Christophe Salengro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salengro.
Christophe Salengro
FifigrotLabit-5258 01.jpg
Christophe Salengro en septembre 2015.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Acteur, danseur, metteur en scène, artiste de scèneVoir et modifier les données sur Wikidata

Christophe Salengro, né le à Lens et mort le à Paris, est un acteur, danseur et metteur en scène français.

Personnage célèbre depuis ses premières apparitions dans des publicités des années 1980, il s'est affirmé comme artiste au sein de la compagnie DCA de Philippe Decouflé et de 1993 à 2018 comme le président de Groland, dans une série d'émissions satiriques diffusées sur Canal+.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christophe Salengro faisant un doigt d'honneur.

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Christophe Salengro a été élève au lycée Saint-Paul de Lens (Pas-de-Calais), sa ville natale. Il est diplômé de l'École spéciale d'architecture de Paris (DESA, 1980).

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Avec un nez proéminent, des oreilles décollées, un regard flegmatique ainsi que sa grande taille (près de deux mètres), son physique lui permet d'obtenir plusieurs rôles dans des clips musicaux et dans des publicités, mais aussi dans des courts et long-métrages.

En 1984, il apparaît dans le clip du morceau de Jean-Michel Jarre Zoolook réalisé par Jean-Pierre Jeunet. En 1985, il apparaît dans une publicité pour le Long burger de la chaîne de restauration rapide Free Time, réalisée par Étienne Chatiliez ; il y joue le rôle d'un jeune homme qui mange un burger dans un fast-food quelconque, opposé à un « Free Timer », lançant les répliques « Et vous trouvez ça drôle ? » après avoir taché ses chaussures, et « My teinturier is rich » en sortant du pressing[1]. En 1986, il apparaît dans un spot publicitaire, réalisé par Martin Lamotte, pour les dalles auto-adhésives Gerflor dans lequel il se présente nu avec une dalle servant de cache-sexe[1] ; en lâchant la dalle qui reste « collée » à son sexe, il s'exclame : « Et hop ! », expression qui lui sera associée pendant longtemps[2]. Le spot connaît alors une grande popularité. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, il apparaît dans différents spots publicitaires pour le jeu de société Pictionary ; dans un spot il fait deviner à des personnes (n'apparaissant pas à l'écran) le mot « truie » et dans un autre le mot « camisole ».

En 1985, il joue dans son premier court-métrage au cinéma, Adèle Frelon est-elle là ?, et apparaît dans le long-métrage Gardien de la nuit. En 1986, il joue l'un des principaux danseurs de la compagnie DCA de Philippe Decouflé, compagnie de danse contemporaine fondée en 1983, qui participe au spectacle Codex. En 1987, il joue l'un de ses principaux rôles à ce moment-là dans la comédie policière Les Oreilles entre les dents de Patrick Schulmann, en incarnant Biguir. La même année, il joue un animateur de télévision dans le téléfilm Mort aux ténors de Serge Moati (épisode 26 de la collection Série noire).

En 1988, il est l'un des danseurs de la série télévisée Palace créée par Jean-Michel Ribes et diffusée sur Canal + puis Antenne 2. La même année il apparaît dans le clip de Carnivore des Garçons Bouchers[3]. Il est l'un des danseurs du clip de la chanson She Drives Me Crazy des Fine Young Cannibals[4] en 1989 et incarne le personnage de Roger dans celui de la chanson Le Jerk de Thierry Hazard, l'un des tubes de l'été 1990[1].

Il tourne pour Yves Boisset dans les films Radio Corbeau (1989) et La Tribu (1991). En , il est présentateur lors des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville dans le théâtre des Cérémonies, réalisées par Decouflé. Il a par ailleurs participé à des romans-photos dans le journal Hara-Kiri.

Christophe Salengro accède à une vraie notoriété à partir de 1993, grâce à son rôle récurrent de « président de la présipauté du Groland », pays fictif d'une émission humoristique de Canal+, basée sur le principe du faux journal télévisé, déclinée sous différentes formules au fil des saisons et connue sous différents noms (Le journal de Moustic, CANAL International, 7 jours au Groland…). Il prête d'ailleurs son véritable nom à ce personnage caricatural : le « président Salengro ». Ce microcosme satirique a été créé en son honneur par les animateurs et fondateurs de l'émission, Christian Borde et Benoît Delépine (connus respectivement sous les pseudonymes Jules-Édouard Moustic et Michael Kael), et s'est progressivement étoffé jusqu'à devenir une sorte de mythologie populaire dépassant le cadre de la télévision (avec un Guide du Groland édité en 1999, divers produits dérivés, notamment des autocollants pour voiture, et même un « passeport grolandais »).

Christophe Salengro s'est essayé à la mise en scène pour la première fois avec Repassage en  : la rencontre de plusieurs personnages dans une laverie automatique. Ce spectacle est un échec commercial, mais cela n'affecte pas la carrière de l'artiste puisqu'il continue à enchaîner plusieurs rôles par la suite, tant au théâtre qu'au cinéma et à la télévision, tout en développant de nouveaux projets[réf. nécessaire]. En 2002, il joue dans le film musical Le Défi de Blanca Li et dans La Vérité sur Charlie du réalisateur nord-américain Jonathan Demme. En 2004, il interprète l'assistant maladroit d'un chef dans le spectacle de Philippe Decouflé IIris (prononcé « deux iris »). En 2005, il joue dans plusieurs spectacles mis en scène par Sophie Perez ou encore par la Compagnie Grand Magasin, et réalise avec Xavier Boussiron un autre spectacle la même année.[réf. nécessaire]

Il a fait partie de la rédaction du bimestriel La Voix des Allobroges, le canard qui ouvre son bec diffusé de 2005 à 2009. Il y a dirigé la rubrique culinaire « La recette du chef Salengro ». En 2006, il est le héros d'un jeu vidéo gratuit sur internet, créé par le groupe Enhancer.[réf. nécessaire]

Annoncée à plusieurs reprises dans l'émission 7 jours au Groland sur Canal+, une campagne de recueil de signatures d'élus pour l'élection à la présidentielle française de 2007 est lancée par l'intermédiaire du présentateur Jules-Édouard Moustic. En , celui-ci annonce que le compte de signatures est obtenu même si, officiellement, Christophe Salengro n'est finalement pas candidat à cette élection|date=5 avril 2018.

Bien que l'émission du Groland change plusieurs fois de nom et de formule, le « président Salengro » est immuable et même « inmourable ». Lors du festival du film grolandais à Quend, il arrive à rassembler des foules de « Grolandais » d'adoption venus de toute l'Europe (jusqu'à 25 000 lors des meilleurs crus). Après cinq éditions dans la Somme de 2004 à 2009, le festival devenu Fifigrot s'installe à Toulouse en 2012. Salengro apparaît dans ces années-là dans des films de ses acolytes du Groland Benoît Delépine et Gustave Kervern.

En 2011, il incarne le président français dans la comédie Crédit pour tous de Jean-Pierre Mocky.

Le , alors que le mariage entre personnes de même sexe fait débat à l’assemblée et dans la rue, Christophe Salengro n’attend pas le vote de cette loi pour unir des amoureux. Il arrive en 2 CV pour co-célébrer des unions avec Patrick Ledoux, maire PS de Louvigny. Il co-célébra 22 mariages attestés par des certificats grolandais[5].

Le , Canal+ diffuse en première partie de soirée le téléfilm Groland le gros métrage>,[6], de et avec Jules-Édouard Moustic et Benoît Delépine, dans lequel il joue ainsi que François Neycken, Gérald Touillon et Gustave Kervern.

Fin de vie et mort[modifier | modifier le code]

Hospitalisé entre et à la suite d'un accident cérébral[2], l'acteur n'apparaît dans l'émission pendant cette période que par le truchement d'images d'archives[7]. Toutefois, il incarne le président dans le documentaire satirique Satire dans la campagne sorti le 9 juin 2017. Il meurt le à l’âge de 64 ans à Paris, suite à une maladie contre laquelle il luttait depuis 2 ans (maladie non précisée au public)[8],[9].

Le 14 avril 2018, Canal+ diffuse le Top 25 GRD en première partie de soirée et en clair, pour célébrer les 25 ans de Groland. Avant l'émission, la chaîne rend hommage à Christophe Salengro par l'intermédiaire d'un Zapoï spécial.

Spectacles[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publicités :

Vidéo-clips[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « De Groland à la pub en passant par les clips, retour sur la carrière de Christophe Salengro », Libération, 30 mars 2018 (consulté le 1er avril 2018).
  2. a et b « Le temps est un grand maigre et Christophe Salengro est mort », Libération, 30 mars 2018 (consulté le 31 mars 2018).
  3. youtube.com.
  4. youtube.com.
  5. « Décès de Christophe Salengro. Quand le « président de Groland » célébrait des mariages en Normandie », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 30 mars 2018).
  6. « “Groland, Le Gros Métrage” : plus c'est gros, plus ça dépasse », sur television.telerama.fr (consulté le 21 décembre 2015)
  7. « Christophe Salengro, éternel président du Groland, est mort à 64 ans », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  8. « Décès de Christophe Salengro, président de Groland », Le Figaro, 30 mars 2018.
  9. « Christophe Salengro, le président de « Groland », l’émission de Canal+, est mort », sur Le Monde.fr (consulté le 30 mars 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]