Christophe Aribert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christophe Aribert
Description de l'image Aribert_Opera.jpg.
Naissance (49 ans)
Grenoble
Nationalité France France
Profession

Christophe Aribert, né à Grenoble en Isère le , est un chef cuisinier français.

Il est chef de son propre restaurant, la Maison Aribert, deux étoiles au Guide Michelin[1] et 4 toques au Gault et Millau[2], ouvert en 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'école hôtelière de Grenoble, Christophe Aribert commence sa carrière à l'hôtel Beau Rivage à Condrieu en 1991. Quelques années plus tard, il goûte une première fois aux cuisines du restaurant Les Terrasses à Uriage en 1993. En 1995, il monte à Paris et officie à La Tour d'Argent en 1995-96 puis au restaurant Les Ambassadeurs à l'hôtel Crillon en 1996-97 au côté de Christian Constant.

En 1997, il revient au restaurant Les Terrasses à Uriage, le restaurant du Grand Hôtel, fréquenté naguère par Coco Chanel, Sacha Guitry, Maurice Chevalier, Stendhal, Alphonse Daudet… En 2004, le chef Philippe Buissou quitte Uriage. Christophe Aribert prend alors le poste et conserve les deux étoiles.

En , il publie La Brigade de Christophe Aribert aux éditions Glénat[3], un livre de cuisine mettant en valeur sa brigade d'Uriage-les-bains[4], avec l'aide de Pierre-François Couderc pour les photographies, Pierrick Jégu pour les textes, et Georges Riu pour l'ensemble de la direction artistique. 46 recettes y sont présentées et illustrées par une multitude de photos montrant les différentes étapes de réalisation et quelques tours de main.

Avec Pierre-François Couderc, il remporte en le concours de photos culinaires d’Oloron-Sainte-Marie[5].

Ce même été, il est sollicité pour devenir le chef du Crillon à la suite du départ de Jean-François Piège[6]. Il décline l'offre et reste fidèle à ses attaches pour Uriage[7].

En , il signe la carte du très attendu restaurant du Palais Garnier à Paris, L'Opéra Restaurant.

En 2013, Christophe Aribert remporte à nouveau l’épreuve « photo de produit » au concours du Festival international de l’image culinaire d’Oloron, mais cette fois avec le photographe Benoit Linéro. Ensemble, ils mettent à l’honneur le vin « Irouléguy » de Thérèse et Michel Riouspeyrous.

Festival international de l’image culinaire d’Oléron

L’année 2013 est également marquée par la sortie d’un second livre, Aribert, réalisé avec la complicité de Benoit Linéro pour les photos, Pierrick Jégu pour les textes et Georges Riu pour le design graphique. Cet ouvrage a été élu meilleur livre gourmand de 2013 par Le Figaro.

A 47 ans, Christophe Aribert décide d'ouvrir le son propre établissement, la Maison Aribert, au coeur du parc d'Uriage-Les-Bains. Descendant d’agriculteur-maraîcher isérois, sa filiation naturelle à la région s’est doublée d’une filiation de cœur pour les montagnes qui l’ont vu grandir, et qui lui ont transmis sa force de conviction et d’engagement envers les valeurs qu’il incarne au quotidien et qui inspirent sa cuisine : la quête d’une symbiose entre l’humain et la nature.

Parcours[modifier | modifier le code]

  • 1990 : École hôtelière de Grenoble.
  • 1991 : Hôtel Beau Rivage, Condrieu (69), Madame Paulette Castain (2 étoiles au guide Michelin)
  • 1992 : Restaurant Les Terrasses, Loyette (01), Gérard Antonin (1 étoile au guide Michelin)
  • 1993-1994 : Les Terrasses du Grand Hôtel, Uriage (38), Philippe Bouissou
  • 1995-1996 : La Tour d'Argent, Paris, Manuel Martinez (3 étoiles au guide Michelin) au côté de Jean-Denis Rieubland
  • 1996-1997 : Les Ambassadeurs, Paris, Christian Constant (2 étoiles Michelin) au côté de Jean-François Rouquette, Alain Pégouret, Jean Chauvel, Didier Varnier
  • 1997 : Les Terrasses du Grand Hôtel, Uriage (38), Philippe Bouissou
  • 2000 : 1 étoile Michelin pour Les Terrasses du Grand Hôtel.
  • 2002 : 2 étoiles Michelin.
  • 2005 : Chef de cuisine des Terrasses du Grand Hôtel.
  • 2019 : Ouverture de la Maison Aribert à Uriage-Les-Bains

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]