Chytridiomycota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chytridiomycota
Description de cette image, également commentée ci-après

Spizellomycète

Classification
Règne Fungi

Division

Chytridiomycota
M.J. Powell (2007)

Les Chytridiomycètes (Chytridiomycota) ou chytrides constituent un vaste groupe de champignons saprophytes ou parasites, majoritairement composés de Champignons aquatiques, présentant des caractères considérés comme ancestraux (les plus anciens fossiles de champignons, trouvés au Nord de la Russie dans des couches géologiques datées du Vendien, ressemblent aux Chytridiomycota contemporains[1] (d'autres fossiles plus anciens qu'on a cru être des champignons, seraient en réalité des cyanobactéries[1]). Ce sont aussi les seuls champignons dont les gamètes ont un flagelle leur permettant de nager.

L'ensemble de ces caractéristiques laisse penser que ce groupe, mais aussi tous les champignons pourraient avoir une origine aquatique plutôt que terrestre.

Un sous groupe (Hyphochytrids) produit aussi de la cellulose, ce qui est unique au sein du règne fongique.

Morphologie, écologie[modifier | modifier le code]

Elles varient considérablement selon les espèces ;
Certains ne vivent qu'en eau douce ou en mer, les uns parasitent des plantes ou des diptères, tandis que d'autres colonisent des plantes en décomposition ou certains organes d'insectes. Certains sont unicellulaires, d'autres coenocytiques alors que d'autres encore produisent un mycélium comme le font d'autres champignons.

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Une espèce de chytride (Batrachochytrium dendrobatidis (Bd) présente des variants inhabituellement virulents et pathogènes, et en forte et rapide extension dans le monde ; ils sont source d'une « maladie infectieuse émergente » (MIE) décimant les amphibiens qui s'y montrent très vulnérables. Certains parasitent les algues, provoquent la verrue de la pomme de terre (Synchytrium endoboticum). Certains sont des espèces modèles pour la recherche expérimentale (ex : Allomyces).

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Les chytrides sont aujourd'hui considérés par la phylogénie comme la base évolutive des champignons la plus ancienne, d'où ont émergé les Zygomycota puis les Ascomycota et Basidiomycota. La plupart sont aquatiques, et surtout présents dans les eaux douces. Ils sont saprophytes ou parasites, dégradant la chitine et la kératine[2],[3].

L'un de leurs points communs est de posséder des spores mobiles (zoospores) à un flagelle ; ce sont d'ailleurs les seuls organismes classés dans les mycètes à posséder ce type de spores. Le thalle ne forme pas un vrai mycélium. Certaines espèces sont unicellulaires.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Dans la classification d'Alexopoulos[4] les Chytridiomycota constituent une des quatre grandes divisions du règne fongique. Cette division regroupe les espèces à spores uniflagellées et paroi cellulaire chitineuse de l'ancienne division des Mastigomycota, qui chevauchait deux règnes, aujourd'hui séparée en Chytridiomycota (Fungi) et Chromista.

Le nom fait référence au chytridium (du grec chytridion signifiant « petit pot »), la structure renfermant les spores. Dans les classifications antérieures, les chytrides (à l'exception des ordres récents des Neocallimastigales et des Spizellomycetales) étaient placés dans la classe des Mastigomycota (ou Phycomycetes, du grec « champignons algues »), appartenant elle-même à la sous-division des Myxomycophyta. Dans une acception plus ancienne et plus restreinte, le terme de « chytrides » faisait seulement référence à l'ordre des Chytridiales.


La classification des Chytridiomycota a été, et est toujours, l'objet de nombreuses révisions.

La classification la plus récente d'Hibbett et al. (2007)[5] a redéfini l'embranchement des Chytridiomycota comme un ensemble polyphylétique qui a été scindé en trois phylums :

Taxons subordonnés[modifier | modifier le code]

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Une espèce en particulier, Batrachochytrium dendrobatidis, est connue pour causer la chytridiomycose, une maladie infectieuse qui décime des amphibiens dans plusieurs régions du monde, en bloquant leurs organes respiratoires (phénomène reconnu depuis 1998, en Australie et à Panama).[réf. nécessaire].

Des analyses génétiques ont montré que cette espèce a subi un accroissement récent de sa diversité phylogénétique profond, qui a précédé le déclin des amphibiens mondiaux observés ; les variants pathogènes de ce chytride semblent avoir été favorisés par la dégradation de l'environnement et de l'immunité des amphibiens[6]).

D'autres espèces peuvent s'attaquer au maïs, à la luzerne, ou à un certain nombre d'autres plantes, ainsi qu'au phytoplancton marin[7]) ; ce sont des parasites endocellulaires.

Les Neocallimastigales font partie du microiote anaérobie présents dans le rumen d'herbivores domestiques ou sauvages (renne par exemple[8]) où ils contribuent à la dégradation du bol alimentaire[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Introduction to the Chytridiomycota First among fungus, Cours, Berkeley University
  2. W. Remy, T.N. Taylor & H. Hass (1994). Early Devonian fungi : a Blastocladalean fungus with sexual reproduction. American Journal of Botany 81(6):690-702.
  3. T.N. Taylor, W. Remy, & H. Hass. 1994. Allomyces in the Devonian. Nature 367:601.
  4. C.J. Alexopoulous, C.W. Mims & M. Blackwell, « Phylum Chytridiomycota », dans Introductory Mycology, John Wiley & Sons, New York, 1996, (ISBN 0471522295)
  5. D.S. Hibbett, et al., « A higher-level phylogenetic classification of the Fungi », Mycological Research, vol. 111, no 5 (2007), p. 509-547. [PDF] « http://ddr.nal.usda.gov/bitstream/10113/13226/1/IND44044516.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  6. EB Rosenblum & al. (2013) Complex history of the amphibian-killing chytrid fungus revealed with genome resequencing data. Proc. Natl Acad. Sci. USA 110(23): 9385-9390
  7. S. Rasconi, M. Jobard, L. Jouve & T. Sime-Ngando, « Use of Calcofluor White for Detection, Identification, and Quantification of Phytoplanktonic Fungal Parasites », Applied and Environmental Microbiology, vol. 75, n° 8, 2009, p. 2545-2553 (résumé)
  8. Sundset, M. A., Edwards, J. E., Cheng, Y. F., Senosiain, R. S., Fraile, M. N., Northwood, K. S., ... & Wright, A. D. G. (2009). Molecular diversity of the rumen microbiome of Norwegian reindeer on natural summer pasture. Microbial Ecology, 57(2), 335-348.
  9. Edwards, J. E., Kingston-Smith, A. H., Jimenez, H. R., Huws, S. A., Skøt, K. P., Griffith, G. W., ... & Theodorou, M. K. (2008). Dynamics of initial colonization of nonconserved perennial ryegrass by anaerobic fungi in the bovine rumen. FEMS microbiology ecology, 66(3), 537-545.
  10. Denman, S. E., Nicholson, M. J., Brookman, J. L., Theodorou, M. K., & McSweeney, C. S. (2008). Detection and monitoring of anaerobic rumen fungi using an ARISA method. Letters in applied microbiology, 47(6), 492-499.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]