Cinquième risque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cinquième risque est associé en France au projet de réforme de la dépendance. Le concept de cinquième risque consiste à mettre en place un nouveau champ de sécurité sociale en plus des 4 déjà existants.

Cette mesure pourrait apporter une solution à la crise à laquelle font face les Ehpad et établissements de santé spécialisés en manque de moyens et d'effectifs pour accueillir les seniors.

La réforme de la dépendance a été annulée par Nicolas Sarkozy le 1er février 2012 en raison du coût et du mode de financement à trouver[1]. Sous le gouvernement Ayrault, la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement a prévu une augmentation de l’enveloppe annuelle de 700 millions d'euros pour l'accompagnement de l'autonomie des personnes âgées ainsi qu'une revalorisation de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA). En 2018, Emmanuel Macron projette à nouveau l'instauration d'un cinquième risque.

Historique[modifier | modifier le code]

On distinguait en France quatre types (appelés risques) qui forment les quatre branches de la sécurité sociale :

  • La branche maladie (maladie, maternité, invalidité, décès)
  • La branche accidents du travail et maladies professionnelles
  • La branche vieillesse et veuvage (retraite)
  • La branche famille (dont handicap, logement, RSA…).

Le cinquième risque consiste en la création d'une cinquième branche dont l'objectif sera de couvrir les risques de la vie liés à la dépendance notamment du fait de l’avancée en âge, de la perte d’autonomie ou du handicap.

Le financement[modifier | modifier le code]

Un rapport du Sénat a été élaboré en 2007 sur la dépendance[2] et par le Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. En 2009, son financement a été évalué à 18,5 milliards d'euros environ, personnes âgées et handicapées incluses[3].

Pour les personnes âgées dépendantes, Les besoins totaux estimés en 2007 par le Sénat s'élevaient à environ 8 milliards d'euros. La part majeure du coût en EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) correspond aux frais d'hébergement (maison de retraite) étant estimés à 7,3 milliards d'euros duquel il faut déduire l'ASH (aide sociale à l'hébergement) et l'APL Aide personnalisée au logement s'élève en 2007 soit environ 1,6 milliard d'euros soit un coût supporté par les personnes et leur famille estimé à 5,3 milliards d'euros.

À cette somme, il faut ajouter le coût de l'APA à domicile 651 millions d'euros en 2007 et du reste à charge pour la personne 1 million d'euros en moyenne soit 750 millions d'euros[pas clair].

Références[modifier | modifier le code]

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]