Cini Boeri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boeri.
Cini Boeri
1954 Cini Boeri.jpg
Cini Boeri en 1954 à Milan
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (95 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Renato Boeri (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Stefano Boeri
Sandro Boeri (d)
Tito BoeriVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Cini Boeri, de son vrai nom Maria Cristina Mariani Dameno, née le à Milan, en Italie, est une architecte et designer italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère est professeur, et son père est fabbriciere (administrateur) de la Basilique Saint-Ambroise de Milan. Mais son véritable père naturel, dont elle fait la connaissance adolescente, est un avocat[1]. En 1951, Cini Boeri est diplômée, en architecture, de l’École polytechnique de Milan[2] et travaille à partir de 1952 dans l'agence de design de Marco Zanuso[3].

Palazzo dei Diamanti, Ferrara. Un projet créé par Cini Boeri en collaboration avec Marco Zanuso

En 1963, elle ouvre sa propre agence, toujours à Milan, et se lance, comme Marco Zanuso et Richard Sapper, dans des expérimentations sur le plastique[4]. Elle imagine ainsi des bagages en ABS moulé, commercialisés par Franzi. Elle crée également pour Arflex, l'année suivante, le fauteuil Borgogna, un fauteuil confortable, modulable, extensible, et dont les accotoirs servent de support à un téléphone, une lampe, des revues, etc.[4],[5]. Dans les années 1960, elle conçoit des pièces de musée, des bureaux, des magasins, mais aussi des maisons, telles la villa Rotonda et la Casa Bunker à La Maddalena, en accordant une grande attention à l'organisation fonctionnelle de l'espace et de la relation entre l'homme et son milieu[6],[3].

Le sofa flexible Serpentone est créé en 1970 et devient un des objets emblématiques de la collection Arflex et des meubles des années 1970 : il est composé d'une quarantaine (ou plus) d'éléments modulaires en mousse de polyuréthane collés entre eux, et il peut prendre des formes concaves ou convexes selon les intérieurs et les désirs des utilisateurs. Il est présenté à l'exposition Italy : The New Domestic Landscape organisée au Museum of Modern Art (MoMA) de New York, en 1972, avec la chaise longue Boboluego et des lampes en PVC, à têtes rotatives[4]. En 1970 toujours, elle dessine les tables Lunario, pour Knoll, des tables basses ovales en verre trempé avec une base décalée[7],[8]. En 1979, elle imagine avec Laura Grizziotti les sièges et canapés de la famille Strips. Huit ans plus tard, en 1987, elle frappe les esprits en créant le fauteuil Ghost, pour Fiam Italia, un fauteuil construit à partir d'une feuille de verre courbée[4].

Cini Boeri est également une conférencière et une pédagogue de renom. Elle a enseigné, de façon naturelle, à l’École polytechnique de Milan, cette université milanaise dont elle est issue. Elle a donné des conférences et des conférences en Italie, aux États-Unis, au Brésil, en Allemagne, en Suisse, en Espagne, etc.[9]..

Récompense[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Cecilia Avogadro, Cini Boeri, architetto e designer, Silvana Editoriale, .
  • (en) Bernd Polster, The AZ of modern design, Merrell, , p. 74.
  • (it) Margherita Guccione, « Cini Boeri: progettare è una gioia, ma anche un impegno », Domus,‎ (lire en ligne).
  • Marguerite Davault, Béatrice Didier (dir.), Antoinette Fouque (dir.) et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, vol. 1, Éditions des femmes, , « Boeri, Cini (Milan 1924) », p. 573.

Webographie[modifier | modifier le code]