Cime de Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cime de Caron
Vue de la cime depuis les hauteurs d'Orelle.
Vue de la cime depuis les hauteurs d'Orelle.
Géographie
Altitude 3 193 m[1]
Massif Massif de la Vanoise (Alpes)
Coordonnées 45° 15′ 47″ nord, 6° 33′ 42″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Géologie
Roches Conglomérats, grès et arkoses micacés, schistes (lutites et siltites), charbon (anthracite)
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Cime de Caron
Géolocalisation sur la carte : Savoie
(Voir situation sur carte : Savoie)
Cime de Caron

La cime de Caron, ou cime Caron[2], est un sommet situé dans le massif de la Vanoise, en Savoie, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Adolphe Gros, « Caron » est un « nom patronymique très répandu »[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La cime Caron est un sommet de 3 193 m d'altitude entre les communes des Belleville et d'Orelle[1],[4].

Ce sommet est sur la limite nord de la Maurienne et sur la limite sud de la vallée des Belleville en Tarentaise, un peu à l'est du mont Bréquin et à l'ouest de la pointe du Bouchet[5].

Elle se situe dans la station de ski d'Orelle, dans le domaine skiable des Trois Vallées où elle est aussi connue pour avoir longtemps été le plus haut sommet du domaine skiable, et maintenant le second derrière la pointe du Bouchet[6].

Géologie[modifier | modifier le code]

Ce sommet est principalement constitué de conglomérats, de grès et d'arkoses micacés, de schistes (principalement des lutites et des siltites), de charbon (particulièrement de l'anthracite), datant d'entre le Westphalien et le Stéphanien inférieur[7].

Accès[modifier | modifier le code]

Plusieurs accès sont possibles pour accéder à la cime de Caron. Des chemins passant par col de Caron et le col de Lauzun permettent un accès hors saison d'hiver[1]. En saison il est possible d'accéder à la cime de Caron à partir de Val Thorens dans la vallée des Belleville ou d'Orelle via les deux remontées mécaniques qui arrivent au sommet[1].

Téléphérique Caron[modifier | modifier le code]

Arrivée du téléphérique de Caron sur la cime de Caron.

Pour accéder à la cime de Caron depuis Val Thorens, il est nécessaire d'emprunter le téléphérique de 150 places de Cime Caron, le plus gros[précision nécessaire] du monde à sa construction en 1982, construction qui est restée une prouesse pour l'époque[8], œuvre du constructeur français Poma. Suite logique de la télécabine de Caron, le téléphérique de Cime Caron est la vitrine de la station. Son arrivée, à moitié suspendue dans le vide, est considérée comme l'une des plus impressionnantes au monde[9].

En 2010, le téléphérique subit une importante rénovation. Les cabines sont à cette occasion remplacées[10].

Au début de la saison hiver 2018-2019, une panne du téléphérique rend inaccessible le sommet pour le restant de la saison, amputant Val Thorens d'une partie importante de son domaine skiable[11].

Télécabines d'Orelle et Orelle-Caron[modifier | modifier le code]

Vue depuis la cime Caron (piste noire Combe de Rosaël d'Orelle située au-dessous).
Vue depuis la cime Caron (piste noire Combe de Rosaël d'Orelle située au-dessous).

Depuis Orelle, l'accès est possible par deux tronçons de télécabines successives :

Les deux appareils de manufacture Dopplmayr sont indépendants l'un par rapport à l'autre.

La construction de ces deux installations par la SETAM (Société d'exploitation Tarentaise-Maurienne) et la STOR (Société des téléphériques d'Orelle) a été critiqué pour son impact fort sur l'environnement. Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) avait rendu un premier avis défavorable au projet notamment à cause de la présence d'espèces protégées dans le secteur[12]. Les installations ont finalement pu être mises en service pour la saison 2021-2022 notamment grâce à la suppression du télésiège Glacier sur le glacier de Péclet[13],[14],[15].

Avec un investissement de 43 millions d'euros[16] ces installations permettent de passer d'une altitude de 876 m à une altitude de 3 186 m, soit un dénivelé de 2 310 m en une vingtaine de minutes[16].

Panorama en haut de la cime de Caron

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. « Domaine skiable - Orelle Val-Thorens Les 3 Vallées », sur www.orelle.net (consulté le )
  3. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, Saint-Jean-de-Maurienne, La Fontaine de Siloë, , 87 p. (ISBN 2-84206-268-X, lire en ligne), p. 223.
  4. « Orelle-Val Thorens. La Cime Caron, à une portée de télécabine de la vallée », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  5. aurelie, « Sommet mythique : la cime Caron — Val Thorens », sur www.infosnews.fr (consulté le )
  6. « En Maurienne, 11,5 km en télécabine pour passer d’une vallée à l’autre (73) », sur Banque des Territoires, (consulté le )
  7. « Téléchargement des cartes géologiques départementales à 1/50 000 (Bd Charm-50) | InfoTerre », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  8. Tams sur le forum des remontées mécaniques, « TPH Caron à Val Thorens avec caractéristiques » (consulté le ).
  9. remontees-mecaniques.net, « Téléphérique (bicâble) à va-et-vient (TPH) de la Cime Caron - www.remontees-mecaniques.net », sur www.remontees-mecaniques.net (consulté le )
  10. « Derniers trajets pour les cabines du téléphérique Caron de Val Thorens », sur actumontagne.com, article du (consulté le ).
  11. « A Val Thorens, le téléphérique de Cime Caron sera fermé toute la saison », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  12. Conseil national de la protection de la nature (CNPN), « AVIS au sujet du "Remplacement de la télécabine 3 vallées express, création de la télécabine de la cime" », Unique,‎ , p. 3 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  13. « Enquête publique communes d'Orelle et de St Martin TC d'Orelle » Accès limité
  14. « Capture d'ecran de l'enquête publique », unique,‎ (lire en ligne Accès libre)
  15. Autorité Environnementale, « Décision de l’Autorité environnementale après examen au cas par cas sur le projet dénommé « Création d’une liaison skieurs facile entre Val Thorens et Orelle par le col de Caron » sur les communes des Belleville et d'Orelle » Accès libre [PDF], sur www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le )
  16. a et b Thomas Pueyo, « Savoie : dîner de prestige signé Jean Sulpice à bord de la nouvelle télécabine la plus rapide des Alpes », sur leparisien.fr, (consulté le )