Christianisme au Pakistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les adeptes du christianisme sont la minorité religieuse la plus importante et la plus persécutée au Pakistan. Le Pakistan a une population de 162 millions, dont 96,1 % sont des adeptes de l'islam. Les chrétiens sont environ 1,5 % de la population, ou environ 2,4 millions de personnes dont 1 288 000 sont des catholiques. Selon le CIA World Factbook la population chrétienne est environ de 2,5 %.

À Karachi se trouve la cathédrale de St-Patrick, la plus grande église du pays. Dans les années 1990, des chrétiens ont été arrêtés sur des allégations de blasphème. Des églises ont été démolies à Faisalabad selon le Daily Telegraph. Au Pakistan, il y a eu des menaces d'attentats à la bombe en l'an 2005. À Lahore se trouve la cathédrale de la Résurrection. Il y a une grande population catholique originaire de Goa à Karachi.

Les chrétiens sont victimes de nombreuses violences. Selon l'Agence Fides (organe d'information du Vatican), chaque année, 700 femmes chrétiennes sont enlevées, séquestrées, converties de force à l'islam et mariées de force à des musulmans, parfois après avoir été violées. Leur ravisseur les menacent de représailles contre leur famille si elles s'enfuient et portent plainte. Certaines de ces femmes se sont suicidées. D'autres ont été répudiées puis vendues à des trafiquants d'être humains, toujours selon l'Agence Fides. Certaines chrétiennes parviennent à s'enfuir et à porter plainte. Néanmoins, les tribunaux donnent rarement raison aux plaignantes. Dans la plus-part des cas, elles sont renvoyées à leur "mari", c'est-à-dire aux hommes avec qui elles ont été mariées de force. C'est ce qu'affirme Me Sardar Mushtaq Gill, avocat, membre de la Legal Evangelical Association Development (LEAD). La LEAD est une association qui apporte un soutien juridique et défend devant les tribunaux les chrétiens accusés de blasphème. Les familles des victimes font l'objet d'intimidation de la part des ravisseurs afin de ne pas déposer plainte.

Toujours selon Fides, le viol des chrétiennes serait fréquent.

Alors que les musulmans accusés de blasphème n'ont affaire qu'à la justice, il en va différemment pour les chrétiens, qui, en cas d'accusation de blasphème, font parfois l'objet de de grandes violences de la part de musulmans, violences pouvant aller jusqu'au meurtre. Ainsi, le 4 novembre 2004, un couple de chrétiens pakistanais accusé de blasphème a été battu à mort par une foule musulmane, qui a ensuite brûlé leurs corps dans le four à briques d'une briqueterie où ils travaillaient. Parfois, aussi, lorsqu'un chrétien est accusé de blasphème, des musulmans s'en prennent au village habités par des chrétiens, dont est issu l'accusé et aux villageois.

Au Pakistan, des familles chrétiennes sont, illégalement, esclaves de familles musulmanes, pour des affaires de dettes. Ils sont contraints de travailler pour ces familles. Ils sont maltraités et sous-alimentés.

Parfois, des chrétiens sont victimes de tentative d'assassinat par des musulmans, pour leur seule appartenance religieuse. Ainsi, le 14 avril 2015, un adolescent chrétien, Nauman Masih, 14 ans, a été arrosé d'essence et brûlé vif, dans la rue, par de jeunes musulmans, lorsque ces derniers ont appris qu'il était chrétien.

Church of Pakistan[modifier | modifier le code]

La Church of Pakistan a 800 000 membres. Elle a été établie en l'an de grâce 1970 comme fusion des églises presbytérienne, méthodiste, anglicane et luthérienne. Elle fait partie de la Communion anglicane.

Sources[modifier | modifier le code]

Article en anglais