Cirque de Varus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cirque de Varus
Image illustrative de l’article Cirque de Varus
Obélisque du Pincio qui ornait la spina du Circus Varianus.

Lieu de construction Regio V Esquiliae
Sessorium
Date de construction Vers 220 ap. J.-C.
Ordonné par Élagabal
Type de bâtiment Cirque romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome3.png
Cirque de Varus
Localisation du cirque de Varus dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 15″ nord, 12° 31′ 11″ est
Liste des monuments de la Rome antique

Le cirque de Varus (Circus Varianus) fut vraisemblablement construit à la fin de l'époque des Sévères sur le territoire d'une grande villa impériale : le Sessorium. Il fut durant l'Antiquité romaine un hippodrome pour les jeux du cirque.

Le nom du cirque provient du nom de naissance de l'empereur Élagabal : Varius Avitus Bassianus.

Construction et fonction[modifier | modifier le code]

Probablement construit sous le règne d'Élagabal (218-222), il serait un des édifices du palais du Sessorium, un complexe résidentiel impérial dont la construction fut commencée par l’empereur Septime Sévère et terminée par l’empereur Élagabal. Ces empereurs auraient doté le complexe impérial d’un amphithéâtre (l'amphithéâtre Castrense), et de ce cirque, réservé à leur usage et celui de leurs ses hôtes. Il fut utilisé pour les spectacles et manœuvres militaires en honneur de la cour impériale, jusqu'à la construction du mur d'Aurélien[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Des vestiges du cirque sont visibles dans la zone située derrière la Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem, construite sur les vestiges d'un salle du Sessorium. Le tracé du cirque était parallèle à celui de l'aqueduc de Claude. Les dimensions du cirque sont estimées à 565 m de long et 115/125 m de large[1].

Obélisque d'Antinoüs[modifier | modifier le code]

L'obélisque d'Antinoüs avait été transporté d'Égypte et érigé sur la Via Labicana en l'honneur du jeune Antinoüs, favori de l'empereur Hadrien, vers 110-130 avant d'être déplacé vers le Sessorium, et mis en place sur la spina du cirque[1].

L'obélisque d'Antinoüs resta enterré, brisé en trois parties, jusqu'en 1570. Il fut alors restauré et réérigé dans les jardins du Pincius.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il fut plus tard incorporé dans le mur d'Aurélien (construit entre 270 et 275) entourant la ville de Rome. Ce réemploi permettait de réduire les coûts et d’avancer les travaux plus rapidement en évitant de démolir le cirque ou de dévier le mur. Nombre d’autres monuments subirent le même sort. Le mur d'Aurélien traversait la piste du cirque à environ 100 mètres des stalles de départ : 20 % de l'édifice était dans l'enceinte du nouveau mur[1].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le cirque fut redécouvert en 1959 au nord de la basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem. L'ensemble du bâtiment a pratiquement disparu : il ne reste rien des tribunes ou de la spina.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Filippo Coarelli, traduit de l’italien par Roger Hanoune, Guide archéologique de Rome, édition originale italienne 1980, Hachette, 1998, (ISBN 2012354289), pp. 164-165

Voir aussi[modifier | modifier le code]