Chromatopelma cyaneopubescens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les araignées
Cet article est une ébauche concernant les araignées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Arachnologie.

Chromatopelma cyaneopubescens
Description de l'image Chromatopelma cyaneopubescens 1.jpg.
Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Mygalomorphae
Famille Theraphosidae

Genre

Chromatopelma
Schmidt, 1995

Nom binominal

Chromatopelma cyaneopubescens
(Strand, 1907)

Synonymes

Green Bottle Blue

  • Eurypelma cyaneopubescens Strand, 1907
  • Delopelma cyaneopubescens (Strand, 1907)

Chromatopelma cyaneopubescens ou GreenBottle Blue, est l'unique représentant du genre Chromatopelma. C'est une espèce d'araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique de l'État de Falcón au Venezuela[1]. Elle se rencontre dans la péninsule de Paraguaná[2]. Il s'agit d'un mygale terricole qui tisse énormément.

Description[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Chromatopelma cyaneopubescens
Chromatopelma cyaneopubescens

Ses pattes sont d'un bleu métallique, son céphalothorax est bleu-vert et son abdomen orangé. Les poils sont clairs. Le corps mesure entre 6 et 7 cm, pour une envergure de 14 à 15 cm. Les juvéniles ont céphalothorax doré, l'abdomen orange rayé de noir et les pattes bleutées. Cette mygale est peu agressive, la prudence est néanmoins requise en raison de la grande rapidité de l'animal. Elle n'hésite pas à s'attaquer à des proies aussi grosses qu'elle. Cette mygale est presque aveugle : elle distingue le jour de la nuit ainsi que les mouvements. En revanche, elle est extrêmement sensible aux vibrations de sa toile, ce qui lui permet de compenser ce handicap.

Des poils nano-structurées[modifier | modifier le code]

D'après une analyse datant de novembre 2015, des chercheurs ont découvert que la couleur bleue, des poils de cette mygale, est due à leur surface nano-structurée. Ces motifs permettent une diffraction de la lumière visible. La couleur de ces poils demeure inchangée quel que soit l'angle de vue. Pour le moment, l'utilité de cette coloration, pour l'animal, est inconnue. Seules neuf espèces de mygale présentent cette coloration et donc cette structure.

En captivité[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en terrariophilie. C'est une espèce relativement facile à élever. Un terrarium de 30 x 30 x 30 cm suffit. Le substrat doit être modérément humide voir sec. L'intervalle de température à respecter est [23°C; 30°C]. En raison de sa rapidité, il est déconseillé aux novices de la manipuler. La durée moyenne de vie de cette espèce est de 15 - 18 ans pour les femelles et 5 ans pour les mâles. Comme la plupart des mygales, la mue imaginale est la dernière mue effectuée par le mâme tandis que la femelle continue de muer toute sa vie à des intervalles de plus en plus espacés.

La reproduction[modifier | modifier le code]

La maturité sexuelle est atteinte environ à l'âge de 18 mois. Le mâle lors de sa mue imaginale acquière les caractères sexuels : bulbes copulateurs sur les pédipalpes et une paire d'apophyse tibiale sur la première paire de patte. Les apophyses tibiales lui permettront, pendant la phase d'accouplement de maintenir sa partenaire en hauteur et d'éviter d'être dévoré par cette dernière. La reproduction est assez facile. Le mâle et le femelle peuvent cohabiter. La femelle s'enferme pour faire son cocon 3 à 5 mois après l'accouplement. L'incubation dure 2 mois environs. A la naissance, il y a une centaine de jeunes très voraces. La croissance est modérément longue.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Strand, 1907 : Aviculariidae und Atypidae des Kgl. Naturalienkabinetts in Stuttgart. Jahreshefte des Vereins fur vaterlandische Naturkunde in Wurttemberg, vol. 63, p. 1-100.
  • Schmidt, 1995 : Chromatopelma gen. n.: Eine neue Gattung der Theraphosidae (Arachnida:Araneida: Theraphosidae: Theraphosinae). Arthropoda, vol. 3, no 2, p. 25–26.
  • Hsiung, Deheyn, Shawkey, Blackledgel, 2015 : Blue reflectance in tarantulas is evolutionarily conserved despite nanostructural diversity. Science Advances, doi: 10.1126/sciadv.1500709.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b WSC, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Schmidt, 1995 : Chromatopelma gen. n.: Eine neue Gattung der Theraphosidae (Arachnida:Araneida: Theraphosidae: Theraphosinae). Arthropoda, vol. 3, no 2, p. 25–26.