Christophe Grandemange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Christophe Grandemange
Description de cette image, également commentée ci-après
Christophe Grandemange en 2016
Naissance (49 ans)
Thionville
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

George Sand

Christophe Grandemange est un écrivain français né le [1] à Thionville dans le département de la Moselle. Il consacre l'essentiel de son œuvre biographique à George Sand, sa famille, son château et ses amis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ses parents quittent la Lorraine alors qu'il a deux ans et demi[2]. Il est le fils d'un préparateur en pharmacie qui travaillait à la Pharmacie des Bains à Divonne-les-Bains, ville où il passe une grande partie de son enfance de 1972 à 1982, pendant ses années de primaire et quelques années de collège[3]. Le logement familial se trouve au-dessus de la pharmacie, en face du Casino[2]. Il obtient un baccalauréat en techniques administratives et gestion[4], puis entre dans la vie active.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Le casino de Divonne-les-Bains, face au domicile de jeunesse de Christophe Grandemange

À vingt ans, lors d'un séjour à Limoges et des Journées du patrimoine, il visite le château de Nohant, demeure de George Sand. Il est alors profondément marqué par le personnage. Il revient fréquemment au château, se lie d'amitié avec les gens du lieu, y emmène ses amis[4]. Plus que par les qualités littéraires de George Sand, il est passionné par « la personnalité de cette femme, sa proximité avec le peuple malgré des origines bourgeoises »[4]. Il se passionne également pour la généalogie[4]. Il crée une première association à Carpentras autour du thème de George Sand, sans succès.

Puis en 2004[4], il fonde l'association Corambé[2], forte d'une trentaine de membres, qui œuvrera pendant une dizaine d'années autour de George Sand. Il devient donc écrivain un peu par hasard, alors que Christiane Sand, descendante de l'écrivaine, lui propose en 2007, lors du centenaire de la mort de Gabrielle Sand, de compléter son travail associatif par l'écriture d'une biographie de George Sand tout en lui ouvrant les archives familiales[2].

Château de Sarzay qui servit de cadre au roman Le Meunier d'Angibault de George Sand

Il mène pendant vingt ans[2] une carrière de responsable du centre de loisirs et d'animation de la Roseraie[5] à Carpentras, ville dont il publie en 2009 un guide de A à Z ou dictionnaire amoureux. Puis il quitte Carpentras pour aller vivre dans le Berry[3] afin de se rapprocher de son centre d'intérêt littéraire[6]. Il crée en 2015 sa maison d'édition qu'il nomme La Gare des Mots[6], sise à Sarzay dans le département de l'Indre où il réside aujourd'hui, à 7 kilomètres de Nohant-Vic, lieu de vie de George Sand qui est son thème littéraire de prédilection. Le nom de cette maison d'édition fait référence à l'ancienne gare SNCF de Sarzay-Fougerolles qu'il habite[3].

Christophe Grandemange, essentiellement lié à la maison d'édition Alan Sutton, consacre la plus grande partie de ses travaux littéraires à George Sand, à sa famille et à leur environnement géographique et social. Ainsi, il écrit en 2013 une biographie de George Sand publiée dans la collection Mémoire en Images des éditions Alan Sutton ; puis en 2016 une biographie de Maurice Sand, né Maurice Dudevant, son fils, une biographie de Lina Sand, née Marceline Calamatta et fille d'un peintre italien, épouse de Maurice, et en 2008 une biographie de Gabrielle Sand, née Gabrielle Dudevant, fille de Maurice et Lina. Il publie également en 2015 et 2016 les biographies de Henry Gréville, née Alice Fleury, femme de lettres française, et d'Émile Durand-Gréville, né Émile Durand, son mari, professeur de droit, amateur d'art et écrivain, deux personnalités proches de Maurice Sand.

En , il publie son premier roman, Chambre 48, et son premier recueil de poèmes en décembre 2017, Mes moires de l'âme.

En , il publie sa sixième biographie consacrée à un membre de la famille de Nohant, Solange Sand (ou Solange Dudevant), deuxième et dernier enfant de Casimir Dudevant et George Sand, épouse du sculpteur Auguste Clésinger[7]. Cette biographie intitulée Solange Sand, l'ange déchu, montre un personnage controversé de la famille Sand[7] « reléguée au rang de mauvaise fille » qui entretenait des rapports conflictuels avec sa mère[7].

Christophe Grandemange édite en juillet 2017 des extraits choisis de l'abondante correspondance de Solange Sand retrouvée dans plusieurs bibliothèques de Paris et celle de la Châtre, et réédite en janvier 2018 le premier roman de cette écrivaine du XIXe siècle, Jacques Bruneau. Il projette également de rééditer en 2018 le deuxième et dernier roman de cette même auteure, Carl Robert[7].

À partir d'août 2017 et jusqu'à janvier 2018, Christophe Grandemange accompagne la sortie des Carnets de voyages de Gabrielle Sand — publication totalement inédite de deux carnets de voyages rassemblés[a],[8] — de lectures publiques à deux voix dans les lieux culturels de l'Indre comme le Moulin d’Angibault[9], le Musée de la chemiserie d’Argenton-sur-Creuse[8], l'hôtel de ville de La Châtre et le Musée de la vallée de la Creuse d'Éguzon[10]. Pour cela, il est accompagné notamment de l'écrivaine Adeline Paulian-Pavageau[8] et de Patrick Le Magueresse[8], président de l’association Les Indépendants du Boischaut (association ayant pour but de « rassembler peintres, sculpteurs, créateurs d'art, écrivains, d'organiser des événements culturels dans des lieux emblématiques de la région pour la mise en valeur de la culture et des lieux ». Les lectures de l'œuvre sont ponctuées d'interventions biographiques sur Gabrielle Sand ainsi que de la présentation d’une exposition d’objets personnels de l'écrivaine[8].

En juillet 2018, il poursuit la longue liste des biographies de la famille Sand avec celle de Jeanne Clésinger, Jeanne Clésinger - Histoire d'une tragédie, petite-fille de George Sand, qui meurt avant l'âge de six ans dans des circonstances familiales douloureuses.

Publications[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Sarzay-Fougerolles (Indre), devenue
La Gare des Mots, maison d'édition
de Christophe Grandemange
  • Christophe Grandemange, Gabrielle Sand. Un ange de sérénité, éditions Alan Sutton, 2008, 190 pages, (ISBN 978-2-84910-780-5).
  • Christophe Grandemange, George Sand, éditions Alan Sutton, 2013, 128 pages, (ISBN 978-2-8138-0671-0).
  • Christophe Grandemange, Henry Gréville, éditions La Gare des mots, 2015, 190 pages, (ISBN 979-10-92044-02-7).
  • Christophe Grandemange, Émile Durand-Gréville. Le Mariage des arts et des lettres, éditions La Gare des mots, 2016, 218 pages, (ISBN 979-10-92044-06-5).
  • Christophe Grandemange, Je m'appelle Marie, récit de vie, éditions La Gare des mots, 2016, 66 pages, (ISBN 979-10-92044-08-9).
  • Christophe Grandemange, Maurice Sand. Un artiste aux multiples talents, éditions Alan Sutton, 2016, 176 pages, (ISBN 978-28-13809-38-4).
  • Christophe Grandemange, Lina Sand - L'ange gardien de Nohant (1re édition), éditions La Gare des Mots, 2017, 188 pages, janvier 2017, (ISBN 979-10-92044-11-9).
  • Christophe Grandemange, Henry Gréville, La romancière au grand cœur, éditions La Gare des Mots, 2017, 280 pages, (ISBN 979-10-92044-12-6), (nouvelle édition revue et augmentée, préface de Joël Liénard, arrière-petit-fils de la romancière).
  • Christophe Grandemange, Solange Sand - L'ange déchu, éditions La Gare des Mots, décembre 2017, 256 pages, (ISBN 979-10-92044-14-0)
  • Christophe Grandemange, Lina Sand - L'ange gardien de Nohant (2e édition), éditions La Gare des Mots, février 2018, 182 pages, (ISBN 979-10-92044-20-1)
  • Christophe Grandemange, Jeanne Clésinger - Histoire d'une tragédie (biographie), éditions La Gare des Mots, juillet 2018, 144 pages, (ISBN 979-10-92044-22-5)

Correspondances[modifier | modifier le code]

  • Christophe Grandemange, Solange Sand - Pierre Lanfrey - Correspondance intime, éditions La Gare des Mots, février 2018, 84 pages, (ISBN 979-10-92044-19-5)

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Christophe Grandemange, Le Château de Nohant, maison de George Sand, éditions Alan Sutton, 2010, 160 pages, (ISBN 978-2-8138-0176-0).
  • Christophe Grandemange, Divonne-les-Bains, éditions Alan Sutton, 2015, 128 pages, (ISBN 978-2-8138-0866-0).

Guide, dictionnaire amoureux[modifier | modifier le code]

  • Christophe Grandemange, Carpentras de A à Z, éditions Alan Sutton, 2009, 190 pages, (ISBN 978-2-8138-0049-7).

Roman[modifier | modifier le code]

  • Christophe Grandemange, Chambre 48, éditions La Gare des Mots, octobre 2017, 134 pages, (ISBN 979-10-92044-15-7).

Recueil de poèmes[modifier | modifier le code]

  • Christophe Grandemange, Mes moires de l'âme, éditions La Gare des Mots, 2017, 142 pages, (ISBN 979-10-92044-17-1).

Rééditions d'œuvres anciennes[modifier | modifier le code]

Christophe Grandemange s'attache également à refaire connaître des romans oubliés de ses auteurs favoris du XIXe siècle qu'il publie dans son édition La Gare des Mots :

  • Mademoiselle Azote de Maurice Sand, éditions La Gare des Mots, 2014, 103 pages, (ISBN 979-10-92044-00-3) ;
  • Perdue de Henry Gréville, éditions La Gare des Mots, tome 1 des Œuvres complètes de Henry Gréville, 2015, 283 pages, (ISBN 979-10-92044-04-1) ;
  • À travers champs suivi de Autour d'un phare de Henry Gréville, éditions La Gare des Mots, tome 2 des Œuvres complètes de Henry Gréville, 2015, 150 pages, (ISBN 979-10-92044-05-8) ;
  • La princesse Oghérof de Henry Gréville, éditions La Gare des Mots, tome 3 des Œuvres complètes de Henry Gréville, 2016, 230 pages, (ISBN 979-10-92044-09-6).
  • La fille du singe de Maurice Sand, éditions La Gare des Mots, 2016, 216 pages, (ISBN 979-10-92044-10-2).
  • Carnet de voyages de Gabrielle Sand, éditions La Gare des Mots, juillet 2017, 104 pages, (ISBN 979-10-92044-13-3) (deux manuscrits totalement inédits)
  • Jacques Bruneau de Solange Clésinger-Sand, janvier 2018, 192 pages, (ISBN 979-10-92044-18-8)
  • Carl Robert de Solange Clésinger-Sand (à paraître en 2018)

Galerie[modifier | modifier le code]

Les portraits des écrivains et personnalités favoris de Christophe Grandemange :

GEORGE SAND, SON ENVIRONNEMENT FAMILIAL ET CULTUREL
Le château de Nohant, George Sand et ses deux enfants
Nohant 06 2009.jpg
George Sand by Nadar, 1864.jpg
Maurice Dudevant-Sand (1823-1889) E.jpg
Solange Sand.jpeg
Le Château de Nohant,
domaine de George Sand
George Sand Maurice Sand,
fils de George Sand
Solange Sand,
fille de George Sand
La belle-fille et les petits enfants de George Sand
Lina Sand.jpeg
Lina Calamatta et ses deux filles (05).jpg
Gabrielle Dudevant-Sand (1868-1909).jpg
Jeanne Gabrielle Clésinger (1849-1855) (A).jpg
Lina Calamatta
ou Lina Sand,
épouse de
Maurice Sand
Lina Calamatta, et ses
deux filles, Aurore
et Gabrielle Dudevant
Gabrielle
Dudevant-Sand,
fille de
Maurice Sand
Jeanne Clésinger,
fille de
Solange Dudevant
Les amis de George Sand
Henry Gréville Alice Durand BNF Gallica.jpg
Émile Durand-Gréville.jpg
Henry Gréville, amie
de Maurice Sand
Émile Durand-Gréville,
mari de Henry Gréville

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gabrielle Sand a écrit un carnet de voyage lors d'un visite en Turquie en 1892, et un second carnet lors d'un voyage en Espagne et au Maroc en 1903

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice de personne : Christophe Grandemange », sur catalogue.bnf.fr
  2. a b c d et e Christophe Grandemange revient sur les pas de son enfance, Le Pays gessien, , p. 12
  3. a b et c Un livre de Christophe Grandemange en hommage à son enfance divonnaise, Le Dauphiné Libéré,
  4. a b c d et e La belle histoire, de George à Gabrielle Sand, Vaucluse Matin, , p. 2
  5. Animateur le jour et écrivain le soir, Vaucluse matin,
  6. a et b La Gare des Mots, une maison d'édition à Sarzay, L'Écho du Berry,
  7. a b c et d Catherine Pontier, « Christophe Grandemange signe une bio de Solange Sand », L'Écho du Berry,‎
  8. a b c d et e « Lecture et musique au village (Prissac) », L'Écho - La Marsellaise,‎
  9. « Moulin d'Angibault : en voyage avec Gabrielle Sand », La Nouvelle République,‎
  10. Marie Roosen, « Un voyage à la Belle Epoque avec Gabrielle Sand », L'Écho du Berry,‎