La Cinéscénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cinéscénie)

La Cinéscénie
Scène Le Bal 1930, en septembre 2013
Scène Le Bal 1930, en septembre 2013
Localisation
Parc Puy du Fou
Lieu Les Epesses, Drapeau de la France France
Coordonnées 46° 53′ 29″ nord, 0° 55′ 39″ ouest
Ouverture
Données techniques

La Cinéscénie est un spectacle nocturne qui a lieu au Puy du Fou, dans le département de la Vendée, et qui retrace l'histoire de la région au travers des Maupillier, famille vendéenne.

Le spectacle de la Cinéscénie[modifier | modifier le code]

Le conseil général de la Vendée achète en 1977 le site du château et y crée, avec l'aide de l'État et dans l'esprit des projets muséographiques de Georges Henri Rivière, un écomusée (ainsi qu'un centre de recherches et de documentation) animé par le conservateur départemental Francis Ribémont. Cet écomusée a depuis fermé ses portes, ses collections ayant rejoint en 2006 l'Historial de la Vendée, nouvel équipement muséographique réalisé à les Lucs-sur-Boulogne par le conseil général, et les archives départementales pour les ouvrages et documents[1]. Le Puy du Fou rachète le château en 2012 conseil général de la Vendée[2].

Parallèlement à l'écomusée est créé un spectacle nocturne qui retrace l'histoire d'une famille locale, du Moyen Âge au XXe siècle : les Maupillier[3]. La mise en scène utilise le château en fond de scène et exalte « le mythe d'un âge d'or durant lequel nobles et gens du peuple auraient été soudés par un même idéal communautaire, image qui ne reflète pas la réalité de l'époque »[4] mais « qui a servi jusqu'à nos jours à consolider une culture politique dont témoignent les commémorations du Puy-du-Fou, sans doute les plus spectaculaires du genre »[4].

Née de l'imagination de Philippe de Villiers[5] en 1977 et incarnée, depuis, par 4 000 bénévoles appelés « Puyfolais », la Cinéscénie réunit 2 400 acteurs, 2 000 projecteurs, 28 000 costumes, 142 jets d'eau. De 1982 à 2002, la musique diffusée est signée, bénévolement, Georges Delerue ; en 2003, pour les vingt-cinq ans du Puy du Fou, Nick Glennie-Smith a renouvelé la musique du spectacle. Quelques acteurs célèbres ont prêté leur voix au spectacle : Gérard Depardieu, Philippe Noiret, Jean Piat, Robert Hossein, Alain Delon, Suzanne Flon, Catherine Salviat, Michel Duchaussoy. La scène — agrandie en 2005 — s'étend sur 23 hectares. Avec une tribune panoramique de 13 069 places[6], la Cinéscénie accueille près de 360 000 spectateurs par an, lors de ses vingt-huit représentations. Les effets spéciaux comme la projection d'images sur un mur d'eau, ont été créés par les membres du Puy du Fou.

Depuis 1977, la Cinéscénie est un spectacle privé propriété de l'Association du Puy du Fou (loi 1901), qui ne perçoit aucune subvention publique ou investissement d'actionnaire extérieur[7]. Le premier spectacle a eu lieu le [8]. 81 000 visiteurs y assistent la première année, alors qu'il en fallait 40 000 pour amortir les couts[9].

Le château du Puy du Fou dans les années 1970 avant l'arrivée des Puyfolais, de la Cinéscénie et du Grand Parc.

Les différents tableaux[modifier | modifier le code]

  • Le Marchand de quenouilles : il y a un seul personnage, le « Marchand de quenouilles », qui met les spectateurs en situation. Cette scène sert d'introduction au spectacle.
  • Le Prélude : cette scène est revue en 2017 où s'amorce un dialogue entre le Petit Jacques et son ancêtre au Moyen Âge.
  • La Quintaine : les chevaliers du Puy du Fou organisent un tournoi de quintaine.
  • L'Arrivée de François Ier : François Ier revenant de Bayonne arrive au Puy du Fou.
  • Le Départ du Roi/Venise : après un concert instrumental d'enfants, Catherine du Puy du Fou offre au roi François Ier un bal vénitien.
  • Le Ballet des chevaux : présentation du carrousel. Habillés d'or et de sang, les chevaux se cabrent, le Puy du Fou dresse ses chevaux aux sauts d'école.
  • La Vie quotidienne : scène montrant le travail quotidien des Vendéens où la joie règne.
  • L'Hiver : la vie est difficile.
  • Les Semeuses : les danseuses montrent des Vendéennes semant le blé : les glaneuses.
  • La Présentation des armées : les Vendéens ne supportent pas la Révolution française et ses méthodes (la Terreur…), la levée de 300 000 hommes, les prêtres jureurs et la mort du roi.
  • La Révolte : les paysans vendéens se révoltent, entraînant avec eux leurs futurs généraux (d'Elbée, Stofflet, Bernard de Marigny, Cathelineau, Bonchamps, Sapinaud de la Verrie, Charette, Lescure et La Rochejaquelein).
  • Le Tocsin des âmes : des chants de guerre sont repris en chœur par les paysans.
  • Les Adieux : Jacques Maupillier part à la guerre, mais sa femme essaye de le retenir. Les Vendéennes chantent pour dire adieu à leurs maris.
  • 1793 : les colonnes infernales du général Louis-Marie Turreau arrivent au Puy du Fou. On assiste à une confrontation entre « Bleus » (les républicains) et « Blancs » (les Vendéens). Pendant les combats, le général Bonchamps est touché. Les Vendéens, envahis d'un désir de vengeance, sont rappelés à l'ordre par le général mourant qui gracie l'ensemble des prisonniers républicains. Cette scène représente la bataille de Cholet (17 octobre 1793).
  • Le Rêve : dans un flash-back, Jacques Maupillier se souvient de la petite fille au tambour et de sa mort.
  • La Vie reprend : la Vendée panse ses plaies, tout doucement, elle se relève.
  • Le Marché : les Vendéens se rendent au marché, s'amusent à la cavalcade avec les chars des quatre saisons, et font la danse de la brioche, danse traditionnelle.
  • La Lettre du Poilu : une femme reçoit des nouvelles de son mari parti à Verdun, en première ligne, en répétant ces mots : bonne santé, bon moral.
  • La Procession : c'est la fin de la guerre. La famille Maupillier est sans nouvelles de Jacques. Une procession est organisée à la mémoire des poilus vendéens tombés au combat devant le monument aux morts près des nouveaux vitraux de l'église.
  • Le Béret : Jacques Maupillier est mort, un officier ramène son béret à sa femme.
  • Le Bal 1930 : c'est jour de fête, les Vendéens dansent au son du violon et de l'accordéon sur la musique du spirou dans cette période florissante d'entre deux guerres.
  • Les Réfugiés des Ardennes : le château est bombardé quand, soudain, on voit apparaître une longue file de gens menés par une petite fille ayant perdu ses parents.
  • Le Ballet d'hiver : les danseuses dansent au milieu de l'étang et des jets d'eau devant le château tels « des farfadets glissant sur l'eau profonde ».
  • Le Final : tous les Puyfolais sont réunis et dansent.
  • L'Hymne et salut final : les Puyfolais sont alignés, chantent puis saluent avec des genêts dans les mains.

Modifications apportées au spectacle au fil des années[modifier | modifier le code]

Régulièrement, des modifications techniques ou scéniques sont apportées au spectacle.

  • En 1978, l'aire scénique est constituée de l'avant-scène, de la terrasse du château, du ponton flottant où évoluent les danseuses du Ballet d'hiver et de l'île. Elle fait une superficie d'environ 7 hectares. Les projecteurs ne sont autres que des phares de voiture, les jets d'eau des arroseurs de jardin et les acteurs des amateurs peu expérimentés. Quelques chevaux, prêtés, sont présents sur scène.
  • En 1990, inauguration de la nouvelle tribune de 9 000 places en vue panoramique[9].
  • En 1997, à l'occasion des vingt ans de la Cinéscénie, la tribune est agrandie de 2 000 places supplémentaires, portant la capacité totale à 14 000 places.
  • En 2000, la scène s'enrichit du donjon, à gauche du château, dû à la nouveauté 2000 du Grand Parc.
  • En 2003, une nouvelle musique originale est composée pour le spectacle par Nick Glennie-Smith.
  • En 2005, le village des Ouches est agrandi : désormais, il y a une église.
  • En 2008, à l'occasion de ses trente ans, c'est un nouveau final qui voit le jour avec 130 jets d'eau d'une hauteur de 30 mètres.
  • En 2009, la scène du Rêve est remaniée avec de nouveau effets techniques inédits.
  • En 2010, le jeu des acteurs est revu, et la chaumière des Maupillier sort de terre grâce à un système de vérins à pression hydraulique.
  • En 2011, les scènes de la Première Guerre mondiale et des Réfugiés des Ardennes sont revues.
  • En 2012, le début de la scène de la guerre de Vendée est revue avec la présence de « Tambours de Feu » ainsi que la fin de la scène du Marché avec de nouvelles musiques originales. Dans un même temps, de nouvelles projections viennent embellir le château Renaissance. Première étape de la transformation de la tribune où les bancs sont remplacés par des sièges individuels pour un meilleur confort.
  • En 2013, la scène de la Quintaine est entièrement revue avec de nouveaux accessoires ainsi qu'une nouvelle musique originale de Nick Glennie-Smith.
  • En 2014, la scène du Marché est aussi revue avec une nouvelle musique originale de Nick Glennie-Smith. Apparition de drones nommés neopters apportant de nouveaux effets de mise en scène. Des améliorations au niveau de la lumière se poursuivent en partenariat avec Koert Vermeulen (en).
  • En 2015, la scène de la Renaissance s'étoffe, Catherine du Puy du Fou offre au roi François Ier un bal vénitien. Pour cette scène, quatre gondoles de 18 m de long sortent de l'eau et le château se transforme en palais des Doges. Dans un même temps, la chanson de l'Adieu est modifiée avec la participation de Natasha St-Pier. Les acteurs saluent avec des genêts au moment du salut final.
  • En 2016, la scène de la Procession est modifiée avec l'ajout de deux nouvelles passerelles. Quinze neopters font leur apparition durant la scène des Croix.
  • En 2017, construction du village du rempart. Il s'agit d'un nouveau décor-village de 70 mètres à la gauche du château. Évolution des neopters (drones) avec 12 neopters pour la scène des croix (bougies), 5 neopters pour la scène de la liberté (drapeaux tricolores) et, enfin, 20 neopters pour le final (danseuses). Le prélude est complètement revu. Les derniers bancs en bois en bas de la tribune sont remplacés par des sièges individuels pour plus de confort, réduisant la capacité de la tribune à 13 069 spectateurs[6].
  • En 2018, le milieu du spectacle est revu, la scène du chant des moulins est supprimée et une nouvelle scène apparaît, le « Tocsin des âmes », intercalée entre la « Révolte » et les « Adieux ». Les neopters sont remplacés par trente modèles plus stables et pouvant transporter des bannières de 12 m2[10].
  • En 2019, la scène du « Rêve » accueille un nouveau décor, une chapelle en ruine détruite par les flammes. La voix de Gérard Depardieu est posée sur cette nouvelle scène. Deux cents personnages font leur apparition et des nouveaux costumes. La tribune est dotée de sièges individuels.
  • En 2020, des modifications sont également apportées telles une nouvelle musique originale composée par Nick Glennie-Smith pour la scène du Marché.

Les Puyfolais[modifier | modifier le code]

Le mot « Puyfolais » a été créé dans les premières années de la Cinéscénie. Ce mot désigne tous les bénévoles qui participent au spectacle (acteurs), mais aussi aux techniciens de la régie, personnes de l'accueil, vendeurs de confiseries, conducteurs des bus qui emmènent les visiteurs âgés et handicapés aux pieds des tribunes, sécurité, plongeurs, etc.

Ils sont plus de quatre mille, pour la plupart issus des communes des alentours, réunis en association pour se produire chaque week-end d'été. Chaque représentation nécessite la présence de 1 500 à 2 000 bénévoles, dont 1 500 acteurs, cavaliers et environ 500 personnes pour les différents services (régie technique, accueil et billetterie, postes de secours et permanence médicale, sécurité du site, etc.). Ils disposent, en outre, d'un journal interne, Le Puyfolais, ainsi que d'un site internet dédié.

Critiques : une vision orientée de l'histoire de la Vendée[modifier | modifier le code]

Jean-Clément Martin et Charles Suaud, professeur de sociologie à l'université de Nantes et directeur du Centre nantais de sociologie, font remarquer que le spectacle de la Cinéscénie dépeint une société paysanne vendéenne faussement uniforme, « privée de ses contradictions internes », occultant à la fois les affrontements ayant eu lieu en Vendée entre catholiques et protestants pendant les guerres de Religion et les rapports de domination économique et sociale entre nobles et paysans[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le château du Puy du Fou »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ideoguide.com, .
  2. Victoria Gairin, « Le Défi », dans Jérôme Cordelier, Thibaut Déléaz, Victoria Gairin, Catherine Golliau et Étienne Gernelle (dir.), Puy du Fou : Les secrets de la nouvelle multinationale du spectacle, Paris, Le Point, (ISBN 978-2-85083-031-0, ISSN 0242-6005), Un songe italien, p. 23.
  3. L'association généalogique Nos Trois Branches
  4. a et b Valérie Sottocasa, « Ceux qui disent non », L'Histoire, no 342,‎ , p. 65 (lire en ligne).
  5. Philippe de Villiers et Michel Chamard, L'Aventure du Puy du Fou : entretien avec Michel Chamard, Lyon, Éditions de la Loupe, , 196 p. (ISBN 9782848682457 et 2848682450, OCLC 762567787)
  6. a et b V. G., « Coronavirus : après la polémique des 12000 spectateurs, le Puy du Fou revoit sa copie », Le Parisien, (consulté le 21 décembre 2020).
  7. « Saison record pour le Puy du Fou : 1,6 million de visiteurs »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur francenetinfos.com, .
  8. « Le Puy du Fou fête ses 30 ans de succès, entre Histoire et spectacle », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 12 février 2017).
  9. a et b Catherine Golliau, « Le Défi », dans Jérôme Cordelier, Thibaut Déléaz, Victoria Gairin, Catherine Golliau et Étienne Gernelle (dir.), Puy du Fou : Les secrets de la nouvelle multinationale du spectacle, Paris, Le Point, (ISBN 978-2-85083-031-0, ISSN 0242-6005), Comment les « Puyfolais » déplacèrent les montagnes, p. 10-11.
  10. « Saison 2018, la Cinéscénie s'enrichit d'innovations »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur vendee-tourisme.com (consulté le 30 juillet 2018).
  11. Jean-Clément Martin et Charles Suaud, « Le Puy du Fou : l'interminable réinvention du paysan vendéen », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 93, no 1 « L’invention du passé national / Le ghetto vu de l’intérieur »,‎ , p. 21-37 (lire en ligne).

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]