Cette page est semi-protégée.

Chronologie du téléphone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carte postale de 1910 montrant l'usage du téléphone.

Le téléphone électrique est une invention attribuée, selon les sources à Antonio Meucci, à Elisha Gray ou à Alexander Graham Bell en 1876[1] ; il est conçu pour transmettre la voix à longue distance.

Depuis 1876, le téléphone a connu de nombreuses évolutions.

Chronologie

Les débuts du téléphone électrique

1876, le premier téléphone

Plusieurs inventeurs ont participé à l'invention et à l'amélioration des téléphones utilisant l'électricité, notamment Antonio Meucci, puis Elisha Gray et Alexander Graham Bell en 1876. Le premier téléphone a été industrialisé par Alexander Graham Bell (scientifique et inventeur) qui fonda en 1877 la Bell Telephone Company[2]. Ce téléphone était aussi appelé vibraphone[3]. Il était composé de bois et de fil trempé dans de l'acide, pour favoriser la transmission des ondes sonores.

1880, le téléphone d'Ader

Le téléphone de Clément Ader, créé en 1880, est un perfectionnement de celui du système de Bell. Clément Ader modifie deux éléments afin de rendre le téléphone plus performant[4] :

  • un microphone est situé derrière une planche de pin fixée sur le socle ;
  • les deux écouteurs placés sur les côtés pour entendre l’interlocuteur.

Ce téléphone n’était qu’une petite partie de l’installation nécessaire pour communiquer. Deux piles constituées d’une bouteille de verre remplie d’électrolyte et d’électrodes devaient être connectées pour faire fonctionner l’appareil et il était difficile de savoir lorsqu'elles étaient usées.

1892, le Mildé

Le Mildé apparaît comme le troisième modèle de téléphone.

Pour l'utiliser, il fallait :

  • appuyer 3 ou 4 fois sur le bouton d’appel et attendre la sonnerie ;
  • décrocher les deux récepteurs et les appliquer sur les oreilles pour entendre l’opératrice ;
  • donner à l’opératrice le nom et l’adresse de son correspondant et attendre qu’elle établisse la communication ;
  • parler très près de l’appareil[5].

Il est toujours composé de matériaux basiques (bois, fil). Le microphone se situe toujours dans un boitier en pin.

1904, le SIT

Le SIT, autrement appelé « Violon », est le premier téléphone à avoir une forme à visée esthétique[6]. Sur les modèles précédents, les créateurs n'avaient pas cherché à rendre leur appareil agréable au regard. De plus, il est le premier téléphone à posséder la fonction « décrocher/raccrocher » grâce à son mécanisme.

1905, le type 10

Le Type 10, inventé par Eurlieult[7], utilise des fils entourés de coton comme isolant pour transmettre le son, mais il s'avère que ces fils ne sont pas fiables.

Une évolution qui continue : les Marty et les PTT24

1910, le premier Marty

Les Marty sont des téléphones qui respectent un cahier des charges précis, ils sont vendus en France à partir de 1910 en grandes quantités. Ils intègrent une magnéto actionnée par une manivelle permettant d’appeler l’opératrice[8]. Le Marty est aussi fabriqué (par l'AOIP) en version murale.

1915, le premier appel téléphonique transcontinental

Un appel téléphonique ayant eu lieu le 25 janvier 1915 a été présenté, à des fins de marketing, comme le premier appel téléphonique transcontinental. Cet appel a été effectué dans le cadre des célébrations de l'Exposition universelle de 1915. Cependant, la ligne téléphonique transcontinentale avait été complétée le 17 juin 1914 et avait été testée en juillet 1914.

Un timbre américain de 1998 commémore l'achèvement de la ligne téléphonique en 1914[9],[10],[11],[12].

1922, l'arrivée du téléphone à cadran avec le PTT24

Le PTT24.

En 1922, un concours est lancé pour choisir un nouveau modèle unique ; ce sera le PTT24 en 1924 (c'est de là que vient son nom). Ce téléphone est prévu, à la base, pour les réseaux automatiques, mais il existe pour les réseaux privés grâce à sa batterie locale. Le PTT24 possède des caractéristiques électriques impressionnantes, du fait de sa robustesse de boitier en bakélite et de son microphone très sensible. Le PTT24 est le premier téléphone à cadran. Sa version portable est une vraie réussite, mais la version murale est une catastrophe esthétique, elle ne possède aucune originalité : un simple coffret en métal où repose le combiné.

1927, première communication téléphonique internationale

Le 21 octobre 1915, les ingénieurs des laboratoires Bell System (division de la firme américaine AT&T) réussissent la première expérience de téléphonie sans fil entre Arlington (Virginie) et la Tour Eiffel, à Paris[13]. En 1927, le premier service téléphonique commercial transatlantique par onde radio entre l’Amérique du Nord et l’Europe est mis en place. Officiellement, la première communication téléphonique internationale entre New York et Londres a lieu le 7 janvier 1927 entre Walter Sherman Gifford (en), président d'AT&T et Sir Evelyn P. Murray, secrétaire d'état aux postes du gouvernement britannique[14]. Ce réseau commercial va compléter puis progressivement remplacer la télégraphie transatlantique. Le service Pacifique est couvert par AT&T en 1931, le premier appel qui fait le tour du monde a lieu le 25 avril 1935[15].

1941, le téléphone à cadran en bakélite

Le Marty est amélioré en 1941, il possède un magnéto et un cadran en bakélite.

Les formes du téléphone, une évolution rapide

Téléphone à cadran rotatif.

Années 1950, le téléphone crapaud

Le téléphone crapaud est issu des formes moulées ramassées (voir la forme du Télic 1960 données par Télic (Alsace)). Il n'est plus forcément noir mais beige.

Années 1970, le téléphone à cadran en couleur

Dans les années 1970, les téléphones prennent des couleurs vives et attirent de plus en plus d'utilisateurs.

Quatre innovations importantes

Années 1980, le téléphone à touches

Téléphone à touches ATT.

C'est dans les années 1980 qu'une véritable innovation va apparaître: le téléphone va désormais posséder un clavier à touches numériques qui remplace le cadran. C'est une invention due à John Karlin des Bell Labs. Dans un premier temps, jusqu'au milieu des années 1980, cette innovation est purement ergonomique. Elle réduit le risque d'erreur de numérotation, permet au téléphone de prendre des formes plus variées et de composer automatiquement des numéros pré-enregistrés. Mais la numérotation continue à se faire par impulsions comme avec un cadran. Dans un second temps, le clavier permet d'introduire la numérotation par fréquences vocales qui augmente considérablement la rapidité de numérotation et apporte de nouveaux services : serveurs vocaux interactifs, services téléphoniques à valeur ajoutée (signal d'appel, transfert d'appel, conversation à trois), interrogation à distance de son répondeur-enregistreur.

Années 1990, les téléphones sans fil

Téléphone DECT sans fil.

La deuxième innovation majeure se développe dans les années 1990, lorsque le fil du téléphone peut être supprimé. La communication entre le poste et le combiné se fait par ondes radio, d'abord par transmission analogique à la fin des années 1980 avec une base et des terminaux équipés d'antennes téléscopiques, puis par transmission numérique cryptée avec les téléphones sans fil DECT à partir du milieu des années 1990.

Années 1990 et 2000, le téléphone mobile

Téléphone mobile Siemens.

La troisième innovation importante est celle du téléphone mobile, qui permet d'apporter son téléphone où on le souhaite grâce aux réseaux de téléphonie mobile. Les communications entre plusieurs téléphones mobiles peuvent se faire via des antenne-relais, des faisceaux hertziens et/ou par satellite. Le réseau Radiocom 2000 (1G) est lancé, en France, en 1986 et remplace progressivement le réseau analogique. Puis, le téléphone cellulaire (2G) apparaît en 1993. D'abord de grande taille avec une antenne externe, la taille du téléphone mobile est très vite réduite jusqu'à lui permettre de rentrer dans une poche. Très vite ces téléphones bénéficient d'un écran. Ils sont d'abord munis de la simple fonction d'appel/réception, puis se développent avec de nombreuses fonctions telles que les SMS, MMS, appareil photo, lecteur de musique, des jeux...

Années 2010, le smartphone

La fin des années 2000 voit une accélération des innovations dans le téléphone mobile. La technologie de l'écran tactile capacitif permet de se passer des touches et d'offrir un écran de grande taille dans un format qui reste contenu à la taille d'une main. La qualité de ces écrans s'améliore au fil du temps. L'intégration dans les téléphones d'une multitude de capteurs miniaturisés permet de multiplier les fonctionnalités : géolocalisation (GPS), navigation (GPS + gyroscope + compas), reconnaissance faciale et de texte (capteur photographique de haute définition), identification biométrique (scanners d'empreinte digitale et d'iris), altimètre/baromètre (baromètre), rythme cardiaque et oxygénation du sang (oxymétre de pouls), etc. Les processeurs à basse consommation de type ARM permettent d'offrir des performances de calcul proches des ordinateurs portables pour une consommation adaptée à la capacité des batteries de téléphone mobile. L'apparition de systèmes d'exploitation évolués basés sur Unix (iOS d'Apple, Android de Google) permet d'exploiter toutes ces innovations matérielles et de faciliter le développement de magasins d'applications gigantesques (iTunes d'Apple, Google Play Store). Le téléphone mobile se transforme en un ordinateur de poche, le "smartphone", où la téléphonie n'est plus qu'une application parmi d'autres.

Aujourd'hui

De nos jours, le téléphone traditionnel, avec ou sans fil, a tendance à régresser.

De plus en plus de consommateurs se passent de téléphone fixe et ne détiennent plus qu'un smartphone. Le marché du smartphone est divisé en deux univers : celui de l'iPhone d'Apple avec son système d'exploitation propriétaire iOS et le magasin d'applications iTunes, et celui du système d'exploitation Android avec le magasin d'applications Google Play Store. Le plus gros fabricant de smartphones basés sur Android est Samsung.

Dans l'univers professionnel, les utilisateurs intensifs du téléphone (centres d'appel, salles de marchés...) ont remplacé depuis plusieurs décennies le téléphone traditionnel par des terminaux informatiques équipés d'un micro-casque. Les autres utilisateurs continuent d'utiliser un téléphone traditionnel généralement doté d'un clavier, d'un écran non tactile et d'une fonction mains-libres (haut-parleur + microphone) et connecté via Ethernet à un serveur de VoIP et au réseau local (pour la gestion des répertoires et le lancement d'appels depuis le PC de l'utilisateur).

Notes et références

  1. L'histoire du téléphone.
  2. (en) Bell System History - The Bell Telephone Company was formed on August 1, 1877 beatriceco.com, consulté en mars 2018.
  3. « Alexander Graham Bell - Téléphone et autres inventions », sur aerohistory.org.org, voir archive (consulté le 16 mars 2016).
  4. Téléphone Ader collectionhistorique.orange.com, consulté en mars 2018.
  5. Mode d'emploi du téléphone Mildé, 1892.
  6. Les téléphones - 1876-1920 : Les débuts l2l1.com, consulté en mars 2018.
  7. Eurieult – type 10 telephones-anciens.org, consulté en mars 2018.
  8. Téléphone Marty museedesconfluences.fr, consulté en mars 2018.
  9. Michael Riordan et Lillian Hoddeson, Crystal Fire: The Birth of the Information Age, New York, W. W. Norton & Company, coll. « Sloan Technology Series », , 57–61 p. (ISBN 978-0-393-31851-7, OCLC 35762766, LCCN 96047464, lire en ligne).
  10. « 1915: First Transcontinental Telephone Call » [web page], AT&T Labs, (consulté le 21 août 2013).
  11. « A Transcontinental Telephone Line: July 1914 » [web page], PBS online, ScienCentral Inc. and The American Institute of Physics., (consulté le 21 août 2013).
  12. Susan E. McMaster, The Telecommunications Industry, Westport, Conn., Greenwood Press, coll. « Emerging Industries in the United States », , 46–47 p. (ISBN 978-0-313-31601-2, OCLC 231966417, LCCN 2002021628, lire en ligne).
  13. (en) http://time.com/4081211/transatlantic-speech-transmission-1915/.
  14. (en) First Official Transatlantic Telephone Call (January 7, 1927).
  15. (en) Joseph Nathan Kane, Famous first facts, H. W. Wilson, , p. 1127.