Cinéma national populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNP.

Cinéma national populaire (CNP)
illustration de Cinéma national populaire
L'entrée du CNP Terreaux en 2011.

Création
Disparition
Fondateurs Robert Gilbert
Roger Planchon
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Projection de films cinématographiques

Cinéma national populaire, plus généralement connu sous son sigle CNP, est une ancienne société d'exploitation cinématographique française[1] qui possédait trois cinémas classés Art et Essai à Lyon : CNP Terreaux (4 salles), CNP Bellecour[2] (3 salles) et CNP Odéon (1 salle).

Ces salles rouvrent sous le nom des Cinémas Lumière en 2016, incluant le cinéma La Fourmi, aussi racheté par l'Institut Lumière.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Cinéma national populaire est fondé le par Robert Gilbert et Roger Planchon, directeur du Théâtre de la Cité de Villeurbanne, devenu, en 1972, Théâtre national populaire, dont il s'inspire[3].

Dans le mouvement de démocratisation culturelle, l'objectif est alors de présenter au plus grand nombre, à travers des prix attractifs (abonnements, tarifs pour les comités d'entreprise), du cinéma d'auteur. Les premières projections proposent le film de René Allio, L'Une et l'Autre, et le documentaire des cinéastes de la Nouvelle Vague, Loin du Vietnam[3].

Sous la direction de Robert Gilbert, le CNP ferme les salles de Villeurbanne, Caluire et Vénissieux pour ouvrir trois cinémas à Lyon, dans le quartier de la Presqu'île : le CNP Terreaux (1976, quatre écrans), le CNP Grolée (1982, un écran; renommé par la suite CNP Odéon en 1988), et le CNP Bellecour (1983, trois écrans).

En 1984, la société embauche le futur producteur Bruno Peyzerie comme directeur de programmation[4].

Robert Gilbert meurt en 1993, et Roger Planchon rachète ses parts, devenant PDG du CNP qui devient indépendante du TNP en 1996, sous le nom de la société anonyme Cinéma national populaire, dont il détient 97 % du capital, tandis que le TNP prend la forme de la SARL Compagnie de la Cité[4],[5].

En 1998, Planchon revend pour 3,5 millions de francs les salles à Galeshka Moravioff, fondateur des Films sans frontière et exploitant du Bastille, à Paris, et le César et du Variétés à Marseille. Le montant de cette vente, la personnalité du nouveau propriétaire, et l'absence de garantie de l'avenir des salles créent une polémique[5],[6],[7].

Classées Art et Essai (pour 2009, la subvention du CNC était de 28 620 euros pour Bellecour, 12 595 euros pour l'Odéon et 12 400 euros pour les Terreaux[8]), les salles lyonnaises poursuivent leur activité pendant dix ans. Confronté à la concurrence des multiplexes, puis du Comœdia, l'Odéon, dont la programmation permet de compenser les choix plus exigeants des deux autres salles, voit sa fréquentation s'effondrer jusqu'à sa fermeture[9] à l'été 2009. L'avenir des deux autres cinémas paraît également incertain[3],[10].

En novembre 2014, l'Institut Lumière rachète les deux cinémas restants[11],[12],[13]. Ils ferment le 14 décembre 2014[14],[15] en vue de travaux de rénovation (en particulier dans le respect de la nouvelle loi sur l'accessibilité) et vont être placés sous la direction de Sylvie Da Rocha[16].

En septembre 2016, un jugement prononce l'interdiction prévue à l'article L. 653-8 du code de commerce à l'encontre de M. Galeshka Moravioff, pour une durée de 4 ans[17]. Il s'agit d'une "interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler, directement ou indirectement, soit toute entreprise commerciale ou artisanale, toute exploitation agricole et toute personne morale, soit une ou plusieurs de celles-ci"[18]. Le 5 octobre, la société « Bastille Saint-Antoine » de M. Galeshka Moravioff, qui exploite les cinémas Les Variétés et Le César, est placée en redressement judiciaire par décision du Tribunal de commerce de Paris[19],[20].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

CNP Terreaux[21]
  • Adresse : 40 rue Édouard-Herriot, 69001 Lyon
  • 4 salles de 140, 80, 54 et 51 places (en 2014)
  • équipement image/son : numérique, Dolby
CNP Odéon[22]
  • Adresse : 6 rue Grolée, 69002 Lyon
  • 1 salle de 300 places
  • équipement image/son : 35 mm, Dolby
CNP Bellecour[23]
  • 12 rue de la Barre, 69002 Lyon
  • 3 salles de 79, 67 et 60 places (en 2014)
  • équipement image/son : numérique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CINÉMA NATIONAL POPULAIRE », sur societe.com, (consulté le 1er septembre 2018)
  2. CNP Bellecour
  3. a b et c Richard Schittly, « Avec la fin de l'Odéon, le cinéma art et essai prend un rude coup à Lyon », Le Monde du 4 septembre 2009
  4. a et b Jean-Charles Lemeunier, « Planchon veut vendre ses salles d'art et essai », l'Humanité, 23 mars 1998
  5. a et b Ange-Dominique Bouzet, « « Planchon, ennemi du Lyon cinéphile », Libération, 6 mai 1998
  6. Non signé « Roger Planchon assigné en justice à Lyon », la Tribune de Genève, 24 octobre 1998
  7. Ange-Dominique Bouzet « Un cinéma au rachat contesté. Le tribunal de grande instance statuera sur la vente du CNP de Lyon. », Libération, 24 septembre 1998.
  8. Voir la « liste des établissements classés art et essai en 2009 (après la commission d'appel) »[1] publiée par le CNC [2]
  9. « Au cinéma, tous les jours : entretien avec Ivan Sougy et Steve Gallepie », Site des Spectres du Cinéma, 12 novembre 2009 (page consultée le 15 décembre 2009)
  10. Gérald Bouchon « La dernière séance du CNP Odéon, plus vieux cinéma de Lyon » Lyon 1re, 5 septembre 2009
  11. « Les CNP Lyon changent de propriétaire », sur Institut Lumière, (consulté le 17 janvier 2015)
  12. « Lyon: l'Institut Lumière, nouveau propriétaire des cinémas CNP », sur L'Express, (consulté le 17 janvier 2015)
  13. « L’Institut Lumière s’offre les CNP, le cinéma feuilleton à Lyon », sur Rue89Lyon, (consulté le 17 janvier 2015)
  14. Christelle Monteagudo, « CNP : le programme du week-end spécial avant la fermeture », sur LyonCapitale.fr, (consulté le 17 janvier 2015)
  15. « Lyon : dernières séances pour les CNP », sur France 3 Rhône-Alpes, (consulté le 17 janvier 2015)
  16. « Sylvie da Rocha, la nouvelle tête des cinémas CNP », sur Exit, (consulté le 24 août 2015)
  17. « Extrait de jugement Bodacc A n°20160188 »,
  18. « Article L653-8 »,
  19. « Cinéma : Variétés et César en redressement judiciaire »,
  20. « Blog des amies et partenaires du cinéma les Variétés »
  21. http://www.europa-cinemas.org/fr/cinema/fiche_salle.php?IdSalle=126&IdPeriode=85
  22. http://www.europa-cinemas.org/fr/cinema/fiche_salle.php?IdSalle=125&IdPeriode=85
  23. http://www.europa-cinemas.org/fr/cinema/fiche_salle.php?IdSalle=124&IdPeriode=85