Christine Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petit.
Christine Petit
Description de cette image, également commentée ci-après
Christine Petit au Prix Kavli de 2018.
Naissance
Laignes (France)
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Médecine, génétique
Institutions Institut Pasteur et INSERM
Renommé pour Travaux sur les déficits sensoriels
Distinctions Grand Prix INSERM de la recherche médicale 2007
Prix Kavli de neurosciences 2018

Christine Petit, née Marie-Christine Chavance[1] le à Laignes en Côte-d'Or, est une médecin et chercheuse en biologie spécialisée dans la génétique humaine. Elle est professeur au Collège de France et professeur à l'Institut Pasteur où elle dirige une unité Inserm. Ses travaux lui ont valu de nombreux prix, dont en 2018 le prix Kavli (avec A. James Hudspeth (en) et Robert Fettiplace (en)), distinction la plus prestigieuse dans le domaine des neurosciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christine Petit obtient sa thèse de médecine à l'hôpital de la Salpêtrière en 1974 et de science préparée à l'Institut Pasteur en 1982[2]. Après deux post-docs réalisés à Bâle et au Centre de Génétique moléculaire de Gif-sur-Yvette[2], elle intègre l'Institut Pasteur puis elle dirige à partir de 1993 l'unité Inserm U587 des « Génétique et Physiologie de l'Audition ». Elle a été élue à la chaire de Génétique et de Physiologie cellulaire du Collège de France en 2002[2]. Elle est directrice du département neuroscience de l'Institut Pasteur depuis 2006.

Christine Petit est membre titulaire de l'Académie des sciences depuis 2002[3]. Elle est membre du Conseil d’administration de l’Institut Pasteur de 2003 à 2011[4]. Elle est membre du conseil de perfectionnement de l'ESPCI ParisTech[5] et du conseil scientifique du Génopole.

Apport scientifique[modifier | modifier le code]

Christine Petit est une spécialiste de la génétique humaine. Elle a d’abord travaillé sur les mécanismes moléculaires à l'origine des inversions de sexe chez l'homme. Puis, elle s’est dirigée vers la génétique des handicap sensoriels humains, en particulier les atteintes de l'audition et a eu un rôle pionnier en ouvrant le champ des surdités héréditaires à l'analyse génétique et en identifiant un grand nombre de gènes impliqués dans ces pathologies. L'organe sensoriel auditif, la cochlée, échappait à toute analyse moléculaire par les méthodes classiques ; l'approche génétique que Christine Petit a développée a permis d'éclairer plusieurs aspects du développement et du fonctionnement de la cochlée et plus spécifiquement de ses cellules ciliées, qui forment la structure réceptrice du son des cellules sensorielles auditives[2] (ainsi qu'à ceux responsables du syndrome d'Usher). Ses travaux actuels visent à comprendre la pathogénie moléculaire de plusieurs formes génétiques de surdité.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]