Christophe Beaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christophe Beaux
Christophe Beaux.jpeg
Christophe Beaux, en 2013.
Fonctions
Haut magistrat à la Cour des comptes
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Autres informations
Distinctions

Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur

Chevalier de l'ordre national du Mérite

Officier de l'ordre des Arts et des Lettres

Christophe Beaux, né le à Sainte-Foy-lès-Lyon, est un haut fonctionnaire français et une personnalité de l'industrie et de la culture. Il est président-directeur général de la Monnaie de Paris de 2007 à 2017 et est ensuite nommé haut magistrat à la Cour des comptes par le gouvernement[1] en février 2017. Il dirige la mission de préfiguration du mont Saint-Michel[2] de mars à décembre 2019. Depuis le , il est directeur général du Mouvement des entreprises de France (MEDEF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est élève de l'École des hautes études commerciales de Paris (HEC Paris) de 1986 à 1989[3], étudie à l’université Paris IV-Sorbonne de 1988 à 1989 et à l'Institut d'études politiques de Paris de 1989 à 1990, avant d'être diplômé de l’École nationale d'administration (ENA) dans la promotion 1994 « Antoine de Saint-Exupéry ».

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 1994, il est nommé à la direction générale du Trésor du ministère de l'Économie et des Finances. Il participe aux plans de redressement d’Air France, d’Eurotunnel et du Crédit lyonnais[4]. À cette occasion, il prend part aux négociations entre la France et la Commission européenne sur les aides d’État à ces entreprises. Il exerce également la tutelle de la SNCF, de la RATP et d’Aéroports de Paris.

Après avoir été en poste à New York pour l'ambassade de France aux États-Unis, où il représente le Trésor auprès de la communauté financière américaine, il est nommé vice-président à la banque JPMorgan à Londres, où il travaille dans le secteur des fusions-acquisitions[5].

De retour en France, il est appelé en 2002 au cabinet ministériel de Francis Mer, alors ministre de l'Économie, des Finances et de l’Industrie. En 2004, il devient sous-directeur au Trésor puis conseiller auprès du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. En 2005, il est nommé directeur du cabinet de François Loos, ministre de l'Industrie, et directeur adjoint du cabinet de Thierry Breton, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il gère alors notamment les dossiers des pôles de compétitivité, du crédit d'impôt recherche, l'ouverture des marchés du gaz et de l'électricité ou encore la gestion des déchets nucléaires[6].

Président-directeur général de la Monnaie de Paris[modifier | modifier le code]

En avril 2007, le président Jacques Chirac le nomme président-directeur général de la Monnaie de Paris, établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) qui fabrique les pièces d'euros et des produits d'art[7],[8]. Il restructure l'entreprise en maîtrisant les charges, en créant de nouveaux produits en or et en argent, et en développant l'export de monnaies courantes. La Monnaie de Paris réalise ses premiers bénéfices dès 2008 et en 2010[9], le chiffre d'affaires de l'EPIC a augmenté de 50 % avec des activités commerciales qui dépassent la part régalienne[10]. Forte de ses bons résultats, la Monnaie de Paris versera même en 2012 un superdividende de 46 millions d'euros à l'État[11].

Christophe Beaux propose la création d'une pièce de 5  qui serait à terme moins coûteuse pour les États de la zone euro que le renouvellement fréquent des billets de 5 [12],[13].

Il oriente également la Monnaie de Paris vers de nouvelles activités culturelles[14].

Sous la présidence de Christophe Beaux, la Monnaie de Paris entame en 2011 une importante transformation de son site historique parisien : baptisé « MetaLmorphoses », ce projet vise à créer une « cité du métal » mettant en valeur l'architecture, les métiers, les savoir-faire, les créations contemporaines et les collections patrimoniales de la Monnaie de Paris[15],[16].

Le , Christophe Beaux est reconduit à la tête de l'EPIC pour un nouveau mandat de cinq ans[17]. Il quitte ses fonctions à la fin de son second mandat, en mars 2017[18]. Il est alors nommé haut magistrat à la Cour des comptes.

Administrateur indépendant de France Télévisions[modifier | modifier le code]

En février 2011, Christophe Beaux est nommé par le CSA[19] membre du conseil d'administration de France Télévisions[20], et renouvelé dans ces fonctions le 16 février 2016. A plusieurs reprises, il souligne la situation économique difficile du groupe audiovisuel public, appelle à la vigilance et demande à préserver les marges de manœuvre du groupe pour l'avenir. Il insiste sur le besoin de réformes structurelles et propose de repenser les conditions de la diffusion de la publicité afin d'augmenter les recettes du Groupe[21].

Candidat pour la présidence du groupe en 2015[22] parmi 33 personnalités, il est sélectionné par le CSA et auditionné avec 6 autres finalistes[23].

Il est reconduit en 2016 dans ses fonctions d'administrateur indépendant et devient président du comité stratégique[24].

A la tête de la mission de préfiguration du Mont Saint-Michel[modifier | modifier le code]

En mars 2019, il est nommé à la tête de la mission de préfiguration du nouvel établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) national du Mont-Saint-Michel[25]. Il achève sa mission à la fin de la même année.

Directeur général du MEDEF[modifier | modifier le code]

Le , Christophe Beaux prend la direction générale du Mouvement des entreprises de France (MEDEF)[26]. Il succède à Michel Guilbaud qui occupait la fonction depuis neuf ans[27].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

De février à juillet 2010, Christophe Beaux est membre de la commission de réflexion sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine présidée par l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing[28]. Cette commission réunit douze personnalités du monde culturel, historiens, anciens ministres et patrons d’établissements publics. Son rapport est remis au président de la République en juillet 2010 et recommande que ce monument historique soit remis en gestion au Louvre et à la Caisse des dépôts et consignations lorsque l'état-major de la Marine l'aura quitté. Christophe Beaux et Bertrand Collomb, ancien président du Groupe Lafarge, signent alors ensemble une tribune dans Le Figaro regrettant que des usages davantage tournés vers le public ne soient pas envisagés[29]. Cette idée sera reprise plus tard lorsque l'Hôtel de la Marine sera finalement confié au Centre des monuments nationaux.

Christophe Beaux est également administrateur de l'Agence France-Presse (2013-2015), du Palais de Tokyo (2012-2017), de l’Orchestre de chambre de Paris (depuis 2016), du festival « Les Etés de la danse » (depuis 2017) et de l'association caritative CARE France (depuis 2017) .

Décorations[modifier | modifier le code]

Christophe Beaux est chevalier de la Légion d'honneur (2012), chevalier de l’ordre national du Mérite (2010) et officier de l'ordre des Arts et des Lettres (2017).

En 2014, Christophe Beaux a reçu le Grand Prix du communicant par la revue Acteurs publics et l'association Communication publique[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 16 février 2017 portant nomination d'un conseiller maître à la Cour des comptes - M. BEAUX (Christophe) (lire en ligne)
  2. Mont-Saint-Michel : Christophe Beau nommé préfigurateur de l'Epic qui gérera le site (lire en ligne)
  3. Fiche biographique de Christophe Beaux sur le site de l'association des anciens de HEC [1]
  4. https://www.lesechos.fr/23/04/2007/LesEchos/19904-47-ECH_christophe-beaux.htm
  5. http://www.monnaiedeparis.fr/entreprise/christophe-beaux-pdg-monnaie-de-paris/son-parcours
  6. « Christophe Beaux Et la Monnaie fut d’or », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2020).
  7. Décret du 23 avril 2007 portant nomination du président-directeur général de La Monnaie de Paris sur Légifrance[2]
  8. « Christophe Beaux - PDG de la Monnaie de Paris », sur Scribd (consulté le 29 août 2020).
  9. « Christophe Beaux, un "grand argentier" en sa monnaie », sur Scribd (consulté le 29 août 2020).
  10. Grégoire Biseau, « Il monte ses pièces », Libération,‎ (lire en ligne).
  11. lefigaro.fr, « La Monnaie de Paris versera 46 millions à l'État », sur Le Figaro (consulté le 18 février 2016)
  12. « Actualité économique », sur LExpansion.com (consulté le 29 août 2020).
  13. « Billets de 5 euros : et si on les remplaçait par des pièces ? », sur leparisien.fr (consulté le 18 février 2016)
  14. « La Monnaie de Paris se pose en pôle culturel d'exception », sur lesechos.fr (consulté le 18 février 2016)
  15. Ariane Bavelier, « Christophe Beaux, de la Monnaie à la rue Sainte-Anne », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  16. Marie Charrel, « La refonte de la Monnaie de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  17. http://www.tresordupatrimoine.fr/content/110-interview_christophe_beaux
  18. Véronique Chocron, « Christophe Beaux : « La monnaie rapporte de l’argent à l’Etat, pas aux banques » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 avril 2017)
  19. Interview de Christophe Beaux sur le site du Figaro publiée le 7 juin 2012 [3]
  20. [4]
  21. Emmanuel Berretta, « France Télé au bord de l'asphyxie financière », sur lepoint.fr, (consulté le 29 août 2020).
  22. « Christophe Beaux : Présidence de France Televisions: le patron de la Monnaie de Paris explique sa candidature », sur lesechos.fr (consulté le 18 février 2016)
  23. Alexis Delcambre et Alexandre Piquard, « France Télévisions : ces candidats qui veulent remplacer Rémy Pflimlin », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 18 février 2016)
  24. « composition du conseil d'administration de France Televisions »
  25. « DIRECT. Edouard Philippe au Mont Saint-Michel. « Vous avez déjà vu quelque chose d’aussi beau ? » »
  26. « Christophe Beaux devient directeur général du Medef », sur www.ouest-france.fr, Quotidien,
  27. « Communiqué de presse », sur www.medef.com (consulté le 12 mars 2020)
  28. [5]
  29. [6]
  30. CB News, « Christophe Beaux meilleur communicant public », sur www.cbnews.fr (consulté le 18 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]