Christine Moore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'actrice, voir Christina Moore.

Christine Moore
Illustration.
Christine Moore lors de son assermentation
Fonctions
Députée d'Abitibi-Témiscamingue à la Chambre des communes du Canada
Réélection Réélue le 19 octobre 2015
Législature 41e Parlement
Prédécesseur Marc Lemay
Successeur en fonction
Porte-parole de l'opposition progressiste en matière de Ruralité et pour l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance La Reine, Drapeau du Canada Canada
Nationalité Canadienne
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Diplômé de Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Profession Infirmière et femme politique
Résidence Dupuy, Canada

Christine Moore est une infirmière et femme politique canadienne[1]. Elle est députée de la circonscription d'Abitibi—Témiscamingue au Québec pour le Nouveau Parti démocratique depuis le 2 mai 2011.

Formation et expériences[modifier | modifier le code]

Christine Moore a obtenu un diplôme d'études collégiales en soins infirmiers du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue en 2008 et un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) en 2010. Elle a participé à un stage humanitaire au Sénégal d’un mois dans le cadre de son baccalauréat et a fait partie des Forces Canadiennes pendant plus de trois ans[2]. Elle a été, mais n'est plus, membre d’Infirmières et infirmiers sans frontières[3]. Elle continue d'œuvrer dans les soins infirmiers tout en servant ses concitoyens comme députée[réf. souhaitée].

Politique[modifier | modifier le code]

Christine Moore a été candidate dans la circonscription d'Abitibi—Témiscamingue pour le Nouveau Parti démocratique en 2006, 2008 et en 2011[4]. Elle remporte la victoire en 2011, succédant au bloquiste Marc Lemay, en poste depuis 2004.

Le 26 mai 2011, elle est nommée porte-parole de l'opposition officielle du Canada pour les achats militaires[1]. Parmi les dossiers pris en charge par la députée, on retrouve l'achat des F-35, la modernisation de différents navires militaires de même que le remplacement d'avions de secours. À ce titre, elle œuvre principalement sur le Comité permanent de la défense nationale[5]. Elle assiste également Jack Harris dans ses fonctions de porte-parole de l'opposition officielle du Canada pour la défense nationale[1].

Après son élection, elle a établi des bureaux à Rouyn-Noranda, Ville-Marie, Amos et La Sarre pour rejoindre la population de sa vaste circonscription, et elle offre des rendez-vous pour les communautés de Kipawa et de Barraute.

Le 2 mai 2013, Christine Moore a présenté le projet de loi C-504, Loi sur l'appui aux pompiers volontaires[6]. Ce projet de loi visant à aider les petites communautés à garder un service incendie opérationnel en tout temps a été rejeté par la majorité conservatrice en février 2014[7].

En août 2013, elle a été nommée porte-parole adjointe en matière d'Énergie et Ressources naturelles[1]. Elle siège également sur le comité des ressources naturelles. Christine Moore a déposé une motion qui propose une stratégie nationale pour l’avancement du secteur de la foresterie, qui serait élaborée en consultation avec notamment les provinces, les territoires et les Premières nations[8].

En janvier 2015, Christine Moore a été nommée porte-parole adjointe en matière de Santé[1].

Lors des élections fédérales du 19 octobre 2015 elle résiste à la vague libérale et est réélue dans sa circonscription.

À son retour en Chambre pour la 42e législature, elle déclare vouloir travailler pour améliorer la conciliation travail-famille au Parlement[9]. Des changements se mettent rapidement en place et on lui reconnait le leadership dans ces réalisations[10]. Elle hérite également des postes de porte-parole de l'opposition progressiste en matière de Ruralité et pour l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec[11].

En décembre 2015, Christine Moore dépose à nouveau son projet de loi modifiant le Code canadien du travail et la Loi sur l’assurance-emploi (pompiers volontaires) et qui devient le projet de loi C-215, Loi sur l'appui aux pompiers volontaires[12] en remplacement des précédents projets de loi C-504 et C-630. Elle présente également le projet de loi C-216, Loi sur la Journée nationale de sensibilisation au deuil périnatal[13].

En février 2015, elle était élue comme la Vice-présidente de la Section Canadienne de l'Association parlementaire du Commonwealth (APC)[14].

Au début de l'année 2016, elle présente à nouveau une motion pour une Stratégie nationale sur la foresterie.[15] Cette motion demande le gouvernement à travailler avec les provinces et les territoires, les peuples autochtones, les intervenants, et le public pour mettre en place une stratégie nationale pour l'avancement du secteur de la foresterie canadienne au pays ayant comme objectifs la création d’emplois à valeur ajoutée, le développement durable de nos forêts, la diversification et la promotion des produits dérivés du bois et le développement des systèmes de construction, et pour multiplier les marchés d’exportation des produits du bois canadien.

En mars 2016, Christine Moore présente le projet de loi C-254, Loi modifiant la Loi sur la taxe d’accise (produits pour bébés), afin de cesser la taxation sur des produits essentiels pour bébés et pour l'allaitement[16].

En avril 2018, elle crée un groupe parlementaire multipartite (GPM) pour combattre l'esclavage moderne et la traite de personnes en compagnie des députés Arnold Viersen (conservateur) et Robert-Falcon Ouellette (libéral) qu’elle co-préside avec le sénateur indépendant Daniel Christmas[17].

Allégations d'inconduite[modifier | modifier le code]

En mai 2018, Christine Moore est suspendue de ses fonctions au sein du caucus par le chef du parti, Jagmeet Singh, dans l'attente d'une enquête indépendante sur les allégations d'inconduites sexuelles formulées contre elle[18]. Elle fut par la suite blanchie de ces allégations au terme d'une enquête indépendante[19].

Le 30 août 2018, CBC News publie des excuses officielles à Christine Moore précisant que la société n’avait pas accordé suffisamment de temps à la députée pour répondre aux allégations formulées par un ex-soldat et que l’article d’opinion ne respectait pas les standards éditoriaux de Radio-Canada. Le communiqué indique que Christine Moore avait déposé des preuves que la relation était mutuelle et consensuelle[20].

Varia[modifier | modifier le code]

Lors du débat sur le lock-out à Postes Canada en 2011, le Nouveau Parti démocratique a entrepris un processus d'obstruction parlementaire. Christine Moore fut la quatrième parlementaire à intervenir le plus longuement en Chambre.

Dans le cadre de la Course à la direction du Nouveau Parti démocratique de 2012, elle a donné son appui à Roméo Saganash[21], puis, successivement, à Paul Dewar, Peggy Nash et Nathan Cullen pour finalement se rallier à Thomas Mulcair à la suite de son élection comme chef.

Le 8 septembre 2015, durant la campagne électorale, Christine Moore a donné naissance à son premier enfant; il s'agirait d'une des premières fois qu'une députée en campagne accouche aussi près d'une élection[22],[23].

Elle donne naissance à un deuxième enfant en avril 2017[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Christine Moore — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  2. Une nouvelle députée se lance à fond, magazine Infirmière canadienne, septembre 2011.
  3. Site officiel d'Infirmières et infirmiers sans frontières
  4. Chambre des Communes
  5. Comité permanent de la défense nationale
  6. Projet de loi C-504 à la première session de la 41e législature, sur LEGISinfo.
  7. Projet de loi C-504 à la deuxième session de la 41e législature, sur LEGISinfo.
  8. Texte de la motion sur « Feuilleton des avis No 100 », sur Parlement du Canada (consulté le 11 août 2014)
  9. ChristineMooreMP, « Déclaration de Christine Moore au sujet de la conciliation travail-famille », (consulté le 29 juin 2016)
  10. « Christine Moore et sa fille ont rendu le Parlement plus accessible aux familles », sur Le Huffington Post (consulté le 29 juin 2016)
  11. « L’équipe de Tom Mulcair » (consulté le 29 juin 2016)
  12. « LEGISinfo - Projet de loi émanant d'un député C-215 (42-1) », sur www.parl.gc.ca (consulté le 29 juin 2016)
  13. « LEGISinfo - Projet de loi émanant d'un député C-216 (42-1) », sur www.parl.gc.ca (consulté le 29 juin 2016)
  14. « Christine Moore », sur www.parl.gc.ca (consulté le 17 octobre 2016)
  15. « Christine Moore - Motions émanant des députés - Session courante », sur www.parl.gc.ca (consulté le 29 juin 2016)
  16. « Abolir la TPS sur les produits essentiels pour bébés » (consulté le 29 juin 2016)
  17. « Rechercher dans les publications », sur www.noscommunes.ca (consulté le 31 août 2018)
  18. « Inconduite sexuelle: le NPD suspend Christine Moore », sur Le Devoir (consulté le 31 août 2018)
  19. « Christine Moore blanchie des allégations d’inconduite sexuelle », sur Le Devoir (consulté le 31 août 2018)
  20. (en) « Statement from CBC News », sur www.newswire.ca (consulté le 31 août 2018)
  21. sur le site de Christine Moore
  22. « Pleurs et gazouillis au Parlement », sur Le Journal de Montréal (consulté le 7 août 2015)
  23. En pleine campagne: Christine Moore a accouché, dans L'Écho abitibien, 8 septembre 2015.
  24. « La députée du NPD Christine Moore donne naissance à une deuxième fille », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]