Cinémathèque Robert-Lynen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cinémathèque Robert-Lynen
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Site web
Salle de projection de la cinémathèque Robert-Lynen.

La cinémathèque Robert-Lynen est la plus ancienne cinémathèque de France, créée en 1926 par la ville de Paris sous le nom de cinémathèque scolaire de la ville de Paris.

Elle est située 11, rue Jacques-Bingen dans le 17e arrondissement, depuis 1948 dans un bel hôtel particulier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La cinémathèque Robert Lynen a été créée en 1926 par le conseil de Paris.
Elle s'installe en 1948 rue Jacques-Bingen, dans un hôtel particulier, don du collectionneur argentin Charles-Vincent Ocampo à la ville. Cet hôtel avait été construit en 1893 par l’architecte Édouard Dailly pour Madame Aubernon qui y avait tenu un salon réputé.

En 1948 la cinémathèque a accueilli aussi un ciné club qui réunira jusqu'à 550 adhérents.
On lui a donné le nom de l’acteur Robert Lynen (1920-1944) en 1968.

Missions[modifier | modifier le code]

Ses missions sont de :

  • projeter les films auprès des écoles maternelles et élémentaires grâce à un système de prêt ;
  • organiser pour les écoles de la ville de Paris et les centres de loisirs des projections dans un réseau de plusieurs salles partenaires ;
  • diffuser les films auprès d'écoles maternelles et élémentaires de la Ville de Paris (7 000 films projetés chaque année à plus de 122 établissements) ;
  • former les enseignants, les animateurs des centres de Loisirs à la lecture des films, l'histoire du cinéma et de la photographie depuis 1991 ;
  • animer des classes culturelles et ateliers de cinéma et de photographie ;
  • conserver les documents cinématographiques (3 800 courts-métrages dont notamment 400 films scientifiques, techniques artistiques et de découvertes des autres pays réalisés à partir de 1910) ;
  • conserver les documents photographiques, vues sur verre ainsi que plus de 10 000 négatifs anciens sur Paris et 3 250 plaques autochromes de la collection Jules Gervais-Courtellemont.

Elle dispose en outre d’une salle de projection, aménagée au début des années 1950, permettant d'accueillir un public restreint depuis 1992, tant que des travaux de mise en conformité n'auront pas été entrepris[1],[2],[3],[4].

De nombreux partenariats sont menés avec la cinémathèque française, la cinémathèque de Toulouse, la cinémathèque de Grenoble, L'enfance de l'art, Images en bibliothèques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A ce jour, la Mairie de Paris a souhaité pérenniser la structure et prévoit la mise aux normes du bâtiment....
  2. « Il faut sauver la cinémathèque Robert Lynen ! », L'Obs, .
  3. Arnaud Schwartz, « À Paris, l'avenir incertain de la cinémathèque Robert-Lynen », La Croix, .
  4. Clarisse Fabre, « Paris : quel avenir pour la Cinémathèque Robert-Lynen ? », Le Monde, .

Liens externes[modifier | modifier le code]