Christine Marcandier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christine Marcandier est une universitaire et critique littéraire française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Christine Marcandier est agrégée de lettres modernes et docteur en littérature française[1].

Elle est maître de conférences à Aix-Marseille Université. Spécialiste du romantisme français, elle consacre ses recherches aux relations de la beauté et de la violence et à l'ironie. Elle est cofondatrice, avec Vincent Vivès, d'Insignis, revue d'études littéraires et transdisciplinaires sur le XIXe siècle[2]. Ses recherches portent désormais également sur la littérature de l'extrême contemporain.

Entre 2008 et 2015, elle est critique littéraire sur le site d'information généraliste en ligne Mediapart.

En septembre 2015, elle co-fonde (avec Johan Faerber et Dominique Bry) le site culturel diacritik.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications universitaires[modifier | modifier le code]

  • Le conte voltairien, préface de Jean Goldzink, Paris, Presses Universitaires de France, coll. "Major", 1995.
  • Le Père Goriot, Paris, Presses Universitaires de France, coll. "Major", 1995.
  • Lorenzaccio, Paris, Presses Universitaires de France, coll. "Major", 1996.
  • Littérature française. Manuel de poche, ouvrage publié en collaboration avec C. Ammirati et B. Lefebvre. Préface de Marc Fumaroli. Paris, Presses Universitaires de France, 1998.
  • Les Châtiments, Paris, Presses Universitaires de France, coll. "Major", 1998.
  • Crimes de sang et scènes capitales. Essai sur l'esthétique romantique de la violence. - Paris, Presses Universitaires de France, « Perspectives littéraires », 1998.
  • L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier, Préface et édition critique, en collaboration avec Christophe Cave, Paris, La Découverte, 1999.
  • Contes satiriques de Charles Nodier, édition critique, Jaignes, La Chasse au Snark, 2001.
  • L’analyse littéraire, notions et repères, sous la direction d’Éric Bordas, en collaboration avec Claire Barel-Moisan, Gilles Bonnet et Aude Déruelle, Paris, Nathan, « Université », 2002.
  • Héroïsme et marginalité (Schiller, Les Brigands, Hugo, Hernani, Duc de Rivas, Don Álvaro ou la force du destin), en collaboration avec G. Zaragoza, G. Darras et E. Samper, Atlande, 2002.
  • Carmen, Militona, édition critique, Gallimard, « La Bibliothèque, Textes et dossiers », 2005.
  • Ironies, entre dualité et duplicité, éd. par J. Gardes-Tamine, C. Marcandier et V. Vivès, Presses universitaires de Provence, « textuelles », 2007.
  • Gaspard de la Nuit d'Aloysius Bertrand, Atlande, 2010.
  • Stefan Zweig, Amok, « Au fond du délire », Préface, éditions Payot-Rivages, avril 2013.

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Silence, on enseigne !, en collaboration avec Kamel Aït Bouali, Paris, La Découverte, 2001.
  • Bon pour le moral. 40 livres pour se faire du bien, Points, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]