Chungdak Koren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chungdak Koren
Chungdak Koren.jpg
Biographie
Naissance
Activité

Chungdak Koren, née à Phari, dans le Tibet central en 1951[1] est une infirmière et une femme politique tibétaine députée du Parlement tibétain en exil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chungdak Koren a étudié à l'école du couvent Saint-Joseph à Kalimpong et l'UCNL à Dehradun. Par la suite, entre 1967 et 1968, elle fut bénévole à l'école tibétaine de transit à Dharamsala mis en place par le ministère de l'Éducation tibétain afin de répondre aux besoins éducatifs des enfants tibétains.

De 1968 à 1969, elle a travaillé en tant que gestionnaire de la société coopérative des réfugiés tibétains à Sonada près de Darjeeling.

En 1969, elle rejoint la Norvège avec une bourse pour étudier à l'université, puis suivit une formation en soins infirmiers pendant trois ans à Oslo avec une année supplémentaire de spécialisation en dialyse. Elle a travaillé pendant 19 ans comme infirmière à l'hôpital de l'université d'Oslo.

Elle fut l'un des fondateurs principaux du comité norvégien pour le Tibet mis en place en 1988. En 1989, elle a été nommée officiellement par le Bureau du Tibet de Londres en tant que coordinateur entre le Bureau du Tibet et le Comité Nobel pour la préparation du prix Nobel de la Paix décerné au dalaï-lama. Elle est également l'un des fondateurs la radio Voice of Tibet (VOT) de la Norvège en 1996 et continue à faire partie du conseil d'administration de VOT.

De 1995-2001, elle a été nommée Représentante du dalaï-lama au Bureau du Tibet de Genève. Elle a organisé des réunions importantes, dont celle avec le Premier ministre italien et avec le ministre de l'Intérieur suisse. Elle a participé à organiser le concert de Pavarotti pour aider l'éducation des enfants tibétains et a sensibilisé l'UNESCO au financement de projets éducatifs pour les Tibétains.

Elle a ensuite été l'un des organisateurs du Kalachakra à Graz, en Autriche, en 2002. Depuis 2002, elle est nommée Directrice du comité norvégien pour le Tibet et est membre du conseil de la Campagne internationale pour le Tibet (Europe) depuis 2001. Elle fut chargée d'organiser le 1er Congrès tibétain en Europe en Suisse.

En novembre 2008, elle a reçu le prix Ossietzky décerné par le PEN de Norvège de pour son travail en faveur des droits de l'homme au Tibet.

Elle est élue en 2011 députée du Parlement tibétain en exil.

Elle a participé au film documentaire La Roue du temps.

Références[modifier | modifier le code]