Cierva C.30

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cierva C.30 (Avro Rota) à l'Imperial War Museum de Duxford.

Le Cierva C.30 est un autogire conçu par l'espagnol Juan de la Cierva et construit sous licence de la Société Cierva Autogiro Company par AV Roe & Co Ltd. (Avro) au Royaume-Uni. Il a également été fabriqué par Lioré et Olivier en France et par Focke-Wulf en Allemagne.

Conception[modifier | modifier le code]

Construit à partir du fuselage du biplan d'entraînement Avro 643 Cadet (en), le Cierva C.30 est propulsé par un moteur en étoile Armstrong Siddeley Genet Major de 100 kW. Sa masse totale en charge était de 860 kg, son équipage de deux hommes et son autonomie de deux heures. Le rotor tripale de 11,3 mètres de diamètre était lancé au démarrage par le moteur et la vitesse normale de rotation en vol de croisière, 130 km/h, est d’environ 200 tr/min.

Cet appareil fut construit sous licence en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne. Chaque constructeur utilisa un moteur de fabrication nationale, et lui donna un nom légèrement différent. En tout, 143 exemplaires furent fabriqués, ce qui fait du C.30 de loin l'autogire le plus produit dans l'entre-deux-guerres.

Le C.30 fut vendu à des particuliers, des écoles de pilotage, et à plusieurs forces armées où il fut utilisé pour la reconnaissance et, pendant la Seconde Guerre mondiale, pour la calibration par la RAF des premières stations radar. La guerre interrompt le développement de la technologie des autogires en même temps que de nouveaux pionniers reprennent celle de l’hélicoptère, qui supplante complètement les autogires après-guerre.

Variantes[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni par Avro

Avro acheta la licence en 1934 et construisit 78 exemplaires, sous la désignation C.30A, avec un moteur en étoile Armstrong Siddeley Genet Major IA de 7 cylindres d'une puissance de 140 cv (100 kW). Le premier C.30A fut livré en juillet 1934[1].

Drapeau de la France France par Lioré et Olivier

25 appareils furent fabriqués en France par Lioré et Olivier sous le sigle LeO C-30 avec un moteur radial Salmson 9NE de 9 cylindres développant 175 cv (130 kW). Des versions améliorées furent désignées C-30S, C-301 et C-302[2]. La production totale atteignit 59 exemplaires toutes versions confondues.

Drapeau de l'Allemagne nazie Allemagne nazie par Focke-Wulf

40 appareils furent assemblés en Allemagne sous le nom de Focke-Wulf Fw 30 Heuschrecke (sauterelle) avec un moteur radial Siemens & Halske Sh 14A à 7 cylindres développant 140 cv (105 kW)[1].

L'expérience des appareils à rotor acquise avec la construction sous licence du FW 30 permit à Heinrich Focke de concevoir par la suite son propre prototype d'hélicoptère, le Focke-Wulf Fw 61.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Argentine Argentine
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de l'Espagne République espagnole
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie

Engagements[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Les 12 C.30A achetés par la Royal Air Force entrèrent en service sous le nom de Avro 671 Rota Mk 1 (numéros de série K4230 à K4239, K4296 et K4775), du nom de la base navale de Rota en Espagne proche de Gibraltar. Ils furent livrés entre 1934 et 1935. Ils équipèrent l'école de coopération avec l'armée de terre sur la base de RAF Old Sarum (en) près de Salisbury.

En janvier 1935, un appareil fut navalisé avec des flotteurs à la place des roues, et désigné comme Sea Rota[1].

Plusieurs appareils civils furent aussi pris en compte par la RAF entre 1939 et 1940. En 1940, ils équipèrent le Flight 1448 à RAF Duxford, puis plus tard le Squadron no 529 à RAF Halton (en) pour la calibration des radars de la Chain Home, pour entraîner les opérateurs radar à détecter les raids ennemis. Il fallait pour cela un appareil très lent, qui volait à un cap et une altitude pré-définies. Le Squadron no 529 fut dissous en octobre 1945. Les douze appareils survivants furent revendus à des propriétaires civils en Grande-Bretagne et à l'étranger.

Le numéro K4232 fut revendu en 1946 en Suède, où il reçu l'immatriculation civile SE-AZB. Il fut racheté en 1977 par le RAF Museum et rapatrié en Grande-Bretagne en 1978. Il est exposé au RAF Museum à Hendon (Londres)[4].,[5]

Drapeau de la France France

Plusieurs exemplaires de LeO C-30 furent achetés par l'armée de l'air française ou l'aéronavale. En l'absence d'ailes, les cocardes tricolores peintes sur les flancs du fuselage étaient répétées sur l'empennage horizontal. Ce n'était pas le cas dans les autres forces aériennes qui utilisaient le C.30. Tous les LeO C-30 furent détruits ou capturés lors de l'invasion allemande de mai-juin 1940.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Production », sur skytamer.com
  2. Jacques Moulin, Les autogires LeO C.30 & C.301, Leila Presse, (ISBN 978-2914017152)
  3. Danish Air Museum
  4. (en) Kai-Mikael Jää-Aro, « Avro Rota in Detail », (consulté le 28 juin 2017).
  5. (en) Andrew Simpson, « INDIVIDUAL HISTORY AVRO ROTA K4232 / SE-AZB - MUSEUM ACCESSION NUMBER 79/A/1785 », (consulté le 28 juin 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C. G. Grey et Leonard Bridgman, Jane's All the World's Aircraft 1935 : Avro - The Autogiro Type C.30, Sampson Low, Marston & Company, Ltd., London, , p. 26c.
  • (en) A.J. Jackson, British Civil Aircraft 1919-72: Volume II, Putnam and Company, London, (ISBN 0-85177-813-5).
  • (en) Kenneth Munson, Helicopters and other Rotorcraft since 1907 (Blandford Colour Series), Royal Aeronautical Society, (ISBN 0-7137-0610-4).
  • (en) J. Richard Smith, "C 30 Heuschrecke" Focke-Wulf, an Aircraft Album, Ian Allan, (ISBN 0-7110-0425-0).
  • (en) Owen Thetford, Aircraft of the Royal Air Force 1919-57, Putnam and Company, London, .
  • Jacques Moulin, Les autogires LeO C.30 & C.301, Leila Presse, (ISBN 978-2914017152)


Voir aussi[modifier | modifier le code]