Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revault d'Allonnes et Bonnefoy.
Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy
Image illustrative de l'article Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy
Fonctions
Députée européenne
En fonction depuis le
(3 ans, 6 mois et 11 jours)
Réélection 25 mai 2014
Circonscription Île-de-France
Législature 7e et 8e
Groupe politique S&D
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Châteauroux (France)
Nationalité Française
Parti politique PS

Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy, née le à Châteauroux (Indre), est une femme politique française membre du Parti socialiste (PS). À la suite de l'entrée au gouvernement d'Harlem Désir, elle devient députée européenne le . Elle est réélue lors des élections européennes de mai 2014.

Depuis , elle est présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Attachée parlementaire, elle est élue conseillère régionale d'Île-de-France en 2004 dans le département du Val-de-Marne.

Le , à la suite de la nomination d'Harlem Désir et de démissions en chaîne sur la liste socialiste en Île-de-France pour les élections européennes — Benoît Hamon, ministre, ne peut siéger, et Monique Saliou ne souhaite pas siéger — elle devient députée européenne[1].

Elle est candidate à sa réélection lors des élections européennes de 2014 qui ont lieu un peu plus d'un mois plus tard. Elle figure en troisième position sur la liste socialiste en Île-de-France, et est réélue le 25 mai 2014[2].

Secrétaire de la section du Parti socialiste de Villejuif pendant 7 ans, elle est membre des instances nationales du Parti socialiste depuis 2000, et membre du Conseil national depuis 2003. Après avoir été Secrétaire nationale adjointe chargée des élections de 2012 à 2014, elle devient Secrétaire nationale chargée du suivi de l'opinion depuis avril 2014.

Elle est candidate aux élections cantonales de Villejuif en 1998 et en 2004. Élue première des socialistes pour les élections municipales de 2001 à Villejuif, elle sera Présidente du groupe socialiste et maire adjointe chargée de la politique éducative jusqu'à son élection en 2004 comme conseillère régionale d'Île-de-France.

Elle est suppléante du député Jean-Yves Le Bouillonnec depuis la conquête de cette circonscription (Villejuif, Arcueil, Cachan, Gentilly) en juin 2002.

Elles est restée conseillère municipale de Villejuif jusqu'en 2014 et Présidente du groupe socialiste à la communauté d'agglomération de Val de Bièvre.

Réélue conseillère d'Île-de-France en mars 2010, elle était, à ce titre, administratrice du Syndicat des transports d'Île-de-France où elle siégeait au bureau en qualité de Présidente de la commission des investissements et du suivi du contrat de projet.

À partir de juillet 2011, elle fait partie du pôle Transports de l'équipe de campagne de François Hollande sur les questions de gouvernance.

En juin 2009, elle prend la 6e place sur la liste du parti socialiste pour l'Île-de-France pour les élections européennes. Le 14 avril 2014, elle devient députée européenne suite à la nomination d'Harlem Désir au gouvernement, elle est réélue en mai 2014[3].

Elle est chargée du projet Transports, Mer et Pêche dans la campagne de Vincent Peillon pour la primaire citoyenne de 2017. Elle est également membre de son comité politique de campagne[4].

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, elle est nommée responsable thématique « Transports » de sa campagne présidentielle[5],[6].

En juillet 2017, elle intègre la direction collégiale du PS[7].

Activité parlementaires[modifier | modifier le code]

Elle siège dans les commissions Transports et Tourisme (TRAN) du Parlement européen et Libertés civiles, sécurité intérieure et Justice (LIBE). À la suite du scandale de l'affaire Volkswagen qui a éclaté aux États-Unis en septembre 2015, elle siège dans la commission d'enquête sur les mesures des émissions polluantes dans le secteur automobiles (EMIS) en qualité de rapporteur pour le groupe des Socialistes et démocrates. Elle est aussi membre de la Délégation pour les relations avec l'Afrique du Sud et la Délégation des relations avec le Mercosur.

En , elle devient présidente de la délégation socialiste des socialistes français au Parlement européen.

Positionnement[modifier | modifier le code]

Elle a pris position contre l'Accord économique et commercial global (CETA)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christine Revault-D’Allonnes Bonnefoy, député européenne », sur villejuif.parti-socialiste.fr,  : « J’étais en 6e position et, ayant confirmé mon souhait de remplacer Harlem Désir, je suis donc devenue députée européenne. ».
  2. « Européennes : Christine Revault d’Allonnes (Villejuif) élue », sur leparisien.fr, .
  3. « Christine Revault », sur Le Huffington Post (consulté le 3 novembre 2016).
  4. « Primaire à gauche. Peillon détaille son organigramme de campagne », ouest-france.fr, 23 décembre 2016.
  5. Marie-Pierre Haddad , « Présidentielle 2017 : ce que traduit le nouvel organigramme de l'équipe de Hamon », rtl.fr, 26 février 2017.
  6. Organigramme de campagne de Benoît Hamon
  7. « Le Parti socialiste a désigné sa direction collégiale provisoire », lemonde.fr, 8 juillet 2017.
  8. Aurélie Delmas, « Ceta : au sein du PS, pas d’accord sur l’accord », sur liberation.fr, (consulté le 17 février 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]