Chronologie de la Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article liste les événements qui se sont déroulés en Bourgogne entité physique et historique.

Préhistoire et protohistoire[modifier | modifier le code]

Paléolithique[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Âge du bronze[modifier | modifier le code]

Premier Âge du fer[modifier | modifier le code]

Second Âge du fer[modifier | modifier le code]

Période gauloise[modifier | modifier le code]

Le théâtre gallo-romain d'Autun.

Période gallo-romaine et Ier millénaire[modifier | modifier le code]

Ier siècle[modifier | modifier le code]

IIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 107 : l'école de philosophie et de rhétorique d'Autun attire des étudiants de tout l'Empire[3]
  • 155 ou 167 : mort de Thyrse, saint, martyr chrétien mort à Autun qui le considère avec Andoche, comme ses apôtres, et martyrs.

IIIe siècle[modifier | modifier le code]

IVe siècle[modifier | modifier le code]

Ve siècle[modifier | modifier le code]

Le royaume de Bourgogne en 443 et 476

VIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 532 : naissance de Gontran, fils de Clothaire Ier, futur roi de Burgondie[5].
  • 595 : à la mort de Childebert II, Brunehaut gouverne l'Austrasie (Metz) et la Bourgogne au nom de ses deux petits fils [6].
  • 597 : décès de Gontrand[5].

VIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 625 : création du comté de Scarpone (« Pagus Scarponensis »), détaché de Toul qui dépendait alors du royaume de Bourgogne (date proposée par l'historien Louis Davillé).

VIIIe siècle[modifier | modifier le code]

IXe siècle[modifier | modifier le code]

Xe siècle[modifier | modifier le code]

  • 937 : Chalon-sur-Saône est prise d'assaut par les Hongrois

IIe millénaire[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1203 : la charte de franchise de la commune de Beaune[8] confère à ses habitants droits et privilèges. Eudes III, duc de Bourgogne, permet à Beaune d’exister en tant qu’institution autonome sur le modèle de Dijon.
  • La charte communale de 1231 cite le « castus Montusbarri » (Montbard). cette charte est octroyée par le duc Hugues IV) au comte d'Auxois.
  • 1237 : Jean Ier de Chalon, dit Jean l'Antique ou Jean le Sage, (1190-1267), échange avec Hugues IV le Pacifique, duc de Bourgogne, les comtés de Chalon et d'Auxonne contre les seigneuries de Salins, de Bracon, de Vuillafans et d'Ornans, et conserve jusqu'à sa mort (1267) le titre de comte de Chalon qu'il transmet à ses descendants[9]
  • 1273 : un tournoi entre le roi anglais Édouard Ier et le comte de Chalon est appelé « Petite guerre de Chalon ».

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1386 : Guillaume de la Marche en Braisse.(Bresse), bailli et maître des foires de Chalon [10].

XVe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1430 : naissance à Autun de Ferry de Clugny Conforgien, (décédé en 1483), Évêque de Tournai, Cardinal de Santa Maria in Domnica.
  • 1476 : pendant que le Téméraire tente de reconstituer une armée, la Lorraine se révolte et René II fait son entrée à Nancy.
  • 1478 :
    • Chalon est assiégée par les troupes de Louis XI, puis revient, grâce à ce dernier prince, à la couronne de France.
    • octobre : le roi de France confirme les privilèges de la ville de Beaune par ses lettres patentes[12].

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1526 : construction de l'hôpital de l'île Saint-Laurent à Chalon.
  • 1547 : début de la construction de la citadelle de Chalon sous la conduite de l'architecte italien Girolamo Bellarmato[13]. Elle sera terminée en 1591.
  • 1552 : les églises de Chalon sont pillées lors des affrontements qui opposent catholiques et protestants[15].
  • 1568 : Wolfgang de Bavière, financé par Élisabeth Ire d'Angleterre prend la tête d'une armée expéditionnaire de 14 000 mercenaires pour apporter des renforts aux protestants français assiégés à La Rochelle. Dans sa traversée de la Bourgogne, ses troupes composées de reîtres, cavalerie lourde équipée de pistolets, ravagent la Franche-Comté et restent deux jours devant les murailles de Beaune et y détruisent les chartreux, avant de continuer leur route[18].
  • 1575, 15 avril : exécution à Dijon de François de Lespine. Sa tête coupée est plantée sur une pique, au-dessus de l'hôtel-de-ville de Beaune, le 18 avril. Il fut reconnu coupable de comploter en vue de livrer Dijon et le château de Beaune aux huguenots.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Le lycée d'Autun XVIIe siècle tient une place importante dans l'histoire de la ville et même de la France puisque Napoléon Bonaparte, qui lui a donné son nom actuel, ainsi que son frère Joseph [19]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Pour améliorer le trafic du port de Chalon, de véritables quais sont construits au XVIIIe siècle[20]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Années 1810[modifier | modifier le code]

Années 1830[modifier | modifier le code]

  • 1839 : fondation à Chalon des Chantiers « Le Petit Creusot » par les frères Schneider qui lancera le développement industriel de la cité jusqu'à nos jours[23].

Années 1840[modifier | modifier le code]

  • 1849 : Chalon est reliée à Paris et à Lyon en 1854[24]

Années 1860[modifier | modifier le code]

  • 1863 : création de la société qui existe aujourd'hui sous le sigle PEI (« Pinette Emidecau Industries ») située en zone industrielle Nord de Chalon. Première société d'importance dans la construction mécanique, fondée par Gustave Pinette[25]. Elle se développa grâce à l'essor de l'industrie minière, des briqueteries et des tuileries.

Années 1870[modifier | modifier le code]

Années 1880[modifier | modifier le code]

  • 1881 : la commission des Hospices de Beaune met en place un projet pour transformer son école horticole en école de viticulture.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville d'Autun (1900)
Cour d'honneur et bâtiment administratif de La Viti à Beaune.

Années 1900[modifier | modifier le code]

Années 1910[modifier | modifier le code]

  • 1919 : l'hôpital militaire américain de Beaune est transformé après l'Armistice en Université américaine, par l'A.E.F. pour former les soldats qui ne peuvent pas rentrer immédiatement aux États-Unis, dans les forces d'occupation de l'Allemagne. L'"A.E.F. University of Beaune" ouvre de février à juin 1919 avec 15 000 militaires étudiants américains qui y suivent une formation et sa faculté de 600 enseignants et personnels[26],[27]. L'A.E.F. University de Beaune avait un collège d'agriculture avec 2500 étudiants dans une ferme de 13 hectares a Allerey, et une branche de 1 000 étudiants, dans un collège d'art et d'architecture situé au château de Bellevue près de Versailles. Près de 30 000 ouvrages furent rassemblés dans sa bibliothèque et seront ensuite donnés à la bibliothèque municipale de Beaune[28]. L'université fut dirigée par John Erskine[29], professeur d'anglais à l'université Columbia de New York, qui fut chargé de l'organisation de cette université militaire avec le colonel Ira Reeves[30].

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

  • 1976 : à Autun, à la suite de la grande sécheresse la prospection aérienne de René Goguey permet de mettre en évidence tout un ensemble antique dont un vaste théâtre. Son diamètre de 120 mètres dépassant le demi-cercle, il appartient à la série des théâtres gallo-romains associés à des Temples[33].

Années 1980[modifier | modifier le code]

IIIe millénaire[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Autun, lors de la construction de logements, près de la porte d'Arroux, les travaux ont permis de découvrir un quartier antique ainsi que plus de 100 000 pièces de monnaie en bronze datant du IIIe siècle[35],[36],[37].
  • 2011, septembre : le nouveau centre hospitalier William Morey est inauguré à Chalon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Chalon-sur-Saône, sous la Direction de Pierre Lévêque p. 17.
  2. http://www.augustodunum.org/le_site.htm
  3. Jean-Paul Coudeyrette: Compilhistoire. texte en ligne.
  4. Josyane Piffaut et Michel Limoges : Objectif Chalon-sur-Saône, Avoir 2500 ans et de l'avenir, p.  18
  5. a et b Le grand bétisier de l'Histoire de France - Alain Dag-Naud - Larousse - page 35
  6. Le grand bétisier de l'Histoire de France - Alain Dag-Naud - Larousse - page 34
  7. Rodolphe Ier sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  8. « La charte des privilèges de Beaune  : 1203 », sur Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne (consulté le ).
  9. La Saône-et-Loire ; les 573 communes, page 42 sur Chalon-sur-Saône.
  10. Cartulaires de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte 139.
  11. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte X, supplémément. du 13 juillet 1463.
  12. Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, octobre 1478 (lire en ligne).
  13. Histoire de Chalon-sur-Saône, sous la direction de Pierre Lévêque p. 65.
  14. Société d’histoire et d’archéologie de Beaune tome 64, page 70 à 75 année 1993
  15. Sébastien Lambert, Conforgien, une maison forte Bourguignonne, dans Places fortes et centres d'échanges, Actes du 21e colloque de l'A.B.S.S, Semur-en-Auxois (15-16 octobre 2011), Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, 2014, (ISSN 0989-9200), p. 75.
  16. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne)., p. 253
  17. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne)., p. 252.
  18. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne)., p. 267
  19. http://petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=71014_5
  20. Michel Limoges et Josyane Piffaut, Saône-et-Loire, p. 42.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Autun », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  22. « La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne : la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814. Tome 2 / par le commandement Weil ; avec une préf. par M. le Général Lewal » Accès libre, sur Gallica, 1891-1895 (consulté le ).
  23. Chalon-sur-Saône - Le Canal du Centre et l'essor des industries mécaniques de la fin du XVIIIe siècle à 1984, p. 68.
  24. Chalon-sur-Saône - Le Canal du Centre et l'essor des industries mécaniques de la fin du XVIIIe siècle à 1984, p. 20 .
  25. Chalon-sur-Saône - Le Canal du Centre et l'essor des industries mécaniques de la fin du XVIIIe siècle à 1984, p. 98-99.
  26. « query.nytimes.com/mem/archive-… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  27. « query.nytimes.com/mem/archive-… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  28. http://scd.u-bourgogne.fr/userfiles/Histoire%20de%20don.pdf
  29. http://www.c250.columbia.edu/c250_celebrates/remarkable_columbians/john_erskine.html
  30. http://www.gwpda.org/wwi-www/Allerey/Allerey07.html
  31. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p. 35.
  32. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p. 35
  33. Archéologia, no 482 de novembre 2010. p. 40-41.
  34. Site de Joomla, La chute de Kodak, consulté le 9 mars 2013.
  35. Autun (71) : Un trésor romain découvert
  36. Découverte archéologique sur un chantier de HLM à Autun
  37. « Plus de 100 000 pièces romaines découvertes à Autun dans un chantier »