouverte.
  • Leur localisation a été perdue, mais leur mémoire a été maintenue grâce à des mythes et des légendes.
  • Leur existence et leur localisation ont été toujours connues, mais elles ne sont plus habitées.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Afrique de l'Est :
    • Aksoum — Centre de l'empire aksoumite entre le Ier et le VIe siècle de notre ère.
    • Kilwa — est le nom d’un ancien puissant sultanat présent sur les îles homonymes, où on trouve les ruines de cette civilisation passée importantes pour la culture swahilie.
  • Afrique du Nord :
    • Bulla Regia — ancienne ville mégalithique puis cité romaine.
    • Carthage — à l'origine une cité phénicienne, détruite par Rome lors des guerres puniques, puis reconstruite. Plus tard capitale du royaume vandale en Afrique du Nord. Reconquise par l'Empire byzantin, elle déclinera après la conquête arabe et la fondation de Tunis.
    • Djemila, ancienne ville romaine dans le Nord de l'Algérie.
    • Dougga — dans l'actuelle Tunisie, alliée de Rome contre Carthage à la fin les guerres puniques.
    • Kalaa des Beni Hammad, cité islamique en Algérie, première capitale de la dynastie des Hammadides, abandonnée.
    • Leptis Magna — cité punique puis romaine située dans l'actuelle Libye. Ville natale de l'empereur d'origine Septime Sévère qui y entreprit des travaux importants, y compris le détournement du lit d'une rivière voisine. Cette rivière reprit plus tard son cours précédent, enterrant la plus grande partie de la ville sous la vase et le sable.
    • Volubilis — Cité romaine située dans l'actuel Maroc. Ses ruines, qui comprennent notamment des mosaïques et un arc de triomphe, sont visibles dans la région de Meknès, à proximité de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun.
    • Sijilmassa, ancienne cité médiévale commerciale dans le Sud du Maroc.
    • Tahert, ancienne cité médiévale en Algérie, capitale de la dynastie des Rostémides, détruites par les Fatimides.
    • Timgad, ancienne cité romaine, dans l'Est algérien.
    • Tiraline[1] - selon la légende très répandue dans la région de Safi au Maroc, est une ville engloutie par la mer à 7 000 mètres du cap Cantin (cap Beddouza) à 33 km de Safi. Certains plongeurs affirment l’avoir vue. Personne n’a jamais pu présenter de photos des lieux. Juste avant sa mort, le commandant Cousteau projetait de la visiter.

Asie[modifier | modifier le code]

Proche et Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Asie centrale[modifier | modifier le code]

Asie orientale[modifier | modifier le code]

Asie du Sud-est[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Cités nord-américaines[modifier | modifier le code]

Cités inca[modifier | modifier le code]

Cités maya[modifier | modifier le code]

Autres cités d'Amérique centrale ou du sud[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abdellatif Chlikha, « Mon Bled », 1,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aude de Tocqueville, Atlas des cités perdues, éditions Arthaud, 2014

Articles connexes[modifier | modifier le code]