Cigref

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cigref
Logo de l'organisation

Devise : « Réussir le numérique »

Situation
Création 1970
Type Association loi de 1901
Siège 21 avenue de Messine, 75008 Paris
Langue Français
Organisation
Membres 148 entreprises
Président Bernard Duverneuil
Délégué général Henri d'Agrain

Site web cigref.fr

Le Cigref, association loi de 1901 créée en 1970, est un réseau de grandes entreprises et administrations publiques françaises qui se donnent pour mission de réussir le numérique. Il n’exerce aucune activité lucrative. Le Cigref regroupe à ce jour près de 150 grandes entreprises et organismes français de tous les secteurs d'activité (banque, assurance, énergie, distribution, industrie, services…). Il représente près de 85 % du CAC 40, et 1/4 de ses membres sont des administrations publiques (Ministère de l'Intérieur, Ministère des Armées, Caisse des Dépôts, etc.)

Les membres[1] du Cigref partagent la même ambition, définie lors de son dernier plan stratégique adopté en octobre 2015[2] de développer leur capacité à intégrer et maîtriser le numérique. Cette mission, ainsi que le projet stratégique Cigref 2020, vise à accroître et renforcer durablement la performance des grandes entreprises et administrations, leur potentiel d'innovation, et plus largement contribuer au développement économique, social et humain de la société.

Le Cigref est présidé depuis le 19 octobre 2016 par Bernard Duverneuil, directeur du digital et des systèmes d'information d'Elior Group[3]. Henri d'Agrain en est le délégué général depuis janvier 2017. Sa gouvernance est assurée par 15 Administrateurs, élus en Assemblée générale. Son activité est animée par une équipe de 10 permanents.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Cigref a été fondé à l'origine par 4 responsables informatiques issus de 5 sociétés (groupe Drouot, Saint-Gobain-Pont-à-Mousson, Hachette, EDF et Société générale) sous l'appellation : Club informatique des grandes entreprises françaises. Ses statuts, comme le précise l'acte de naissance du Cigref[4], s'inspirent de ceux de l'Agref (Association des grandes entreprises françaises), aujourd'hui l'AFEP.

Le 16 décembre 2010, à l'occasion de ses 40 ans, le Cigref a réuni ses anciens présidents[5] autour de son président fondateur, Pierre Lhermitte[6], de très nombreuses personnalités et dirigeants[7] dont Maurice Lévy (Président de l'AFEP et PDG du Groupe Publicis), Jean-Paul Bailly (Président de Entreprise et Personnel[8] et PDG du Groupe La Poste) et Jean-François Phelizon[9] (DGA St Gobain), Bruno Racine (président de la Bibliothèque nationale de France). Il avait pour objectif de représenter un poids suffisant pour être considéré par IBM, dont ces entreprises étaient toutes clientes[10].

Membres[modifier | modifier le code]

Les membres du Cigref, grandes entreprises et administrations publiques françaises sont uniquement des organisations utilisatrices de systèmes d’informations. Elles sont représentatives de l’activité économique française et des différents secteurs d’activités qui la compose (banque, assurance, énergie, distribution, industrie, services…)[11].

Les 3 métiers du Cigref[modifier | modifier le code]

Appartenance[modifier | modifier le code]

Le Cigref incarne une parole collective des grandes entreprises et administrations françaises autour du numérique. Ses membres partagent leurs expériences au sein de groupes de travail afin de faire émerger les meilleures pratiques. Les résultats de ces travaux sont régulièrement publiés et disponibles librement au téléchargement[12].

Intelligence[modifier | modifier le code]

Le Cigref participe aux réflexions collectives sur les enjeux économiques et sociétaux des technologies de l’information[13]. Fondé il y a près de 50 ans, Il tire sa légitimité à la fois de son histoire et de sa maîtrise des sujets techniques, socle de compétences de savoir-faire, fondements du numérique.

Influence[modifier | modifier le code]

Le Cigref fait connaître et respecter les intérêts légitimes de ses entreprises membres[14]. Instance indépendante d’échange et de production entre praticiens et acteurs, Il est une référence reconnue par tout son écosystème[15].

Activités[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Chaque année, l'association publie des études[16] disponibles librement au téléchargement sur des sujets d'intérêt commun. Elle entretient des relations avec les organismes de régulation et les pouvoirs publics en France et en Europe. Elle promeut les intérêts des grandes entreprises et dialogue avec tous les acteurs concernés par les technologies de l'information et le numérique. Par ailleurs, le Cigref a créé sa propre Collection Économie et Prospective Numériques[17],[18].

Les dernières publications du Cigref portent sur les sujets suivants :

  • Modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques - mise à jour 2018[19]
  • Valeur économique des projets de transformation numérique pour l’entreprise, approche méthodologique[20]
  • Entreprises, les clés d’une application réussie du GDPR[21]
  • Les enjeux de mise en œuvre opérationnelle de l’intelligence artificielle dans les grandes entreprises[22]
  • L’open innovation : une réponse aux challenges de l’entreprise[23]

Recherche[modifier | modifier le code]

Le Cigref, investi en matière de recherches, crée en 2008, sous égide de la Fondation Sophia Antipolis[24], la Fondation Cigref, pour « mieux comprendre comment le monde numérique change notre vie et nos entreprises ». Elle mène un important programme international de recherche, baptisé ISD (Information Systems Dynamics) qui a pour objectif d'éclairer le futur de la Fonction SI et d'alerter les dirigeants des grandes entreprises, publiques et privées, sur les enjeux stratégiques liés à la mutation d’une économie industrielle à une économie de réseaux fondée sur la connaissance et le management de l’immatériel[25]. Plus largement, les travaux de recherche de la Fondation Cigref ont pour vocation de comprendre les transformations émergentes afin d'accroitre la valeur et la compétitivité des entreprises, leur potentiel d'innovation, et contribuer ainsi au développement économique, social et humain de notre société.

La fondation Cigref s'est doté d'un conseil scientifique[26], animé par le Professeur Bounfour[27], regroupant des enseignants chercheurs des plus grands laboratoires mondiaux.

Entreprise et culture numérique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de sa mission, le Cigref propose aux dirigeants une réflexion sur l'entreprise au cœur du monde numérique, avec une grille de lecture les incitant à agir et développer des stratégies numériques ambitieuses. Pour ce faire, le Cigref a noué de nombreux partenariats, notamment avec l'Université Laval (Québec) en créant la Chaire des cultures numériques[28] (sous la direction du Professeur Milad Doueihi).

Contributions[modifier | modifier le code]

Le Cigref contribue par sa réflexion à de nombreux travaux sur l'informatique, les systèmes d'informations et le numérique.

Féminisation des métiers du numérique[modifier | modifier le code]

À l’initiative du Cigref, un collectif « Femmes@Numérique[29] » s’est constitué en 2018 pour la promotion de la mixité dans les métiers du numérique[30]. Portée par des entreprises, des associations et le gouvernement[31], cette mobilisation exceptionnelle par son ampleur a pour mission de révéler les rôles modèles féminins du numérique, de promouvoir les entreprises et les associations qui s’engagent en faveur de la mixité dans les métiers du numérique, d’inciter au recrutement des femmes et de favoriser leur reconversion dans les métiers du numérique[32].

Création de la Fondation Femmes@Numerique[modifier | modifier le code]

À l’initiative d'une dizaines d’associations membres du collectif Femmes@Numérique et de 42 entreprises fondatrices membres du Cigref et de Syntec Numérique, a eu lieu mercredi 27 juin 2018, la signature de la convention[33] de fondation entre la Fondation Femmes@Numérique et la Fondation de France. Cet événement de lancement a été marquée par la présence et le soutien de nombreux ministres (Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation Nationale et Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes) et de Madame Brigitte Macron[34].

Cette fondation a vocation à financer des actions[35] qui mobilise le collectif d’associations Femmes@Numérique afin de leur permettre le passage à l’échelle d'actions de sensibilisation sur l’ensemble du territoire en faveur de la féminisation des métiers du numérique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. entreprises membres du Cigref
  2. « CIGREF, activités et perspectives… vers l’Entreprise 2020 ! - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  3. « Elior Group : un nouveau directeur du digital », Boursorama, (consulté le 21 mars 2018)
  4. Acte de naissance du Cigref
  5. anciens présidents
  6. Pierre Lhermitte
  7. dirigeants
  8. Entreprise et Personnel
  9. Jean-François Phelizon
  10. Cécile Ducourtieux, Thierry Parisot, « Pierre L'Hermitte : "L'informatique française finira par rattraper son retard" », Le Monde Informatique, no 834,‎ , p. 78-79
  11. « Cigref | Qui sommes-nous | Membres », sur cigref.fr, (consulté le 16 avril 2018)
  12. « Publications », sur cigref.fr,
  13. Véronique di Benedetto, Régis Delayat, Emmanuelle Larroque, Yves Poilane, Anne-Lucie Wack et Mansour Zoberi, « Le numérique sans les femmes : ni envisageable... ni acceptable ! », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  14. « Bras de fer Cigref/Oracle : un nouvel échelon dans les tensions contractuelles avec les éditeurs », usine-digitale.fr,‎ (lire en ligne)
  15. « Oracle France tend officiellement la main au Cigref », LeMagIT,‎ (lire en ligne)
  16. publie des études
  17. Économie et Prospective Numériques
  18. ouvrage de référence l'Entreprise numérique, quelles stratégies pour 2015?
  19. « Un modèle d'analyse et de benchmarking des coûts informatiques pour piloter sa performance économique - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  20. « Repenser la valeur des projets de transformation numérique pour l'entreprise - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  21. « Entreprises, les clés d'une application réussie du GDPR : un livrable commun CIGREF, AFAI et TECH in France - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  22. « Etude CIGREF : enjeux de mise en œuvre de l’Intelligence Artificielle pour l’entreprise… - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  23. « Etude innovation CIGREF 2017 : l'open innovation - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  24. Fondation Sophia Antipolis
  25. management de l’immatériel
  26. Conseil scientifique
  27. Professeur Bounfour
  28. Chaire des cultures numériques
  29. « Femmes@numérique | Pourquoi se passer de 50 % de nos talents ? », sur Femmes@numérique (consulté le 26 juillet 2018)
  30. « Mobilisation Femmes@Numérique : le Cigref interpelle ses lectrices ! - Cigref », Cigref,‎ (lire en ligne)
  31. Sylvain Rolland, « Femmes@Numerique ou quand associations, État et entreprises s'allient pour la parité dans la tech », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  32. « Le numérique sans les femmes : ni envisageable... ni acceptable ! », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  33. AFP, « Une fondation pour promouvoir les femmes dans le numérique », (consulté le 26 juillet 2018)
  34. « Brigitte Macron et plusieurs ministres pour promouvoir des femmes dans le numérique », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  35. « Une Fondation Femmes@Numérique Pour Promouvoir La Parité Dans La Tech | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :