Christopher Grienberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Christopher Grienberger
Grienberger - Catalogus veteres affixarum longitudines, ac latitudines conferens cum novis, 1612 - 167656.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaine
Religion
Ordre religieux

Christopher Grienberger (aussi écrit Christopher Gruemberger, ou encore Grinberg, Bamberger, ou Gamberger, voire Panberger), né le à Hall dans le Tyrol, et mort le à Rome, est prêtre jésuite autrichien, mathématicien et professeur au Collège romain. Un cratère lunaire est nommé en son honneur Gruemberger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Grienberger entre dans la Compagnie de Jésus le . Après des études de rhétorique à Prague (1583–1584), il devient professeur de mathématiques à Olomouc en 1587. On le retrouve à Vienne, de 1589 à 1591, où il enseigne la théologie et les mathématiques.

En 1595, il rejoint Clavius à Rome, et en 1597, il enseigne à Graz, où il approche Johannes Kepler.

Ami de Marin Ghetaldi durant de longues années, il assista celui-ci dans ses expériences. En correspondance avec Galilée et Clavius, il succéda à celui-ci à la direction du Collège romain en 1612. Quelque sympathie qu'il eût pour les théories de Galilée, il fut obligé de défendre, sur ordre du Père général des jésuites, Claudio Acquaviva, les théories aristotéliciennes d'une Terre immobile.

Dans une lettre de 1634 adressée à Élie Diodati, il confesse à ce propos :

« Si Galilée avait su se garder la bienveillance des pères du collège romain, il aurait pu vivre tranquille en ce monde, et rien de malheureux ne lui serait arrivé ; il aurait pu écrire à sa convenance, sur chaque sujet, et même sur le mouvement de la terre. »

Travaux[modifier | modifier le code]

On ne connaît souvent de lui qu'un catalogue d'étoiles nouvellement découvertes et des tables trigonométriques.

Par ailleurs, il apporta son aide aux autres mathématiciens de l'époque, comme Mario Bettinus et Giuseppe Biancani.

Le premier écrit, dans la préface de son ouvrage, Universae Philosophiae Mathematicae (1642)[1] :

« J'ai bénéficié, mon lecteur, de l'esprit et de l'industrie du très instruit et extrêmement modeste homme, Grienberger, qui, alors qu'il aurait découvert de nombreuses merveilles par lui-même, a préféré se mettre au service des inventions et pour la gloire d'autres personnes. »

Il se livra enfin à des travaux d'optique et on lui doit un montage astronomique des jumelles, utilisant le système équatorial, précédant le télescope, et nommé le montage allemand.

D'autre part, il prépara l'expédition de Johann Adam Schall von Bell et d'autres missionnaires jésuites en Chine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(de) Franz Daxecker (de), Der Astronom Christoph Grienberger und der Galilei-Prozess in Acta Historica Astronomiae, vol. 18, p. 34–39.