Chuck Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jackson.
Chuck Jackson
Description de cette image, également commentée ci-après
Chuck Jackson en 1965
Informations générales
Nom de naissance Charles Jackson
Naissance (82 ans)
Drapeau de la Caroline du Sud Latta, Caroline du Sud
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Interprète
Genre musical soul, funk, rhythm and blues
Années actives Depuis 1957
Labels Wand (1960-1967)
Motown (1967-1970)
ABC Records (1972-1974)
All Platinum (1974-1976)
EMI America (1980-198?)
Site officiel www.chuckjackson.org

Chuck Jackson est un chanteur de rhythm and blues américain né le en Caroline du Sud. Il fut l'un des premiers artistes produits par Burt Bacharach et Hal David avec succès. Il a interprété plusieurs chansons avec un succès modéré à partir de 1961, dont I Don't Want to Cry, Any Day Now, I Keep Forgettin voire All Over The World, qui certaines d'entre elles furent classées au Billboard Hot 100.

Il fut également l'un des premiers fondateurs du genre rhythm and blues et reçut un Pioneer Award à la Rhythm and Blues Foundation en 1992. Il reçut aussi un Joe Pope Pioneer Award du Carolina Beach Music Hall Of Fame en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jackson naquit le à Latta, Caroline du Sud, d'une mère nommée Lucille et d'un père qu'il a jamais connu. Jackson avait un frère et trois sœurs. Sa mère le mit sous la garde de ses grands-parents alors il n'avait que dix-huit mois[1]. Voulant échapper au travail fatigant dans les champs de coton, sa mère déménagea au nord de Pittsburgh en Pennsylvanie, pour trouver du travail, sans Jackson[1]. Les grands-parents de Jackson le firent travailler très jeune dans la cueillette du coton dans les champs en Caroline du Sud. Sa lutte contre la fatigue dans les champs pendant les périodes chaudes était la musique. Le jeune garçon commença à chanter du gospel dans une chorale à l'église à l'âge de six ans. Il était si doué qu'à l'âge de huit ans, il possédait sa propre émission de radio de quinze minutes le dimanche matin dans lequel il jouait du piano et pratiquait le chant[1]. À douze ans, Jackson participa à un concours à l'échelle de l'État avec la chorale de son église. Mais la Cour suprême américaine décida d'appliquer la ségrégation inconstitutionnelle dans les écoles en Caroline du Sud à l'encontre des étudiants afro-américains. Chuck Jackson connut à treize ans la fermeture de son école. Il fut renvoyé travailler dans les champs de coton mais décida très vite par son plein gré de suivre sa mère vers le nord à Pittsburgh en 1950 pour obtenir une éducation[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1955, Chuck Jackson intégra le groupe de doo-wop The 5 Mellows en tant que chanteur ténor. Après son départ du groupe, ce dernier fut renommé The 4 Dots. En 1955 et 1956, Jackson commença à chanter et enregistrer avec les Ray Raspberry Gospel Singers basé à Cleveland aux côtés de Doris Willingham.

Encore jeune homme, Chuck Jackson retourna en Caroline du Sud en 1956 pour utiliser sa bourse. Il fut inscrit à South Carolina State College (SCSC) à Orangeburg, école spécialisée en musique[2]. Chuck étudia avec le chef du département de la musique et les mentors Ellen Simmons et Clyde Toomer. Mais une fois de plus, la ségrégation très imposante au Sud le força à repartir au Nord à Pittsburgh. Au SCSC, Jackson avait été en fait capturé pendant l'une des premières grandes batailles lors du mouvement des droits civiques.

Entre 1957 et 1959, il fut membre d'un autre groupe de doo-wop The Del-Vikings, dont il fut le chanteur principal sur une des chansons du groupe Willette en 1957.

De Wand à Motown

Après son départ du groupe, Jackson fut découvert par le chanteur de blues Jackie Wilson et accepta son offre de joindre la Jackie Wilson Revue au Apollo Theater à New York en 1960[3],[4]. Wilson accorda à Jackson une performance solo lors de ses prestations. Jackson partit en tournée avec la Jackie Wilson Revue en apparaissant dans d'autres salles de spectacles comme The Regal à Chicago, The Uptown à Philadelphie, et The Howard à Washington (D.C.). Il fut notamment découvert par le producteur Luther Dixon pendant sa performance solo au concert de Wilson[3]. D'autres labels tels que Brunswick (sous lequel Wilson qui était un artiste régulier), RCA et Columbia ont manifesté leur intérêt de recruter Jackson mais ce dernier décida de signer un contrat d'enregistrement avec la filiale Wand Records du label Scepter Records. Dans un entretien téléphonique en 2004, il a commenté que : « il y avait une atmosphère de vraie famille chez Scepter. Tout le monde se connaissait »[5]. Son premier single sous ce label sortit en 1961, I Don't Want to Cry, qu'il a coécrit, fut son premier succès. La chanson fut classée à la fois au no 5 du classement Top R&B et no 23 de celui du Top Pop[5]. À cette occasion, sortit également un premier album homonyme[3] à la même année, dans lequel il interpréta même une reprise d'une chanson à succès de Jackie Wilson, Lonely Teardrops, sortie en 1958. En 1962, son interprétation du titre Any Day Now, à l'origine de Burt Bacharach et Bob Hilliard, devint un autre succès. Sa popularité dans les années 1960 ne fit que croître et le poussa à collaborer avec d'autres artistes reconnus de son époque comme Maxine Brown, voire Tammi Terrell (une future vedette de la Motown) bien plus tard.

Mais l'association de Jackson avec Wand touchait à sa fin et Jackson signa en 1967 un contrat avec une maison de disque très réputée, la Motown : « J'ai longtemps été proche de Berry Gordy et sa famille avant même qu'il ne fonde Motown... »[5]. Jackson expliqua son départ de Wand lors d'un entretien en février 2004 : « La directrice Florence Greenberg[6] et moi nous sommes disputés au téléphone après qu'elle a refusé de payer mes musiciens devant jouer avec moi à une convention d'un disc-jockey. Elle m'a dit que si cela ne convenait pas, je pouvais partir, mais que cela me coûterait [...]. Alors j'ai appelé Smokey Robinson et je lui ai dit que si la Motown me voulait, j'étais prêt mais j'avais besoin d'aide pour obtenir de l'argent afin d'acheter mon contrat avec Wand. Trois jours plus tard, je suis entré dans le bureau de Florence avec un chèque. Elle l'a pris, mais elle était en larmes. Elle ne voulait pas vraiment que je m'en aille... »[5].

Cependant, trois ans passés avec Motown ne firent pas ramener Jackson en tête des charts, même si plusieurs chansons sorties sous ce label figurèrent néanmoins les classements du Top R&B. Il enregistra un album intitulé Chuck Jackson Arrives! (ou simplement Arrives!) fut classé 48e au Top R&B Album Charts ; il enregistra encore deux autres albums sous ce label (le dernier étant distribué par l'étiquette V.I.P de Motown) et le quitta en 1970 pour signer un autre contrat chez ABC Records des années plus tard.

Contrats avec d'autres labels et nomination aux Grammy Awards

Jackson enregistra un album sous ABC Records Through All Times qui sortit en 1973, dont le single I Only Get This Feeling qui atteignit la 35e du classement Top R&B la même année et I Can't Break Away qui celui-ci fut classé 62e au Top R&B en 1974. Après que la maison de disque ABC fit faillite, Jackson signa avec un autre label All Platinum. Jackson classe une autre chanson cette fois-ci no 9 dans les classements, intitulée Love Lights dont le genre est le disco qui fut très à la mode à cette époque, sorti sur le label All Platinum en 1975, et Jackson publia un nouveau hit l'année suivante I'm Needing You, Wanting You[7], classé no 30 au Top R&B. Jackson ne sortit qu'un seul album sous le même label intitulé Needing You, Wanting You. En enregistrant sur le label Baby Bollox Jackson atteignit les classements Top R&B avec une reprise de la chanson de Bob Marley I Wanna Give You Some Love en 1980. Il sortit à la même année deux derniers albums sous un label major comme EMI Records. Jackson ne sortit plus vraiment de disques durant les années 1980 jusqu'en 1989 où il enregistra une chanson All Over The World sous Nightmare Records qui devint l'un des titres les plus reconnus en son nom.

Il enregistra en 1992 un autre album intitulé I'll Take Care of You en duo avec la chanteuse de gospel Cissy Houston. Il reçut à la même année un prix en tant qu'un des pionniers du rhythm and blues. Jackson collabora avec une autre artiste et amie de longue date Dionne Warwick en 1998 sur la chanson If I Let Me Go et furent tous les deux nominés aux Grammy Awards en tant que meilleur duo[1] ; la chanson reçut notamment des critiques élogieuses et fut classée no 19 sur les classements du Gavin Adult Contemporary. Jackson sortit un autre titre What Goes Around, Comes Around et ce dernier atteignit le no 13 au Gavin Charts.

Plus récemment, dans les années 2000, pour se souvenir de la lutte pour les droits civiques dans son état natal, Chuck Jackson travailla avec les leaders civiques et donna de son temps à l'amélioration de la vie du centre-ville en effectuant en concert et organisant divers événements. Une compilation sortit en 2005, intitulée Chuck Jackson - The Motown Anthology, regroupant les meilleures chansons pendant ses "années Motown". Aujourd'hui, l'artiste organise également des spectacles et d'autres événements spéciaux au Apollo Theater de New York où il a commencé sa carrière solo il y a plus de cinquante ans[1].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Rhythm and Blues Foundation, "Pioneer Award"
  • 2009 : Carolina Beach Music Hall Of Fame "Joe Pope Pioneer Award"

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Titre Label Catalogue
Albums studio
1961 I Don't Want to Cry! Wand Wand WDM-650
1962 Any Day Now Wand WDM-654
1963 Encore! Wand WDM-655
1964 Chuck Jackson on Tour Wand WDM-658
1965 Mr. Everything Wand WDM-667
1966 A Tribute to Rhythm and Blues Wand WDM-673
1966 A Tribute to Rhythm and Blues, Volume 2 Wand WDM-676
1966 Tribute to the King Wand WDM-680
1968 Chuck Jackson Arrives! Motown Motown MS-667
1969 Goin' Back to Chuck Jackson Motown MS-687
1970 Teardrops Keep Falling on My Heart V.I.P VS-403
1973 Through All Times ABC Records ABCX-798
1975 Needing You, Wanting You All Platinum All Platinum AP-3014
1980 After You EMI America ?
1980 I Wanna Give You Some Love EMI SW-17031
1994 Chuck Jackson Platinum Pop ?
1998 I'll Never Get Over You ?
Compilations
1977 The Great Chuck Jackson Bulldog ?
1967 Greatest Hits Wand Records Wand WDM-683
1984 Mr. Emotion Kent Records KENT 033
1987 A Powerful Soul KENT 073
1990 Good Things CD KEND-935
1991 Any Day Now Instant Records CD INS 5048
1992 I Don't Want To Cry Charly Records CD CD-1025
1992 Any Day Now ?
1997 The Very Best of Chuck Jackson Varèse Vintage Varèse VSD-5777
1998 Smooth, Smooth Jackson Sequel Records ?
2005 Chuck Jackson - The Motown Anthology Motown ?
Album en duo
Année Titre En duo avec Label Catalogue
1963 Chuck Jackson & Young Jessie Young Jessie Crown Records Crown CST-354
1965 Saying Something Maxine Brown Wand Wand WDM-669
1967 Hold On, We're Coming Maxine Brown Wand WDM-678
1967 The Early Show Tammi Terrell Wand WDM-682
1992 I'll Take Care of You Cissy Houston Shanachie Shanachie 9002

Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Classements
US US R&B
1961 I Don't Want to Cry 36 5
(It Never Happens) In Real Life 46 22
Mr. Pride 91 -
I Wake Up Crying 59 13
1962 Any Day Now 23 2
I Keep Forgettin' 55 -
Who's Gonna Pick Up the Pieces 119 -
Getting Ready For the Heartbreak 88 -
1963 Tell Him I'm Not Home (fear. Doris Troy) 42 12
Tears of Joy 85 -
I Will Never Turn My Back On You 110 29
Any Other Way 81 -
1964 Hand It Over 92 -
Beg Me 45 -
Somebody New 93 -
Since I Don't Have You 47 -
1965 I Need You 75 -
Something You Got (feat. Maxine Brown) 55 10
If I Didn't Love You 46 18
Can't Let You Out of My Sight (feat. Maxine Brown) 91 -
I Need You So (feat. Maxine Brown) 98 22
Good Things Come To Those Who Wait 105 -
1966 I'm Satisfied 112 -
1967 Hold On I'm Coming (feat. Maxine Brown) 91 20
Daddy's Home (feat. Maxine Brown) 91 46
Shame On Me 76 40
1968 (You Can't Let the Boy Overpower) The Man in You 94 -
1969 Are You Lonely For Me Baby 107 27
Honey Come Back - 43
1973 I Only Get This Feeling 117 35
I Can't Break Away - 62
1974 Love Lights - 9
1975 I'm Needing You, Wanting You - 30
1980 I Wanna Give You Some Love - 90

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bill Dahl : Motown: The Golden Years, Music of the Great Lakes. Krause Publications, 2001 (ISBN 0-873-49286-2)
  • Julia Edenhofer : Das Große Oldie Lexikon. Bastei-Lübbe, 1991 (ISBN 3-404-60288-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Pittsburgh Music History - Chuck Jackson Biography » (consulté le 15 novembre 2014)
  2. (en) « Orangeburg County, South Carolina, citizens and students boycott for U.S. Civil Rights, 1955-1956 », Global Nonviolent Action Database (consulté le 15 novembre 2014)
  3. a b et c (en) « Chuck Jackson : "I Don't Want To Cry!" 180 Gram LP », sur www.sundazed.com (consulté le 15 novembre 2014)
  4. (en) John M. Imperiale, « Chuck Jackson at the Hunter Theatre », sur www.catskillmtn.org (guide magazine), (consulté le 15 novembre 2014)
  5. a b c et d (en) « One of traditional R&B music's legendary proponents, Chuck Jackson racked up an impressive twenty-three charted singles between 1961 and 1980. », sur www.soultracks.com (consulté le 15 novembre 2014)
  6. (en) « Image de Luther Dixon, Florence Greenberg, Chuck Jackson et Marvin Schlacter (Wand Records) » (consulté le 15 novembre 2014)
  7. (en) « Modern Soul _ Chuck Jackson - I'm Needing You,Wanting You », sur YouTube (consulté le 15 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]