Christophe Lavainne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lavaine.
Christophe Lavainne
1987 UCI Cyclo-cross World Championships 01.jpg

Christophe Lavainne (r.)

Informations
Naissance
Nationalité
Spécialité
Équipes amateurs
1982-1983 VC dunois
Équipes professionnelles
1984-1985 Renault-Elf
1986-1988 Système U
1989 Super U-Raleigh
1990-1992 Castorama
1993-1994 CSM Persan-Bic
Principales victoires
Championnats
MaillotFra.PNG Champion de France de cyclo-cross (1988 et 1990)
3 victoires d'étapes dans les grands tours
Tour de France (3 étapes)
Courses par étapes
Tour de Luxembourg 1984 et 1990
Classique amateur
Paris-Rouen 1982

Christophe Lavainne, né le à Châteaudun (Eure-et-Loir), est un coureur cycliste français, professionnel de 1984 à 1992.

Lavainne est champion de France de cyclo-cross en 1988 et 1990, et troisième du championnat du monde en 1987 et 1989. Il est le premier cycliste d'Eure-et-Loir vainqueur d'une étape du Tour de France en remportant la sixième course en 1987. Il remporte aussi à deux reprises le Tour de Luxembourg. Il est contrait d'arrêter sa carrière à 29 ans pour raison médicale durant laquelle il cumule notamment dix-huit titres de champion de France toutes disciplines confondues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au VC dunois[modifier | modifier le code]

Vers douze-treize ans, Christophe Lavainne s'inscrit à l'école de cyclisme du Vélo Club dunois à Châteaudun, sa ville natale[E 1]. Rapidement, celui qui a été viré du club de football, montre des conditions physique de sportif, avec un organisme au-dessus de la moyenne[E 1]. Avec cinq amis, il découvre le vélo même si la première année est difficile[E 1]. Dans les catégories jeunes, le sociétaire du VCD présente un palmarès qui s'étoffe crescendo[E 1],[note 1]. Comparé à une voiture diesel, plus les distances s'allongent, plus il devance ses adversaires[E 1]. Ces succès sont d'autan plus méritoire qu'il est de fin d'année, rendant donc un an à la plupart de ses concurrents[E 1].

En juniors, Lavainne devient champion de France en poursuite individuelle sur piste, remporte le challenge national sur route et est sacré champion de France scolaire[E 1]. En affrontant les seniors, malgré ses seize ans, sa réussite est tout aussi insolente[E 1]. Il est appelé à se mesurer aux coureurs de 1e catégorie[E 1]. Le 2 mai 1982, il s'aligne sur la plus ancienne des courses de ville à ville, Paris-Rouen[E 2]. Il remporte cette classique très prisée des amateurs[E 2]. Il a alors dix-huit ans et vient de passer en 1e catégorie[E 2].

Lors du Tour du Vaucluse 1983 open, une chute stoppe sa carrière pendant quatre mois. Son but est alors d'être sélectionné pour les JO 1984 à Los Angeles[E 2]. Mais son père connaît un grave problème de santé et Christophe pense arrêter le cyclisme pour travailler[E 2]. Cyrille Guimard s'arrange alors pour le faire signer coureur professionnel[E 2]. Il abandonne du même coup ses rêves de JO[E 2]. Dans l'équipe Renault-Elf, Lavainne rejoint Laurent Fignon, Greg LeMond, Charly Mottet et Marc Madiot[E 2].

Débuts professionnels (1984-1986)[modifier | modifier le code]

En cette première saison professionnelle, malgré qu'il doive rouler pour ses leaders en tant qu'équipier, ses résultats sont honorables[E 2]. 2e des Boucles des Flandres, puis 4e du Tour de Vendée, il est aligné au Tour de Luxembourg[E 2]. Second du prologue, sa régularité et ses qualités de puncheur-rouleur lors des quatre autres étapes lui permettent de s'imposer au classement général[E 2]. En 1985, il décroche deux places d'honneur (3e du Paris-Camembert et 2e d'une étape de la Route du Sud) avant de s'illustrer de nouveau au Tour de Luxembourg[E 3]. Parti dernier avec le dossard n°1 du prologue en tant que dernier vainqueur, il remporte le seul contre-la-montre individuel de sa carrière[E 3]. Le 28 juin, il est au départ du Tour de France 1985 mais abandonne lors de la 14e étape[E 3].

1986 marque un cran dans la progression de Christophe Lavainne, qui court désormais sous les couleurs de Système U mais toujours sous la houlette de Cyrille Guimard[E 3]. Il est aussi encore l'équipier de Laurent Fignon[E 3],[note 2]. 3e du Grand Prix de Denain, 2e d'une étape de Tirreno-Adriatico, il prend le départ du Tour de France 1986[E 3]. Après un bon prologue (27e), il remporte le contre-la-montre par équipes lors de la seconde étape avec ses camarades[E 3]. Christophe montre ensuite qu'il tient la distance d'une course de trois semaines avec la 2e place de la 14e étape[E 3].

Acteur majeur du Tour de France avant fin précoce (1987-1991)[modifier | modifier le code]

L'hiver 1987 annonce ans la meilleure saison de Lavainne[E 3]. Le 11 janvier, il devient vice-champion de France de cyclo-cross[E 3]. Deux semaines plus tard, il grimpe sur le 3e marche du podium des championnats du monde de la discipline[E 3]. Il s'adjuge ensuite la 4e étape du Circuit de la Sarthe[E 3]. Un extremis, Guimard le sélectionne pour le Tour de France 1987 où il encore équipier de Fignon[E 3]. Le 6 juillet, courte 6e étape dans les cols des Vosges[E 3], Lavainne fait partie d'une échappée à neuf coureurs[E 4]. À 32 kilomètres de l'arrivée, alors que la télévision prend l'antenne, il attaque et n'est pas suivi[E 4]. Raul Alcala contre-attaque à 10 km de la fin, la poursuite est sans merci car le Dunois joue à la fois la victoire d'étape et le maillot jaune puisqu'il est leader virtuel[E 4]. Il s'impose et devient le premier coureur d'Eure-et-Loir à remporter une étape du Tour de France[E 4]. Il lui manque 36 secondes pour prendre le maillot jaune mais il se place à la deuxième position du classement général[E 4]. Il y reste jusqu'à la 10e étape[E 4]. Outre une 7e place au sprint à Bordeaux, il décroche la 3e place de la 20e étape menant à l'Alpe d'Huez[E 5]. L'Eurélien termine 40e du général et remporte le classement par équipe avec Système U[E 5].

En 1988, Lavainne est en duel avec Martial Gayant, ancien coéquipier chez Système U[note 3], pour le titre de champion de France de cyclo-cross[1]. Le duel, qui marque également une rivalité entre les deux équipes, est remporté au sprint par Lavainne[E 5],[1]. Sélectionné en équipe de France pour le championnat du monde sur route, il se retrouve seul Français avec Fignon dans une échappée d'une vingtaine d'hommes[E 5]. Performant sur le plat malgré ses difficultés sur le talus, Lavainne se redresse au pied de la bosse dans le dernier tour, « j'avais fait mon boulot de coéquipier », sauf que Fignon a lâché prise avant. Le vainqueur Maurizio Fondriest lui dira « Tu aurais dû attaquer on ne t'aurait jamais revu »[E 5].

L'année suivante, Christophe Lavainne termine de nouveau 3e du championnat du monde de cyclo-cross masculins avant un troisième titre national en 1990[E 5]. Lors de cette année 90, il défend les couleurs de l'équipe Castorama et frôle la victoire d'étape au Giro à l'arrivée de Sora, puis dans l'étape Poitiers-Nantes du Tour de France où il croit l'emporter[E 5],[note 4].

Sa dernière saison 1991 le voit bien se comporter au Tour du Haut-Var (4e) et à Gand-Wevelgem (19e)[E 6]. Mais ses problèmes aux sinus le contraignent à arrêter le vélo à seulement 29 ans[E 6]. Il cumule notamment dix-huit titres de champion de France toutes disciplines confondues[E 6].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Sa reconversion est difficile avec plusieurs petits boulots, notamment comme agent commercial, mais aussi des retours chaque mois de juillet sur les routes du Tour de France comme chauffeur[E 6]. Après avoir résidé pendant quatorze ans à Avignon puis La Gacilly, Christophe Lavainne retrouve son Eure-et-Loir natale en 2015 où il officie comme directeur sportif de l'équipe du Vélo Sport chartrain[E 6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Championnats de France de cyclo-cross (2)

  • Champion en 1988 et 1990
  • 3e en 1989

Tour de Luxembourg (2)

  • Vainqueur en 1984 et 1990

Championnats du monde de cyclo-cross masculins

  • 3e en 1987 et 1989

Tour de France

  • Vainqueur d'étape en 1986, 1987 et 1989

Par saison[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

  • 1985 : hors délais à la 15e étape
  • 1986 : 88e, vainqueur d'étape (contre-la-montre par équipes)
  • 1987 : 40e, vainqueur d'étape
  • 1988 : 67e
  • 1989 : 64e, vainqueur d'étape (contre-la-montre par équipes)
  • 1990 : abandon (14e étape)
  • 1991 : 92e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d' Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une seule victoire en minimes, trois en cadets 1e année, six en cadets 2e année, treize en juniors 1e année et vingt-deux en juniors 2e année.
  2. Reste de l'équipe Système U 1986 : les frères Marc et Yvon Madiot, Jean-René Bernaudeau et Charly Mottet.
  3. Gayant est alors récemment transféré dans l'équipe Toshiba.
  4. Alors qu'il pleut avec du vent, il passe la ligne se pensant vainqueur alors que Moreno Argentin a passé la ligne quatre minutes avant lui.

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

  • Gérald Massé & Romain Léger, Les exploits des sportifs d'Eure-et-Loir : 1965-2015, Dreux, Antipodes, , 336 p. (ISBN 978-2-9553628-0-8)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Barbara Rumpus, « Une défaite inoubliable », L'Équipe, no 22285,‎ , p. 22

Lien externe[modifier | modifier le code]