Déclin de l'Empire romain d'Occident

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chute de l'Empire Romain)
Aller à : navigation, rechercher

Le déclin de l'Empire romain d'Occident, ou la chute de l'Empire romain, se rapporte aux causes profondes et aux événements qui aboutirent à l'effondrement de l'Empire romain d'Occident. Le 4 septembre 476, date de l'abdication de Romulus Augustule, dernier empereur de l'Empire romain d'Occident, est en général retenue comme marquant la fin de cette période.

Cette thématique a connu une large diffusion à la fin du XVIIIe siècle avec la parution du fameux ouvrage d'Edward Gibbon : Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain. Cependant, Gibbon n'a été ni le premier ni le dernier à étudier les raisons qui ont conduit à la disparition de l'Empire romain, Montesquieu lui ayant consacré par exemple dès 1734 un ouvrage, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, où il dénombrait 19 facteurs de sa décadence. Ce thème est resté présent depuis lors dans l'inconscient collectif et le discours politique et a donné lieu à une recherche historique qui est toujours active : en 1984, par exemple, le professeur allemand Alexander Demandt a recensé plus de 210 théories sur les causes de la chute de l'Empire romain.

Europe en 476, de l’Atlas historique de Muir (1911).
Carte des Empires romains d'Orient et d'Occident en 476, à comparer à la précédente : la chute de l'Occident est perceptible, les Grandes invasions ont ravagé l'Ouest de l'Empire plus que Constantinople. La portion de Gaule romaine, séparée de l'ensemble, est devenu le domaine gallo-romain dirigé par une autorité sur laquelle Rome n'influe plus. Sur cette carte apparaissent la Maurétanie et la Numidie qui restent non conquises par le royaume vandale ; des soulèvements maures s'y dérouleront plus tard.

Les raisons du déclin de l'Empire romain font donc l'objet d'un certain nombre de théories controversées, la plupart des historiens remettant même aujourd'hui en question la notion de « chute », de « déclin », ou la date de 476, qui a d'ailleurs bien moins marqué les contemporains que celle du sac de Rome par Alaric en 410[1]. Le caractère succinct des témoignages sur cette époque troublée explique en partie le grand nombre de théories développées, qui découle aussi de la variété des points de vue adoptés par les auteurs qui en ont traité.

Théories[modifier | modifier le code]

Les principales théories sont regroupées ci-dessous en fonction du sens que leur auteur donne aux termes de déclin ou de fin de l'Empire romain.

Théories de « l'empire décadent »[modifier | modifier le code]

Généralement, ces théories soutiennent que la puissance de l'Empire romain aurait survécu indéfiniment si une combinaison de circonstances ne l'avait pas conduite à sa chute prématurée. Quelques historiens de ce groupe croient que Rome la « porta sur elle-même » et qu'elle assura son propre déclin par des politiques abusées et la dégradation de sa réputation.

Végèce[modifier | modifier le code]

Au début du Ve siècle, l'historien romain Végèce formula une théorie selon laquelle l'Empire romain déclina à cause de son contact croissant avec les barbares, entraînant une « barbarisation » qu'il percevait comme moteur de dégradation. La léthargie, la complaisance et la mauvaise discipline qui en résultaient dans les légions font apparaître la chute de l'Empire comme un phénomène d'origine essentiellement militaire. Il dépendait désormais essentiellement des « barbares » pour assurer la défense de son vaste territoire, ce qui entraîna sa chute prématurée.

Gibbon[modifier | modifier le code]

Carte géographique animée montrant la naissance, l'apogée et le déclin territorial de l'Empire romain entre -510 et 530.

Edward Gibbon (8 mai 1737 - 16 janvier 1794), historien anglais, met l'accent sur une perte de vertu civique des citoyens romains. Ceux-ci auraient peu à peu délaissé leur devoir de défendre l'Empire au profit de mercenaires barbares qui, finalement, se retournèrent contre eux[2]. Gibbon considérait que la chrétienté avait pu contribuer à cela en incitant le peuple à se détourner du présent dans l'attente de récompenses promises au paradis. Gibbon écrit : « Le déclin de Rome était la conséquence naturelle et inévitable d'une grandeur démesurée. La prospérité renforça le principe de déchéance ; les causes de la destruction se sont multipliées avec l'étendue de la conquête ; et dès que le temps a éloigné les supports artificiels, la structure prodigieuse céda sous la pression de son propre poids »[réf. nécessaire].

Le travail de Gibbon est remarquable pour ses notes et ses recherches, erratiques mais exhaustivement documentées. Dans ses écrits, Gibbon mentionne aussi le climat comme une des causes du déclin : « le climat (quelle que soit son influence) n'était plus le même ». Estimant que la baisse du civisme et l'essor du christianisme étaient une combinaison létale, Gibbon recense également d'autres facteurs qui ont pu aussi contribuer au déclin.

Richta[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

[interprétation personnelle]

Radovan Richta (1924 - 1983), philosophe tchèque, soutient que la technologie est le ressort de l'histoire. Il défend l'idée que c'est l'utilisation du fer à cheval par les tribus barbares à partir des années 200 qui a modifié l'équilibre militaire de la Pax Romana.

Cette thèse a pour faiblesse d'ignorer certains atouts militaires des romains, notamment une réelle capacité d'adaptation à la technologie de l'adversaire. Rome n'avait, par exemple, pas de flotte lorsque Carthage survint comme une puissance militaire aux moyens essentiellement maritimes. En quelques générations, Rome se dota d'une flotte et battit Carthage. Les prouesses tactiques de l'infanterie romaine pour contrer les initiatives adverses sont également célèbres, notamment celles qui permirent de confondre les charges d'éléphants d'Hannibal. Cette théorie méconnaît également des épisodes comme le service massif, dans l'armée romaine, de cavaliers teutons issus de peuples fédérés, les foederati (la plus grande partie des barbares combattus du IIIe au VIe siècle étaient par ailleurs des fantassins). Aussi, la thèse de Richta, faisant de l'innovation technique le moteur interne de l'histoire, s'efforçant d'en discerner les effets d'une société à l'autre, écarte volontairement certains paramètres contingents comme l'apparition du christianisme et la profonde transformation des mœurs dans la Rome des derniers siècles.

Bryan Ward-Perkins[modifier | modifier le code]

Le livre La Chute de Rome et la Fin de la Civilisation (2005, traduction française en 2014) de Bryan Ward-Perkins, regroupe et nuance des arguments classiques  : la « mort » de l'empire serait due à un cercle vicieux d'instabilité politique, d'invasion étrangère et de baisse du revenu des taxes. Les invasions causèrent essentiellement des dommages à long terme aux bases fiscales des provinces, amoindrissant la capacité à long terme de l'Empire à payer et équiper ses soldats, avec des résultats prévisibles. De même, des invasions répétées encourageaient les provinces à utiliser la rébellion comme moyen d'autodéfense, en complément des ressources impériales qui s'étaient réduites. S'opposant aux historiens qui refusent de parler de « chute » et ne voient pas nécessairement le déclin de Rome comme une « mauvaise chose » pour les contemporains, Ward-Perkins se fonde sur les rapports archéologiques pour soutenir, à différentes reprises, que la chute fut un véritable désastre pour l'ancien Empire.

Plus que celles de Bury et d'Heather, la théorie de Ward-Perkins identifie une série d'événements cycliques qui viennent concourir au déclin définitif. La principale différence entre son travail et celui de Bury étant que, comme Heather, il avait accès aux rapports archéologiques renforçant l'idée que la chute fut un sérieux désastre pour des millions de gens.

Bury[modifier | modifier le code]

L'Histoire de l'Empire romain tardif fournit un ensemble d'arguments expliquant la chute de l'Empire occidental. Il démystifie la théorie classique du « Christianisme contre les païens » en insistant sur le succès relatif de l'Empire de l'Est, qui était de loin plus chrétien. Sans insulter Gibbon, il trouve trop simpliste sa « théorie du déclin moral », qui apporte difficilement une réponse partielle. Il présente essentiellement ce qu'il appelle la « théorie moderne », qu'il approuve implicitement, une combinaison de facteurs :

« La suprématie de Stilicon était due au fait que la défense de l'Empire était venue à dépendre de l'enrôlement des barbares, en grand nombre, dans l'armée, et qu'il était nécessaire de leur rendre le service attractif par la perspective du pouvoir et de l'opulence vers la fin du IVe siècle. C'était, bien sûr, une conséquence du déclin de l'esprit militaire et de la dépopulation, dans les anciennes contrées méditerranéennes civilisées. Les Germains étaient utiles aux postes de commandement, mais les dangers de cette politique sont clairement apparus dans les cas des Mérobaudes et des Arbogastes. Or cette politique ne devait pas nécessairement conduire au démembrement de l'Empire : sans toute une série de hasards, les provinces occidentales auraient été converties, en leur temps et de leur manière, en royaumes germaniques. On peut dire qu'une pénétration germanique de l'Europe occidentale était inéluctable. Mais cela aurait pu se passer autrement, plus tard, plus graduellement, et avec moins de violence. En résumé, selon cette argumentation, la perte de ces provinces romaines au Ve siècle n'était pas un « inévitable effet de l'une de ces caractéristiques qui ont été à tort ou à raison décrites comme des causes ou des conséquences de son « déclin » général. »

En particulier, le fait que Rome ne pouvait compter sur l'aide des barbares pour ses guerres (gentium barbararum auxilio indigemus) peut certes être tenu comme l'une des causes de son déclin, mais cette faiblesse n'aurait pas été aussi fatale sans la séquence des éléments énumérés ci-dessus. (J..B. Bury, History of the Later Roman Empire, chap. IX, § 7 ) [1]

En résumé, Bury soutenait qu'un nombre d'éventualités survint simultanément : déclin économique, expansion germanique, dépopulation de l'Italie, dépendance reposant sur les foederati germains pour l'armée, la trahison désastreuse de Stilicon (bien que Bury le croyait inconnu), la perte de la vertu martiale, le meurtre d'Aetius, le manque d'un nouveau meneur pour remplacer Aetius : une série d'infortunes qui, combinées, devaient se révéler catastrophiques.

Bury juge l'ouvrage de Gibbon stupéfiant en termes de recherche et de détails. Ses principales divergences avec Gibbon tiennent plus à son interprétation des faits qu'à un débat sur les données. Il montre clairement que les conclusions de Gibbon sur la « déchéance morale » peuvent être conservées mais doivent être complétées. Il pense que Gibbon utilise des faits exacts mais en fait une mauvaise interprétation, avec cet argument : « la chute graduelle de la puissance romaine… fut la conséquence d'une série d'événements aléatoires. Des causes générales ne peuvent être assignées à ce que cela était inévitable. »

Selon cette théorie, le déclin et la chute finale de Rome n'étaient pas inévitables : ce drame fut l'aboutissement d'une convergence d'événements contingents, dont chacun pris isolément pouvait être surmonté.

Heather[modifier | modifier le code]

Peter Heather offre une théorie différente du déclin de l'Empire romain dans son ouvrage La Chute de l'Empire romain (2005). Heather maintient que le système impérial romain, avec ses transitions impériales parfois violentes et malgré un système de communication problématique, était assez bien organisé durant les Ier, IIe, et une partie du IIIe siècle. Selon Heather, la première trace réelle de troubles a été l'émergence en Iran de l'Empire perse sassanide (226-651). Heather écrit :

« Les Sassanides étaient suffisamment puissants et cohésifs entre eux pour repousser les légions romaines hors de l'Euphrate, d'une grande part de l'Arménie et de la Turquie du sud-est. Beaucoup de lecteurs modernes ont tendance à penser aux « Huns » comme des ennemis imbattables de l'Empire romain, alors que pour l'entière période de débat, c'étaient les Perses qui retenaient l'attention de Rome et de Constantinople. En effet, 20-25 % de la puissance militaire de l'armée romaine s'adressait à la menace perse du tardif IIIe siècle plus loin… et de 40 % des troupes sous les Empereurs Orientaux[pas clair] [2]. »

Heather continue d'exposer l'idée, comme Gibbon et Bury, qu'il a fallu à l'Empire romain environ un demi-siècle pour faire face à la menace sassanide, à cause de laquelle il a fallu dépouiller les villes et cités de la province occidentale de leurs impôts. L'expansion résultante des forces militaires dans l'Est central a finalement été couverte de succès en stabilisant les frontières avec les Sassanides, mais la réduction de la rente réelle dans les provinces de l'Empire a conduit à deux tendances, qui ont eu un impact à long terme extrêmement négatif. Premièrement, la motivation des fonctionnaires locaux à dépenser leur temps et leur argent dans le développement d'infrastructures a disparu. Les bâtiments publics du IVe siècle ont eu tendance à être beaucoup plus modestes et investis par les budgets centraux à cause de la baisse des taxes régionales. Ensuite, Heather estime que « les propriétaires terriens literati ont détourné leur attention là où l'argent était... loin des politiques provinciales et locales, chez les bureaucrates impériaux. »

Heather soutient ensuite qu'après le IVe siècle, les invasions germaniques, les Huns, Stilcho, Aetius et son meurtre ont tous conduit à la chute finale. Mais cette théorie est en même temps moderne et pertinente en ce qu'il conteste l'affirmation de Gibbon que la chrétienté et la déchéance morale ont conduit au déclin, et elle place son origine concrète sur les facteurs militaires extérieurs, en commençant par les Grands Sassanides. Comme Bury, il ne croit pas que la chute était inévitable, mais il pense plutôt que c'est une série d'événements évitables s'ils s'étaient produits isolément qui, ensemble, ont anéanti l'Empire. Il diffère de Bury, toutefois, en plaçant le début de ces drames beaucoup plus tôt dans l'histoire de l'Empire, au moment de l'ascension des Sassanides.

Sa théorie est extrêmement importante parce qu'elle a les avantages de bénéficier à la fois des trouvailles archéologiques modernes, des données du temps et du climat et d'autres informations qui étaient indisponibles aux historiens antérieurs.

Théories « de l'effondrement budgétaire »[modifier | modifier le code]

En contraste avec les théories de l'« empire décadent », des historiens comme Arnold Joseph Toynbee et James Burke affirment que l'Empire romain, en soi, était un système corrompu dès le début, et l'entière ère impériale était un déclin constant de ces institutions. Selon eux, l'Empire n'aurait jamais pu tenir. Les Romains n'avaient pas de système budgétaire. L'empire reposait sur le butin des territoires conquis (cette source de revenus s'expirant, bien sûr, avec la fin de l'expansion du territoire romain) et exemptait une élite de taxes, ce qui conduisit des paysans avec peu de terres à une grande pauvreté[pas clair] (et sur l'aumône qui requérait encore plus d'exactions sur ceux qui ne pouvaient échapper aux taxes). Entretemps, les coûts de la défense militaire et du faste des empereurs continuèrent. Des besoins financiers continuaient à s'amplifier, mais les moyens de les rencontrer s'érodaient progressivement. Dans un effort assez similaire, Joseph Tainter estime que la chute de l'Empire fut causée par des bénéfices sur l'investissement décroissants avec la complexité, une limitation à laquelle les sociétés les plus complexes finissent par être soumises.

Théories « il n'y a pas eu de fin »[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs dizaines d'années, de nombreux historiens s'accordent pour rejeter le terme « chute » (qu'ils peuvent parfois différencier du « déclin »). Ils notent que le transfert du pouvoir d'une bureaucratie centrale impériale à des autorités plus locales est à la fois progressif et presque imperceptible par le citoyen moyen.

Pirenne[modifier | modifier le code]

Henri Pirenne publia la « Thèse de Pirenne » en 1920, qui reste encore influente. Elle soutient que l'Empire continua d'exister, dans une forme quelconque, jusqu'au temps des conquêtes arabes au VIIe siècle, qui perturbèrent les routes du commerce méditerranéen, menant à un déclin de l'économie européenne. Cette théorie présente l'ascension du Royaume franc en Europe comme une suite de l'Empire romain et légitimise le couronnement de Charlemagne, premier empereur romain germanique, comme une continuation de l'État impérial romain.

Quelques historiens modernes, comme Michael Grant, souscrivent à cette théorie, au moins en partie. Grant considère la victoire de Charles Martel à la bataille de Poitiers arrêtant l'ère de la conquête islamique et sauvant l'Europe, comme un événement macrohistorique dans l'histoire de Rome.

Toutefois, quelques critiques considèrent erronnée la « Thèse de Pirenne », admettant le Royaume carolingien comme continuation de l'État romain.

« Antiquité tardive »[modifier | modifier le code]

Les historiens de l'Antiquité tardive, terme inventé par Peter Brown, contestent l'idée même de chute de l'Empire romain. Ils y voient une « transformation » progressive, constatant une continuité entre le monde classique et le monde médiéval, notamment sur le plan de la culture. Ainsi, il y aurait eu une modification graduelle sans rupture claire en dépit de l'épisode de Romulus Augustule et du sac de 410.

Malgré son titre, La Chute de l'Empire romain (2005) de Peter Heather se prononce pour une interprétation similaire à celle de Brown, d'une évolution logique du pouvoir central romain vers des pouvoirs locaux, représentés par les royaumes dits « barbares » romanisés poussés par deux siècles de contacts (et de conflits) avec des tribus germaniques, les Huns, et les Perses. Toutefois, à la différence de Brown, Heather voit le rôle des Barbares comme le facteur principal. Sans leurs interventions, il pense que l'Empire romain d'Occident aurait persisté, dans une forme peut-être différente. La théorie de Heather est aussi similaire à celle de Bury dans le fait qu'il suppose que le déclin n'était pas inévitable et qu'il fut conséquence d'une série d'événements ayant ensemble contribué à la chute.

Historiographie romaine[modifier | modifier le code]

D'un point de vue de l'historiographie, la principale question dont les historiens s'occupaient en analysant toutes les théories est l'existence prolongée de l'Empire romain d'Orient, qui dura encore mille ans après la chute de l'Empire romain d'Occident. Par exemple, Gibbon implique la chrétienté dans la chute de l'Empire occidental, mais l'est de l'Empire, qui était encore plus chrétienne que l'ouest en ampleur géographique et en ferveur, a vu son raffinement et le nombre complet de ses habitants continuer mille ans après ; Gibbon ne considérait pas l'Empire oriental comme un grand succès. De plus, les changements environnementaux ou temporels ont eu un impact aussi bien sur l'Occident que sur l'Orient, mais l'Orient n'est pas « tombé ».

Dans l'ouvrage Banque et banquiers de Babylone à Wall Street, Alfred Colling attribue le déclin progressif de Rome à l'interdiction par les évêques de cette ville mais non de Constantinople du prêt à intérêt, qui aurait paralysé la vie économique occidentale et précipité le déclin.

Les théories reflètent parfois les ères dans lesquelles elles sont développées. Les critiques de Gibbon sur la chrétienté reflètent les valeurs du Siècle des Lumières ; ses idées sur le déclin dans la vigueur martiale auraient pu être interprétées par certains comme un avertissement au grandissant Empire britannique. Au XIXe siècle, les théoriciens socialistes et antisocialistes tendaient à blâmer la décadence et d'autres problèmes politiques. Plus récemment, l'intérêt environnemental est devenu populaire, avec la déforestation, l'érosion et la paléoclimatologie (changement de climat au IIIe siècle avec des sécheresses prolongées[3]) proposées comme des facteurs majeurs, ainsi que les épidémies comme des cas anciens de peste bubonique, résultant en un décroissement déstabilisant de la population, et la malaria est aussi citée. Ramsay MacMullen suggéra en 1980 que la chute était dû à la corruption politique. Les idées à propos de la transformation sans fin distincte doivent beaucoup à la pensée postmoderne, qui rejette les concepts de la périodisation. Ce qui n'est pas nouveau est les tentatives pour découvrir les problèmes particuliers de Rome, avec Juvénal au début du IIe siècle, au sommet du pouvoir romain, critiquant déjà l'obsession du peuple envers le « pain et les jeux » (panem et circenses) et les dirigeants qui ne cherchaient qu'à assouvir ces obsessions.

Une des principales raisons du nombre de ces théories est le manque notable d'une évidence de survie entre le IVe et le Ve siècle. Par exemple, il y a si peu de données économiques qu'il est difficile de parvenir à généraliser sur les conditions économiques de l'époque. Ainsi, les historiens ont rapidement dû s'écarter des témoignages et commentaires disponibles fondés sur la manière dont les choses ont fonctionné, sur un témoignage d'une période antérieure ou postérieure ou simplement sur l'induction. Comme dans tout domaine, le témoignage disponible est clairsemé, l'habileté de l'historien à imaginer le IVe et le Ve siècle jouant un rôle important en modelant la compréhension comme seule preuve disponible et peut ainsi être sujette à une interprétation sans fin.

Effondrement du système financier[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie romaine.

Au Ve siècle, le système financier marche mal dans l’Empire romain d'Occident. Mines, poissons des rivières, sols et forêts sont des ressources en déclin, mais les dépenses croissantes, notamment pour les guerres et la protection des frontières, ont ruiné de nombreux contribuables. Lors du Bas-Empire, la généralisation de l’étatisme s'est accompagnée de dépenses publiques en hausse continuelle. La pression fiscale exercée sur les propriétaires entraîne la diminution du rendement des petits domaines et la désertion de leurs terres par les petits propriétaires, qui se placent sous la protection d’un riche terrien ou rejoignent les bandes de Bagaudes.

L’État confia la perception aux administrations municipales (curies) qui, pour faire rentrer l’impôt, procèdent avec une impitoyable dureté. Les contribuables qui ne paient pas sont jetés en prison, frappés de verges, vendus comme esclaves ou condamnés à mort (sous Valentinien Ier). On confisque aussi leurs biens.

Devant l’échec des curiales à faire rentrer l’impôt, l’État se retourne contre eux. Ils cherchent à fuir les responsabilités des fonctions municipales, se cachent et se réfugient au « désert » (dans les forêts ou zones inhabitées), dans l’armée, l’administration ou l’Église. Le pouvoir central, pour les maintenir à leur poste, leur fait la chasse : interdiction aux curiales d’entrer dans l’armée ou dans l’administration, de se faire tabellions, fabricants d’armes, avocats, de se retirer à la campagne sous peine de confiscation de leurs biens ruraux, perquisitions dans les couvents. Leurs biens sont saisis et affectés en garantie à l’entrée normale des impôts.

L’État cherche à augmenter l’effectif des curiales en recrutant tous ceux qui possèdent le cens requis par la loi, ceux qui ont recueilli des biens provenant de curiales (héritage, legs, fidéicommis, donations), ceux qui exerçant certaines professions semblent qualifiés pour les fonctions de curiales et ceux qui ont quitté leur cité d’origine pour en éluder les charges et certaines catégories de condamnés, comme les fils de soldats qui se mutilent pour échapper au service militaire.

Il faut ajouter que la partie orientale de l'empire est bien plus riche que l'occidentale. Dès la scission de l'empire en 395, l'Occident se retrouve face à des difficultés financières, notamment pour financer sa défense. La pression fiscale alors exercée renforcera l'instabilité politique et fragilisera encore plus l'empire. L'empire d'Orient, qui ne connaîtra jamais ces difficultés, lui survivra.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

  • "Que le jour recommence" Sidoine Apollinaire
  • François Guizot, Essais sur l'histoire de France du Ve au Xe siècle

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Peter Heather, The Fall of the Roman Empire, 2005, (ISBN 0-19-515954-3) - offre un récit des années finales, dans la tradition de Gibson ou Bury, et inclut en plus les dernières preuves archéologiques et d'autres trouvailles récentes.
  • Donald Kagan, The End of the Roman Empire: Decline or Transformation?, (ISBN 0-669-21520-1) (3e édition 1992) - une étude de théories.
  • Bryan Ward-Perkins, The Fall of Rome and the end of civilization, 2005. Traduction française: La Chute de Rome, fin d'une civilisation, 2014 (ISBN 9782362791000).
  • (en) "The Fall of Rome - an author dialogue", les professeurs d'Oxford Bryan Ward-Perkins and Peter Heather débattent The Fall of Rome: And the End of Civilization et The Fall of the Roman Empire: A New History of Rome and the Barbarians.
  • Christine Delaplace, La fin de l'Empire romain d’Occident : Rome et les Wisigoths de 382 à 531, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 376 p. (ISBN 978-2-7535-4295-2, présentation en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. A. Momigliano, La caduta senza rumore di un impero [La chute sans bruit d'un empire], in : Sesto contributo alla storia degli studi classici, Edizioni di Storia e Letteratura, Rome 1980, pp. 159-165.
  2. les Lètes, notamment, vivaient dans les espaces de l'Empire avec sa bénédiction.
  3. Ulf Büntgen1 et coll(en), « 2500 Years of European Climate Variability and Human Susceptibility », sur Science, (consulté le 19 janvier 2011).