Christine Jordis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christine Jordis
Image dans Infobox.
Christine Jordis en 2021
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (80 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie-Christine Morel de FoucaucourtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Père
Mère
Charlotte Goüin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Alexander Jordis-Lohausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Archives conservées par

Christine Jordis, née le à Alger, est une écrivaine, journaliste, critique littéraire et éditrice française, spécialiste de la littérature anglaise[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'Henry de Foucaucourt, journaliste, industriel, directeur de banque, et petite-fille d'Émile Goüin, Marie-Christine de Foucaucourt épouse Alexander Jordis-Lohausen, critique d'opéra pour une revue allemande, auteur de livres pour enfants et fils du général Heinrich Jordis von Lohausen[3]. Ils sont les parents de deux enfants, dont Tristan Jordis[4], également écrivain.

Diplômée de la Sorbonne et de Harvard[5], elle s'installe à Londres pour préparer la thèse de son doctorat sur l'humour noir dans la littérature anglaise. Elle enseigne pendant plusieurs années (1971 à 1974) à Queen Mary College, Londres.

À son retour en France, en 1974, elle enseigne pendant cinq ans dans un lycée de Savigny-sur-Orge, puis elle est nommée « Literature Officer » au British Council , chargée de  la promotion de la littérature anglaise en France(1979-1991)[6]. En même temps, elle collabore à La Nouvelle Revue française, à l’Encyclopaedia Universalis, à La Quinzaine littéraire, puis, elle devient collaboratrice pour la littérature anglaise au journal Le Monde (1983-2005). Elle participe également à l’émission Lettres ouvertes (1983-97) puis à Panorama (1997-98) sur France-Culture.

En 1991, Antoine Gallimard l’engage pour succéder à Michel Mohrt comme éditrice chargée du domaine de la fiction de langue anglaise (1991-2012) et membre du comité de lecture (1996-2012) de la maison Gallimard[7] De 2012 à 2016, elle est membre du comité de lecture des éditions Grasset et Fasquelle. En 2016, elle réintègre les éditions Gallimard, comme éditrice pour la fiction française, et membre du comité de  lecture.

Son premier ouvrage, un essai intitulé "De petits enfers variés" (1989), chez Seuil, porte sur les romancières  anglaises et reçoit en 1990 le prix Femina Vacaresco. Il sera suivi d’autres essais et récits sur cette littérature, tels "Gens de la Tamise et d’ailleurs", qui reçoit le prix Médicis essai en 1999 et "Une passion excentrique, Visites anglaises", qui reçoit le prix Valery Larbaud en 2005. Son travail d’écriture, qui comprend essais (notamment sur la Grande-Bretagne), récits de voyage (en particulier en Asie), biographies et fiction, est traduit dans plusieurs langues (anglais, portugais, hollandais, grecque, bulgare, italien, russe, coréen, bengali). En 2012, elle a publié chez Gallimard "Une vie pour l’impossible", qui retrace, en s’appuyant sur des lettres et des archives personnelles, les mille vies de son père, aventurier en Syrie, combattant dans la campagne d’Italie, ermite parmi les Inuits, retiré dans une vie monacale au Sénégal, roman pour lequel elle obtient le prix Charles Oulmont de la Fondation de France[8].

Invitée par le ministère des Affaires étrangères et l’Institut français, elle a donné des conférences dans de nombreux pays sur la littérature anglaise et le roman français contemporain ainsi que sur l’édition en France et dans le monde anglo-saxon: en Inde, en Indonésie (Java et Bali), au Canada, en Australie, en Turquie, au Maroc, en Suède et au Danemark, en Corée du Sud, en Russie[9], en Chine, à Zagreb.

Elle est faite commandeure de l'ordre national du Mérite depuis le [10] par le président Emmanuel Macron (remise le ) et de l'ordre des Arts et des Lettres, ainsi que Member of the British Empire.

Membre de jurys littéraires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

  • La Chambre blanche, Seuil, 2003
  • Un lien étroit, Seuil, 2008 (Prix Cabourg)
  • Une vie pour l’impossible, Gallimard, 2012 (Prix du roman de la Fondation de France Charles Oulmont)
  • Prudence et passion, Albin Michel, 2020 (prix Pierre Benoit du roman 2020)

Beaux Livres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://portail-collections.imec-archives.com/ark:/29414/a0114482808682ixpd1 »
  2. Documentation de Radio France, Biographie sur France Inter,
  3. Who's Who in France, 2003
  4. "On craque pour « Crack »", Le Parisien,
  5. Biographie sur le CNL
  6. Des écrivains séparés par l'anglais, entretien dans L'Express (1999)
  7. Thierry Clermont, « Christine Jordis, tout feu tout flamme », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. a et b « Littérature : pour l'amour des mots », sur www.fondationdefrance.org, (consulté le )
  9. « Année franco-russe des langues et des littératures », sur La France en Russie (consulté le )
  10. Legifrance
  11. « Prix SGDL Révélation de Traduction », sur www.sgdl.org (consulté le )
  12. « award | Livres Hebdo », sur www.livreshebdo.fr (consulté le )
  13. Fiche sur Académie française
  14. « Prix Marcel Thiébaut », sur www.sgdl.org (consulté le )
  15. « PRIX LITTERAIRE CABOURG DU ROMAN », sur prixcabourgduroman.blogspot.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]