Cirque d'hiver Bouglione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Cirque d'Hiver (Paris) ou Cirque Joseph Bouglione.

Cirque d'hiver Bouglione
illustration de Cirque d'hiver Bouglione
Le Cirque d'Hiver.

Création 1934
Siège social Cirque d'Hiver (Paris)
Drapeau de France France
Activité Spectacles vivants
Site web http://www.cirquedhiver.com/

Le Cirque d'hiver Bouglione est une compagnie de cirque française basée au Cirque d'Hiver à Paris 11e, dont la famille Bouglione a fait l'acquisition en 1934. Depuis 2015, il se produit également en tournée dans toute la France[1].

Il est dirigé par les frères Sampion et Émilien Bouglione[2] (fils de Joseph Bouglione et Rosa Bouglione) ainsi que par leurs enfants. Francesco Bouglione en est le directeur administratif, Louis-Sampion Bouglione en est responsable de la communication[3] et Thierry Bouglione en est directeur artistique[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Le , Joseph Bouglione (dit Sampion Bouglione Senior) et ses fils, les quatre frères Bouglione, Alfred (dit Alexandre Ier), Joseph Ier, Firmin Ier, et Nicolas (dit Sampion II)[5], reprennent le Cirque d'Hiver à Paris, payé comptant en pièces d'or. De grands artistes s'y produisent, de Pauline Borelli, la première dompteuse, à l’écuyère Émilie Loisset, de Jules Léotard à Lilian Hetzen, des Fratellini à Grock et Zavatta, d’Alex à Pipo, d’Albert Rancy à Gilbert Houcke…

De 1931 à 1958, le Cirque d'Hiver présente périodiquement des spectacles narratifs reprenant la tradition de la pantomime, oubliée en France depuis la Première Guerre mondiale.

« La Perle du Bengale », « La Princesse saltimbanque », « Les Aventures de la princesse de Saba », sont trois pantomimes célèbres, spectacles grandioses dans lesquels les Bouglione sont passés maîtres.

La partie clownesque de ces spectacles réunissait les plus grands clowns de l'époque : les frères Fratellini dans Les Fratellini en Afrique en 1933 et Les Diamants du Radjah en 1934, Antonet et Beby dans La Reine de la Sierra en 1935, et surtout Achille Zavatta qui y fit ses débuts et y connut ses premiers succès. Il forma un duo avec Despard dans La Perle du Bengale et La Princesse saltimbanque en 1936, dans Le Courrier du Texas en 1937 et dans Les Aventures de la princesse de Saba en 1938 ; ainsi qu'avec son frère Michel dans L'Idole de Shanghai en 1939.

Les Bouglione ont donné au Cirque d'Hiver des spectacles de cirque régulièrement jusqu'en 1984.

En 1999, la nouvelle génération Bouglione reprend le flambeau et insuffle au Cirque d'Hiver un vent de renouveau, renouant avec les succès. Le Cirque d'Hiver accueille à nouveau une saison de cirque, produisant chaque hiver et pour plusieurs mois un spectacle de cirque traditionnel : ce sont « Salto » (1999), « Piste » (2000), « Trapèze » (2001), « Le Cirque » (qui célébrait en 2002 l’anniversaire des 150 ans du monument), « Voltige » (2003), « Bravo » (2004), « Audace » (2005), « Artistes » (2006), « Vertige » (2007), « Etoiles » (2008), « Festif » (2009), « Prestige » (2010), « Virtuose » (2011) « Eclat » (2012), « Phénoménal » (2013), « Géant » (2014), « Rire » (2015), "Surprise" (2016), "Exploit" (2017), "Extra" (2018) et "Défi" (2019).

En 2015, la famille Bouglione part en tournée en France, le cirque y présente sa nouvelle création intitulée « Bravo ». Pour l'occasion, un nouveau chapiteau de 1 800 places est installé sur de grandes places de France[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Saint-Malo. Le cirque Bouglione s’installe pour trois jours », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)
  2. « Émilien Bouglione, propriétaire du Cirque d'Hiver à Paris | Judith Lussier / URBANIA | Urbania », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)
  3. « Bouglione à nouveau sur les routes », L'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)
  4. « Un Lion Man chez Bouglione », sur www.routiers.com (consulté le 13 mai 2017)
  5. « Cirque d'Hiver - Direction des 4 frères Bouglione », sur Circus Parade, (consulté le 13 mai 2017)