Chrystel Marchand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chrystel Marchand

Naissance
Caen
Activité principale Compositrice
Activités annexes Pédagogue
Formation Conservatoire de Versailles, Conservatoire de Paris

Chrystel Marchand est une compositrice et pédagogue française née en 1958 à Caen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chrystel Marchand naît en 1958 à Caen[1].

Elle étudie au lycée international de Saint-Germain-en-Laye et compose en 1976, durant sa scolarité, une comédie musicale d'après Aristophane, The Birds, mise en scène par Bill Moon. En musique, elle est élève au Conservatoire de Versailles et travaille la musique de chambre et le piano avec Désiré N'Kaoua[1].

Parallèlement, elle étudie l'analyse musicale et la composition avec Nadia Boulanger[1], pédagogue à qui elle rend hommage en 1980 avec une sonate pour piano « in memoriam Nadia Boulanger »[2],[1].

Entre 1979 et 1987, Chrystel Marchand est élève au Conservatoire de Paris[1], en classes d'harmonie, de fugue et contrepoint, de composition, d'orchestration et d'analyse[1].

En 1984, elle obtient le Certificat d'aptitude (CA) de professeur animateur, année où elle reçoit une commande d'État pour une œuvre pour quinze instruments, Dans un brouillard doré[3]. Suivront plusieurs compositions, L'Âge d'or en 1989, et Les sourires de l'aube en 1990[3]. Elle est pensionnaire de la Casa de Velázquez de 1988 à 1990 (59e promotion)[4]. De cette période date Allégories, pour piano, inspirées par des toiles de Brueghel l'Ancien (1989)[5].

Plus tard, elle entreprend des études universitaires qui aboutissent à un DEA en sciences de l'éducation en 2002, puis un doctorat en musicologie en 2007[3]. Elle est professeure de culture musicale puis directrice du Conservatoire du 14e arrondissement de Paris, et compose dans ce cadre plusieurs œuvres pédagogiques[3].

Comme compositrice, Chrystel Marchand est « sensible à l'écoute des poètes, ce que met en évidence la qualité des textes choisis dans sa musique vocale[6] ». Ainsi des Euclidiennes, pour soprano, flûte et harpe, sur des poèmes de Guillevic, de La jeune captive, pour mezzo-soprano et ensemble instrumental, d'après André Chénier, et plusieurs autres mélodies sur des textes de Jean Follain et Philippe Jaccottet, ou comme inspiration dans des œuvres de musique de chambre, Claudel dans les Méditations sur le De Profundis, et Virgile dans Trois Bucoliques pour hautbois et piano[5].

D'autres formations instrumentales ont également ses faveurs, à l'image du quatuor à cordes[5],[7] ou de l'orchestre d'harmonie, pour lequel elle compose en 1987 Ombre et lumière, en hommage à Raoul Dufy et la ville du Havre[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi ses compositions, figurent notamment[8] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierrette Germain, « Chrystel Marchand », dans Association Femmes et Musique, Compositrices françaises au XXe siècle, vol. II, Sampzon, Delatour, (ISBN 978-2-7521-0240-9, présentation en ligne), p. 121-123.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Germain 2014, p. 121.
  2. Jean-Christophe Le Toquin, « Sonate « Vie et Destin » de Chrystel Marchand », sur ResMusica, (consulté le )
  3. a b c et d Germain 2014, p. 122.
  4. « Annuaire des membres et des anciens membres - Création Artistique | Casa de Velázquez », sur www.casadevelazquez.org (consulté le )
  5. a b c et d Germain 2014, p. 123.
  6. Germain 2014, p. 121-122.
  7. « MARCHAND Chrystel », sur Présence compositrices (consulté le )
  8. Germain 2014, p. 122-123.

Liens externes[modifier | modifier le code]