Christine Le Doaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Doaré.
Christine Le Doaré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
BrestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Christine Le Doaré (née le à Brest, Finistère[1]) est une militante féministe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'une éducatrice spécialisée et d'un chef Officier de la marine marchande , Christine Le Doaré, après un diplôme d'études approfondies en droit social, devient juriste conseil[1].

Défenderesse à la fois de la cause féministe et des droits des LGBT, elle commence à militer à 18 ans dans des groupes féministes de Nantes[1]. Elle part ensuite pour Londres, où elle s'implique dans des maisons de femmes[1]. Revenue en France en 1982, elle prend part au mouvement féministe et lesbien ; elle est alors membre du conseil de gestion de la Maison des femmes de Paris, et milite au Mouvement d'information et d'expression des lesbiennes[1]. Elle dirige la publication Paris féministe avant que la revue ne disparaisse[1].

Elle décide dans les années 1990 de tourner plutôt son engagement en direction des minorités sexuelles[1]. Elle préside SOS Homophobie de 1997 à 2003, et participe en 1999 aux débats relatifs à l'instauration du pacte civil de solidarité[1]. De 2005 à 2012, elle est à la tête du Centre LGBT Paris-Île-de-France[1]. De 2006 à 2010, elle acquiert des responsabilités dans l'European Region of the International Lesbian and Gay Association[1].

Depuis 2010, dans le cadre du débat sur la prostitution, qu'elle juge être « un des enjeux fondamentaux du féminisme », elle défend la position abolitionniste ; elle participe à cette occasion au Mouvement du nid et au collectif Abolition 2012[1].

Féministe universaliste et laïque, elle est co-fondatrice du Réseau Les VigilantEs. Plusieurs médias soulignent ses dérapages populistes, racistes et xénophobes sur les réseaux sociaux[2]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]