Cimetière karaïte de Varsovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cimetière karaïte de Varsovie
Image dans Infobox.
Le portail du cimetière.
Pays
Voïvodie
Commune
Religion(s)
Superficie
0,1 hectare
Tombes
env. 100
Mise en service
1890
Patrimonialité
n°1412 du 12 février 1991
Coordonnées
Localisation sur la carte de Pologne
voir sur la carte de Pologne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Varsovie
voir sur la carte de Varsovie
Red pog.svg

Le cimetière karaïte de Varsovie est l'unique cimetière de la communauté karaïte en Pologne. Ouvert en 1890, il est toujours en service aujourd'hui (2012).

Description[modifier | modifier le code]

Le cimetière est situé au numéro 34 de la rue Redutowa dans l'arrondissement de Wola à Varsovie. L'autorisation de créer un cimetière karaïte à Varsovie est donnée depuis la Crimée par le hakham de Tauride[1]. Le terrain est acquis par des marchands de tabac originaires de Crimée auprès de la direction du cimetière orthodoxe tout proche. Une clôture est construite autour du terrain dans les années 1950. Plus tard, le cimetière est agrandi, passant d'une superficie d'environ 0,05 hectare à 0,1 hectare. On compte aujourd'hui une centaine de sépultures. Les pierres tombales sont caractéristiques, avec des inscriptions en langue karaïte. La plus ancienne tombe est celle de Saduk Osipovitch Kefeli, originaire de Théodosie, mort en 1895.

Personnalités qui y sont enterrées[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pl) Karol Mórawski. Warszawskie cmentarze. Przewodnik historyczny. Varsovie : PTTK Kraj. 1991. (ISBN 83-7005-333-5). p. 147-148.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pl) Szymon Pilecki. Karaimi we Wrocławiu po II wojnie światowej. Awazymyz. 2012.
  2. « Le cimetière karaite de Varsovie - Miqra-Kalah - Les juifs karaïtes francophones », Miqra-Kalah - Les juifs karaïtes francophones,‎ (lire en ligne, consulté le )