Cité de l'architecture et du patrimoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cité de l'architecture
et du patrimoine
Image illustrative de l'article Cité de l'architecture et du patrimoine
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro-et-du-11-Novembre
Coordonnées 48° 51′ 47″ nord, 2° 17′ 22″ est
Informations générales
Type Musée national
Date d’inauguration
Collections Moulages monumentaux
Peintures murales
Vitraux
Maquettes
Dessins
Films
Prototypes
Superficie 22 000 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 237 200 (2012)[1]
513 000 (2013)[2]
Site web www.citedelarchitecture.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cité de l'architectureet du patrimoine

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Cité de l'architectureet du patrimoine

La Cité de l'architecture et du patrimoine, installée dans l'aile « Paris » du palais de Chaillot (place du Trocadéro) est, avec ses 22 000 m2, le plus grand centre d'architecture au monde.

Mission[modifier | modifier le code]

La Cité de l’architecture et du patrimoine, présidée par Guy Amsellem, est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication.

Elle a pour mission d’assurer la promotion de l’architecture française en France et à l’étranger, et de faire découvrir les œuvres emblématiques du patrimoine architectural français et la création contemporaine internationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Cité de l’architecture du patrimoine découle de la fusion initiale de trois institutions, selon ses statuts issus du décret no 2004-683 du 9 juillet 2004[3], codifié aux articles R. 142-1 et suivants du code du patrimoine :

  • Le Musée des monuments français, dont l'origine remonte au musée de sculpture comparée créé en 1879 par Viollet-le-Duc. Il rassemble des collections de maquettes, mais aussi de moulages, de peintures murales et de vitraux reproduisant, grandeur nature, les chefs-d'œuvre de l'histoire patrimoniale française[4] ;
  • L'École de Chaillot, qui forme, depuis 1887, les praticiens se destinant aux concours et carrières d'architecte en chef des monuments historiques (ACMH), puis d'architecte des bâtiments de France (ABF), aujourd'hui « architecte urbaniste de l'État » (AUE, option Patrimoine), ainsi que les architectes du Patrimoine français et étrangers qui y obtiennent le diplôme de spécialisation et d'approfondissement (DSA) en « architecture et patrimoine »[5] ;
  • L'Institut français d'architecture (IFA), organisme créé en 1981 pour assurer la promotion de l'architecture contemporaine française et conserver les archives d'architectes.

En 2016, la Cité a été réorganisée en cinq départements. Elle comporte également une importante bibliothèque spécialisée de plus de 45 000 documents, cinq espaces d'expositions temporaires totalisant plus de 2 000 m2, une collection de plus de 7 560 moulages et oeuvres d'art, outre le dépôt de maquettes et de la matériauthèque du Centre de recherches sur les monuments historiques et un centre d'archives d'architecture externalisé au 127 rue de Tolbiac dans le 13e arrondissement, un auditorium-salle de cinéma de 450 places, des ateliers pédagogiques, un restaurant et une librairie boutique.

La préfiguration de la Cité de l'architecture a été faite à partir de 1998 par Jean-Louis Cohen. François de Mazières a été, en 2004[6], chargé de la présidence de cette nouvelle entité. Après réaménagement des bâtiments par Jean-François Bodin, la cité est inaugurée le 17 septembre 2007. En octobre 2009, François de Mazières est reconduit à la présidence de l'établissement public de la Cité de l'architecture et du patrimoine[7]. Depuis fin 2012, la présidence a été confiée à Guy Amsellem[8].

Pour son fonctionnement, la Cité de l’architecture intègre des ressources financières venant aussi de partenaires privés, dont trois depuis sa fondation : Bouygues Immobilier (promotion immobilière), Groupe Moniteur (presse spécialisée), Vitra (mobilier)[9].

La Cité de l’architecture est à l'origine de la création de l’Observatoire de la ville, qui a comme objectif « d'apporter aux nombreux acteurs de ce secteur (habitants, promoteurs, élus, architectes, urbanistes...) un lieu d'information, de réflexion prospective et d'échanges, afin de créer les circonstances propices au débat, pour imaginer des solutions innovantes et proposer des applications concrètes aux acteurs de la ville de demain. »[10].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2013, la Cité de l'architecture et du patrimoine a accueilli 513 000 visiteurs (+ 40 % par rapport à 2012)[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Verrière de la Cité de l'Architecture

Ce site est accessible par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Cohen et Claude Eveno, Une cité à Chaillot : avant-première, Besançon, éditions de l'Imprimeur, 2001, 120 pages.
  • François de Mazières (éd.), Cité de l'architecture et du patrimoine, Beaux-Arts Éditions, Paris, 2007 (ISBN 978-2842785567)
  • Simon Texier, L'architecture exposée: La Cité de l'architecture et du patrimoine, Découvertes Gallimard, Paris, 2009 (ISBN 978-2070360468)
  • Laurence de Finance (éd.), Guide du musée des Monuments français à la Cité de l'architecture et du patrimoine, Dominique Carré éditeur, Paris, 2010 (ISBN 978-2-915755-20-6)

Lien externe[modifier | modifier le code]