Cicciolina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Cicciolina
Description de cette image, également commentée ci-après
La Cicciolina à Eros Galicia à La Corogne en 2009[1]
Nom de naissance Staller Ilona Anna
Alias
Cicciolina, Ilona Staller
Naissance (66 ans)
Budapest, Hongrie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Conjoint
Jeff Koons (1991-1992)
Caractéristiques physiques
Taille 1,68
Yeux bleu
Cheveux Blonde
Carrière
Années d’activité 1986 - 2001
Nombre de films +40 films
Films notables
Cicciolina e Moana ai mondiali

Ilona Staller, de son nom complet Ilona Anna Staller (en italien Elena Anna Staller), dite « Cicciolina » ou « la Cicciolina », est une actrice de films pornographiques, chanteuse et politicienne italienne d'origine hongroise née le à Budapest. Provocatrice qui défraie la chronique dans des shows plus qu'osés, éternelle femme-enfant au sourire angélique ou obséquieux, elle veut libérer l’Italie des carcans de la bigoterie et du conservatisme, au nom de la liberté, ce qui lui vaut plusieurs procès et quelques condamnations pour outrage public à la pudeur[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un fonctionnaire au ministère de l'Intérieur hongrois et d'une sage-femme, Ilona Staller commence sa carrière de mannequin pour l'agence hongroise MTI en 1964[3]. D'après ses mémoires, elle perd sa virginité à seize ans avec un étudiant africain. Elle déclare même avoir fourni aux autorités hongroises des informations sur des diplomates américains à l'époque où elle travaillait comme serveuse dans un hôtel de luxe de Budapest à la fin des années 1960[2].

Avide d'aventures, elle se marie en 1971 avec un client de son hôtel, Salvatore Mercuri, homme d'affaires calabrais de 25 ans son aîné[3]. Le couple s'installe à Milan en Italie mais divorce rapidement. Ayant obtenu la naturalisation grâce à ce mariage, elle part à Rome où elle devient mannequin et actrice sous le pseudonyme d'Elena Mercury, mais elle ne parvient pas à percer. Ses prestations de strip-teaseuse dans des nights-clubs ou de soubrette dans les émissions télévisuelles de divertissement ont juste un succès local[2]. La rencontre décisive qui fait décoller sa carrière a lieu le 22 mars 1973, lorsque Riccardo Schicchi (it), passionné de photographies érotiques, la repère au cours d'une séance photo[3]. Il devient rapidement son compagnon et son manager. Il en fait un modèle érotique et lui façonne sa communication, ce qui vaut à la Cicciolina de se voir confier une émission de radio intitulée Voulez-vous coucher avec moi ? sur Radio Luna où elle aborde pour la première fois en Italie la question de la sexualité[2]. C'est d'ailleurs dans le cadre de cette émission qu'elle adopte le surnom de « Cicciolina » (surnom italien intraduisible signifiant à peu de chose près « chérie-chérie ») qu'elle applique par exemple à ses fans (« Cicciolini ») ou son ours en peluche (« Cicciolino »). Pour maintenir l'intérêt du public, elle n'hésite pas certains soirs à se masturber en direct[4].

En 1975, elle tente sa première expérience dans la comédie érotique italienne avec le film La liceale (it) dans lequel elle interprète Monica, une camarade de classe lesbienne de Gloria Guida. En 1978, dans l'émission de la Rai C'era due Volte, ses seins ont été les premiers à avoir été vus nus en direct à la télévision italienne. D'abord actrice de second plan, elle se produit ensuite dans des films érotiques, puis pornographiques, sur l'instigation de son amant-manager Riccardo Schicchi.

En 1979, elle est désignée candidate officielle du Lista del Sole, le premier parti vert en Italie. En 1983, le couple Schicchi- Cicciolina fonde Diva Futura (it) une agence actrices pornographiques[2]. En 1985, elle rejoint le Partito Radicale, faisant campagne contre l'énergie nucléaire, contre la famine dans le monde et pour les droits de l'homme.

En 1987, le leader du Parti radical italien Marco Pannella, adepte de la politique spectacle[5], convainc Ilona Staller de participer aux campagnes électorales législatives en Italie, son pays d'adoption, sous son nom d'actrice « X », la « Cicciolina ». Finalement le 15 juin, contre toute attente, la candidate du Parti radical dans la circonscription du Latium à Rome recueille 19 886 voix et gagne un siège de députée au parlement[6]. Tout en prônant la libéralisation de la sexualité, elle se montre une opposante fervente au nucléaire et à la culture de la guerre. Cela n'empêche pas l'« Onorevole Cicciolina » (l'honorable Cicciolina) de continuer à tourner dans des films pour adultes. Le dernier auquel elle participe est tourné en 1989[2].

En septembre 1990, lors des débats à l'ONU concernant le régime irakien de Saddam Hussein qui mènent peu après à la guerre du Golfe, la Cicciolina contribue aux débats pour la paix en offrant de coucher avec le dictateur irakien. Lors d'une interview, elle s'exprime en ces termes :

« Je suis prête à faire l'amour avec Saddam Hussein afin de rétablir la paix au Moyen-Orient[7]. »

Elle a renouvelé, depuis, cette offre en octobre 2002 avant l'invasion américaine en Irak le .

Au terme de son mandat parlementaire en 1991, elle abandonne le cinéma et les shows pornographiques mais continue de vivre de ses provocations. Le [8], elle se marie à Budapest avec le sculpteur américain Jeff Koons. Ce dernier produit alors des sculptures et peintures d'Ilona et de lui-même faisant l'amour qu'il présente comme Made in Heaven (« fait au paradis »). Leur mariage dure un an. Leur fils, Ludwig, naît peu de temps après leur divorce[9]. Ilona Staller quitte alors les États-Unis avec son fils mais une longue bataille juridique pour la garde de l'enfant se poursuit. Finalement, Jeff Koons obtient la garde en 1998 mais l'enfant reste en Italie avec sa mère.

En janvier 2002, elle se renseigne sur les possibilités de se présenter en Hongrie, où elle est née, pour représenter Kőbánya, le district industriel de Budapest, au parlement hongrois. Cependant, elle ne réussit pas à collecter suffisamment de signatures en tant que candidate indépendante[2]. Plus récemment[Quand ?], elle a exprimé le souhait de se présenter à la mairie de Milan.

En 2008 elle participe à Bailando por un Sueño (en), la version argentine de Danse avec les stars. Blessée, elle abandonne dès la première émission[10].

Elle continue ensuite d'être active en politique, se faisant l'avocate d'un avenir sûr, sans énergie nucléaire et avec liberté sexuelle totale, notamment en ce qui concerne le droit d'avoir des rapports sexuels en prison. Elle est contre toute forme de violence telle que la peine de mort et l'expérimentation scientifique sur les animaux. Elle s'est déclarée pour la dépénalisation des drogues, contre toute forme de censure, en faveur de l'enseignement de l'éducation sexuelle à l'école et pour des campagnes d'information objectives sur le sida. Elle a proposé une taxe automobile pour réduire les dommages de la pollution et subventionner des actions de défense de la nature. Elle prend sa retraite en septembre 2011 [11].

L'actrice est également reconnue pour ses tendances exhibitionnistes. Lors d'un débat télévisé sur une chaîne italienne, elle a exhibé son sein gauche pour illustrer sa plate-forme politique, plutôt de gauche.

Critiquée par les médias italiens pour cette indécence, elle a répliqué :

« Ma poitrine n'a jamais blessé personne alors que la guerre contre Oussama ben Laden a causé plusieurs milliers de victimes dans le monde. »

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums
  • 1979 : Ilona Staller (RCA Italiana, PL 31442, LP, CD)
  • 1987 : Muscolo rosso (BOY RECORDS)
  • 2000 : Ilona Staller (Sequel Records/Castle Music, NEMCD398, CD)
Singles
  • 1976 : Voulez vous coucher avec moi ? (Nuovo Playore 1º Radio Rete 4 D.R., 7")
  • 1979 : I was made for dancing /Più su sempre più su (RCA Italiana PB 6323, 7")
  • 1979 : I was made for dancing (extended vers.) / Save the last dance for me (RCA, PD 6327, 12"[12])
  • 1979 : Cavallina Cavallo / Più su sempre più su (RCA, SS 3205, 7")
  • 1980 : Buone Vacanze / Ti amo uomo (RCA Italiana, BB 6449, 7")
  • 1981 : Ska Skatenati / Disco Smack (Lupus, LUN 4917, 7")
  • 1984 : Dolce Cappuccino / Baby Love
  • 1987 : Muscolo Rosso / Avec toi (SFC 17117-7, 7")
  • 1987 : Muscolo Rosso / Russians (BOY-028-PRO, 7")
  • 1987 : Muscolo Rosso / Russians (BOY-028, 12")
  • 1989 : San Francisco Dance / Living in my Paradise / My Sexy Shop (Acv 5472, 12")
Collaborations
  • 1979 : Dedicato al Mar Egeo, LP soundtrack by Ennio Morricone
  • 1979 : Aquarium sounds, LP d'un programme télévisé italien ; elle chante sur la chanson Elena Tip
  • 1988 : Erotic Dreams Band Sonhos Eròticos (All Disc, 00.101.009, LP, 00.107.009, MC)
  • 1994 : Erotic Dreams Band Sonhos Eròticos (ALL DISC, RQ 032, CD)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Incontro d'amore a Bali, 1970
  • 5 donne per l'assassino, 1974
  • La Liceale, 1975
  • L'ingenua, 1975
  • Vizi privati, pubbliche virtù, 1976
  • Cuore di cane, 1976
  • L'éveil des sens d'Emy Wong, 1977
  • Replikator, 1994
  • Xica da Silva, (tv) 1996
  • The Farm,(tv) 2004
  • Porn to Be Free, 2016

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Filippucci, Giovanni Romanini - Ubaldi (1989). Les aventures de Cicciolina. France, Média 1000.
  • Matthew Stadlen et Harry Glass - The Politics Companion, Robson Books, Londres, 2004.
  • Barbano, Nicolas - Verdens 25 hotteste pornostjerner. Danemark : Rosinante (1999).
  • Alda D'Eusanio - Il peccato in parlamento. Chi ha paura di Cicciolina.
  • Ilona Staller - Per amore e per forza, Arnoldo Mondadori Editore, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son diadème de perles a remplacé sa couronne de fleurs virginales.
  2. a, b, c, d, e, f et g Fabrice Drouelle, « La Cicciolina, une pornstar au Parlement », sur franceinter.fr, .
  3. a, b et c (en) Who's who of Women in World Politics, Bowker-Saur, , p. 226.
  4. Gilles Verlant & Pierre Mikaïloff, Le Dictionnaire des années 80, Larousse, , p. 47.
  5. Guy Hermet, Julian Thomas Hottinger, Daniel-Louis Seiler, Les partis politiques en Europe de l'Ouest, Éd. Economica, , p. 309.
  6. (it) Mario Caciagli, Alberto Spreafico, Vent'anni di elezioni in Italia, 1968-1987, Liviana, , p. 161.
  7. Chloé Delaume, « Les Femen : bonnets pleins, idées creuses », Vanity Fair n°4, octobre 2013, pages 78-80.
  8. (en) Sabine Adler, Lover's in art, Prestel, , p. 88.
  9. Gilles Verlant & Pierre Mikaïloff, Le Dictionnaire des années 80, Larousse, , p. 48.
  10. (es) « "Cicciolina" abandona "Bailando por un sueño" al romperse costillas », sur mujerhoy.com, .
  11. « La Cicciolina prend sa retraite (parlementaire)… », consulté le 19 septembre 2011.
  12. Disque vinyle promotionnel rouge.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :