Christophe Agnus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christophe Agnus, né à Brest le , est un journaliste, homme de média, éditeur et entrepreneur français. Il est le fils du lieutenant de vaisseau Jean-Marie Agnus, disparu avec le sous-marin Minerve le 27 janvier 1968.

Il est le directeur de la société d'édition Nautilus Medias.

A titre bénévole, il est président de l'association reconnue d'utilité publique "Reporters d'Espoirs".

Il a été directeur des projets du groupe Vivendi (2014-2019), président-fondateur de l'Electronic Territories Group SAS (Elteg), directeur délégué du groupe Mondadori France (2007-2009), fondateur du magazine Nautilus (trimestriel sur les océans), de Transfert.net, site historique de l'Internet français[1], mais aussi journaliste à L'Express (1988-1998). Il a été cité en 2000 par le quotidien Libération dans Les cent qui font l'Internet français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Christophe Agnus est natif de Brest. Alors qu'il a quatre ans, son père, le lieutenant de vaisseau Jean-Marie Agnus, disparait au large de Toulon avec le sous-marin Minerve, le 27 janvier 1968[2],[3].

Après une licence de droit public (Université de Bretagne occidentale), puis un DEA de Science Politique (Université de Paris-Sorbonne), il passe un DEA en science de l'information et de la communication au Celsa. En 1989, alors qu'il travaille comme journaliste, il passe une maitrise en sciences de l'information à l'École supérieure de commerce de Paris.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir commencé sa carrière au Télégramme de Brest, puis collaboré notamment aux magazines Voiles et Voiliers et Wind magazine, il rentre à L'Express en 1988[2],[4]. En 1995, il participe, avec Corinne Denis et Jean-Claude Bizet, à la création de LexpressOnline [5], première édition électronique de l'hebdomadaire (sur CompuServe) mais aussi le premier magazine d'information en ligne français disponible à l'époque. En 1998, il collabore quelques mois à L'Européen créé par Christine Ockrent avant de lancer le magazine et le site Transfert.net[6],[7]. Il obtient le Clic d'or 2000 (meilleur site média), le Grand Prix des médias[8] 2001 (meilleur site Web de la presse française) et le Grand Prix Narrowcast 2000, avant de revendre la société Transfert SA à l'Ile des Medias en octobre 2001.

Il crée le magazine Nautilus en mars 2005[9],[10] avant de rejoindre le groupe Mondadori le , groupe qu'il quitte le 29 février 2009 pour créer Elteg (Electronic Territories Group SAS). Il quitte Elteg en 2014 pour rejoindre Vivendi comme directeur des projets[11]. Il quitte Vivendi en octobre 2019 pour relancer les éditions Nautilus, consacrées à la mer, l'environnement et l'exploration.

En 2008, il a reçu le prix Henri Vovard de l'Académie de Marine[12].

Il est membre du conseil d'administration de Reporters d'Espoirs, et du CleanTech Open France. Il a été, de 2010 à 2019, membre[13] du conseil d'administration du Fonds de dotation de l'ADIE (association pour le droit à l'initiative économique, principale association française de micro-crédit).

Publications[modifier | modifier le code]

Christophe Agnus publie Le Grand tour chez Arthaud dès 1987.

De 2002 à 2005, installé en Bretagne, il rédige deux livres avec Pierre-Yves Lautrou : Skippers de l'impossible (Altipresse, 2003)[14] et Le Roman du Vendée Globe (Grasset, 2004)[15],[16],[17]. Il est aussi l'auteur, sous le nom de Yvon Le Goff, de Skippers de l'Aventure (Altipresse, 2004)[18].

En 2020, il a traduit en français "Le drôle de voyage de Mister Green"[19], récit écologique de l'activiste méricain Rob Greenfield.

Formation[modifier | modifier le code]

  • École supérieure de commerce de Paris (MSI 1989)
  • Celsa (DEA science de l'information et de la communication)
  • Université de Paris-Sorbonne (DEA de Science Politique)
  • Université de Paris 2-Assas (maîtrise de science politique)
  • Université de Bretagne occidentale (licence de droit public).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vous connaissez certainement Christophe Agnus from Paris ! Il revient à l'Internet Business », sur le site de Jean Michel Billaut, (consulté le 10 avril 2019)
  2. a et b « Christophe Agnus. Sur les traces du père », sur Le Telegramme, (consulté le 10 avril 2019)
  3. Jean Guisnel, « À la recherche de la « Minerve » », sur Le Point, (consulté le 10 avril 2019)
  4. La Veillée, « La Veillée #28 : Christophe Agnus », (consulté le 10 avril 2019)
  5. « Christophe Agnus : ses chroniques sur le JDN », sur journaldunet.com (consulté le 10 avril 2019)
  6. « Transfert », Les Echos, n° 18166 du 5 juin 2000, page 43
  7. Alain Salles, « )transfert », nouveau magazine d'une société en mutation sur lemonde.fr, 22 octobre 1998 (consulté le 11 avril 2019)
  8. « Grand Prix des stratégies médias », sur Stratégies (consulté le 10 avril 2019)
  9. Pauline Duburquoy, Le Nautilus fait surface sur lexpress.fr, 21 mars 2005 (consulté le 2 février 2019)
  10. Dépêches, sur lemonde.fr, 18 mai 2005 (consulté le 11 avril 2019)
  11. « Vivendi mise sur Christophe Agnus », sur La Lettre A, (consulté le 10 avril 2019)
  12. « Académie de marine », sur academiedemarine.com (consulté le 10 avril 2019)
  13. « Conseil d'Administration », sur Le Fonds Adie, (consulté le 10 avril 2019)
  14. Christophe Guigueno,"Skippers de l’Impossible" • Lautrou - Agnus, sur seasailsurf.fr, 13 novembre 2003
  15. Henri Haget, Le roman du Vendée-Globe sur lexpress.fr, 4 octobre 2004
  16. Christophe Guigueno,Le roman du Vendée-Globe, sur seasailsurf.fr, 19 octobre 2004
  17. Le roman du Vendée Globe - Dans les coulisses de la légende sur letelegramme.fr, 2 novembre 2004
  18. Yvon Le Goff, « Skippers de l'aventure », sur books.google.fr
  19. « Le drôle de voyage de Mister Green », sur nautilus-editions.com (consulté le 18 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]