Chutes de Kota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chutes de Kota
Image dans Infobox.
Les chutes en saison sèche.
Localisation
Adresse
Localisation
Coordonnées
Caractéristiques
Hauteur totale
100
Géolocalisation sur la carte : Bénin
(Voir situation sur carte : Bénin)
Point carte.svg

Les chutes de Kota (ou chutes de la Kota) forment un chapelet de cascades à l'est de la chaîne de l'Atacora au Bénin. Elles font partie des aires protégées du Bénin et sont situées dans l'arrondissement de Kotopounga, à une vingtaine de kilomètres de Natitingou[1].

Caractéristiques et potentiel[modifier | modifier le code]

Une étude publiée en 2010[2] avance les données suivantes pour la Kota, un petit cours d'eau qui fait partie du bassin versant de la Kéran[3] :

  • Superficie du bassin : 36 km2
  • Débit annuel moyen : 0,27 m3/s
  • Durée d'écoulement : 7 920 h/an
  • Hauteur de la chute : 100 m
  • Puissance productible : 137 kW
  • Énergie productible garantie : 685 MW h

Dans le cadre d'un projet régional de renforcement des capacités en micro-hydroélectricité en milieu rural pour l'Afrique de l'Ouest, seuls 6 sites envisagés (dont Kota) sur 10 ont abouti à une étude de faisabilité, du fait de débits généralement très faibles ou nuls pendant la saison sèche, souvent longue. Les chutes de Kota et les autres sites retenus bénéficient au contraire d'un écoulement permanent pendant la saison sèche, grâce aux apports en provenance des nappes souterraines[4].

Conservation de la nature[modifier | modifier le code]

Grès schisteux

La chaîne de l'Atacora est principalement composée de grès schisteux. Du fait de l'érosion, les sols sont pauvres en éléments nutritifs. Le climat dans la région des chutes est de type soudano-guinéen, avec une température annuelle moyenne de 28 °C. Il n'y a qu'une seule saison des pluies, qui s'étend de mai à octobre. Les précipitations annuelles sont de l'ordre de 1 300 mm[5].

À la fin des années 2000, un chercheur des Jardins botaniques royaux de Kew et son équipe ont observé et collecté des plantes dans ce paysage associant forêt et savane. Le long de la rivière Kota et près des chutes, ils ont identifié 133 taxons d'arbres appartenant à 34 familles différentes – les plus répandues étant les Rubiaceae et les Fabaceae. C'est dans la forêt galerie qui longe le cours d'eau qu'on rencontre les espèces les plus exigeantes en eau, telles que Syzygium guineense (en), Uapaca togoensis, Berlinia grandiflora (sv), Breonadia salicina, Khaya senegalensis ou Manilkara multinervis[5].

La galerie forestière de Kota se caractérise aussi par sa diversité mycologique, avec la présence notamment d'espèces de champignons supérieurs, parfois uniques au Bénin et aujourd'hui menacées[6]. Il s'agit par exemple de Afroboletus luteolus, Lactarius aurantiofolius ou Russula liberiensis.

Outre la végétation naturelle, un arboretum présentant une grande variété d'arbres tropicaux a été aménagé à proximité des chutes. On y accède par l'un des deux sentiers qui y mènent[7].


Infrastructures[modifier | modifier le code]

Un campement de plusieurs bungalows a été aménagé à proximité du site en 2013, mais du fait d'une récession du tourisme dans la région, il est peu occupé (2016[1]).

Culture[modifier | modifier le code]

Le journaliste-écrivain Marcus Boni Teiga, natif de la région, a consacré aux chutes son poème Kota[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kokouvi Eklou, « Les chutes de Kota au Bénin : La belle endormie », lebeninois.net, 7 juillet 2016 [1]
  2. Analyse diagnostique transfrontalière du bassin versant de la Volta : Rapport National Bénin] (rapport définitif), UNEP-GEF Volta Project, novembre 2010, p. 132, [lire en ligne]
  3. Luc Le Barbé (et al.), Les ressources en eaux superficielles de la République du Bénin, ORSTOM, Paris, 1993, p. 512 (ISBN 2-7099-1168-X), [lire en ligne]
  4. Daniel Finagnon Assogba, Développement des petites centrales hydroélectriques au Bénin, 2012, p. 43 [lire en ligne]
  5. a et b (en) Jonas V. Müller, Robert Sieglstetter et Peter Csontos, « A multivariate approach to identify vegetation belts: Gallery forest and its surrounding savanna along the river Kota in north Benin », in Plant Biosystems, Vol. 146, No. 4, December 2012, p. 878–888, [lire en ligne]
  6. Nourou S. Yorou et André De Kesel, « Champignons supérieurs », in Peter Neuenschwander, Brice Sinsin et Georg Goergen, Protection de la Nature en Afrique de l’Ouest. Une Liste Rouge pour le Bénin, International Institute of Tropical Agriculture, Cotonou, Bénin, 2011, p. 47-60 [lire en ligne]
  7. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Bénin 2017, coll. Petit Futé, (ISBN 9791033150213)
  8. Magnificences de l’Atacora-Donga, 2005 (recueil de poèmes)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Djima, La problématique du développement du tourisme dans l'Atacora : aspects socio-économiques, Université nationale du Bénin, Cotonou, 1997 (?), (mémoire de maîtrise)
  • (en) Jonas V. Müller, Robert Sieglstetter et Peter Csontos, « A multivariate approach to identify vegetation belts: Gallery forest and its surrounding savanna along the river Kota in north Benin », in Plant Biosystems, Vol. 146, No. 4, December 2012, p. 878–888, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]