Cinéma guinéen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cinéma guinéen englobe les films et l'ensemble de la filière cinématographique en Guinée.

La cinématographie guinéenne est l'une des plus anciennes sur le continent africain (après l'Afrique du Sud en 1910, la Tunisie en 1924, l'Egypte en 1928 ou encore Madagascar en 1937 et le Congo en 1950)[1], puisqu'elle a vu jours avec Mamadou Touré dans Mouramani sortie en 1953 sous l'administration coloniale. Elle prend un véritable envol après l’accession a l’indépendance avec la création de Syli-Cinéma en 1967[2]. Les pionniers du cinéma d'alors Moussa Kémoko Diakité dans Naitou[3], Barry Sekou Oumar dans Et vient la liberté[4]. A l’avènement de la deuxième république le cinéma change, ont passe des langues nationales pour le français et depuis l'avènement du numérique le nombre de nouveaux films accroît régulièrement.[style à revoir]

Le cinéma guinéen souffre cependant d'un manque criant de professionnalisme, tandis qu'il est particulièrement difficile pour les producteurs guinéens de trouver un financement décent.[réf. nécessaire]

Depuis 2004 les passionnés du 7e art ont à leur disposition des écoles et structures de cinéma afin d'être plus compétents[5].

Genres[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Et vint la liberté de Sekou Oumar Barry en 1968 est le début du genre en Guinée.

Cinéma d'animation[modifier | modifier le code]

Depuis 1953, le cinéma guinéen cantonné aux courts métrages, le cinéma guinéen d'animation accède au long métrage en 1993 avec Naitou de Moussa Kémoko Diakité.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices[modifier | modifier le code]

Réalisateurs et réalisatrices[modifier | modifier le code]

Réalisateurs
* Cheick Fantamady Camara
* Mamadou Touré
* Mama Keita

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dupré, Colin, 1987-, Le Fespaco, une affaire d'État(s) : 1969-2009, Paris, l'Harmattan, 399 p. (ISBN 978-2-336-00163-0 et 2336001632, OCLC 819135457, lire en ligne)
  2. « Africiné », sur www.africine.org (consulté le 19 novembre 2018)
  3. « Africiné », sur www.africine.org (consulté le 19 novembre 2018)
  4. ...Et vint la liberté (lire en ligne)
  5. (en) « (ISAM-Guinée) | Institut Supérieur des Arts et Métiers | London », sur (ISAM-Guinée) | Institut Supérieur des Arts et Métiers | London (consulté le 19 novembre 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]