Christiane Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lambert.

Christiane Lambert, née Foulier le à Saint-Flour (Cantal), est une éleveuse de porcs et syndicaliste agricole française responsable d'organismes professionnels.

Depuis le , elle est présidente de la FNSEA, le syndicat professionnel majoritaire dans la profession agricole en France [Note 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Massiac (Cantal), Christiane Lambert fille d'agriculteurs Guy Foulier et Marie Berthuy, est née en 1961[1].

Elle effectue sa scolarité à l'école Saint-André à Massiac, puis à l'institution Saint-Dominique au Puy-en-Velay où elle obtient un brevet de technicien supérieur (techniques agricoles et gestion d'entreprise). Elle pratique le handball[2].

À dix-neuf ans, Christiane Lambert exploite seule à Massiac quelques hectares exploitant un troupeau de vaches laitières et une quarantaine de truies[3]. Elle est fervente catholique[3].

Son père décède accidentellement en 1985[4].

Elle se marie le avec Thierry Lambert, également agriculteur. Elle a trois enfants : Guillaume, Thibaut et Pauline.

En 1989, elle reprend avec son mari l'élevage porcin de ses beaux-parents à Bouillé-Ménard dans le Maine-et-Loire, et poursuit ce travail en parallèle de ses activités syndicales[5]. Cet élevage, le GAEC Lambert-Foulier, est de type naisseur-engraisseur[6].

Activités syndicales JA[modifier | modifier le code]

Syndicat des Jeunes agriculteurs[modifier | modifier le code]

Elle s'engage à 20 ans dans le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA)[7] et franchit les différents échelons régionaux : en 1981 présidente du centre cantonal et vice-présidente du centre départemental, en 1984 vice-présidente du Centre régional des jeunes agriculteurs d'Auvergne, puis présidente deux ans plus tard.

En 1989, elle est vice-présidente du centre cantonal des jeunes agriculteurs de Pouancé, puis vice-présidente du centre départemental de Maine-et-Loire. Après un an au centre départemental, elle est nommée vice-présidente du Centre régional des jeunes agriculteurs pour l'Ouest et les Pays de la Loire.

Bureau du CNJA[modifier | modifier le code]

Elle rejoint le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA) comme membre du bureau de 1992 à 1994 et accède à la présidence du bureau jusqu'en 1998.

Présidence de la FNSEA[modifier | modifier le code]

Des jeunes agriculteurs, elle rejoint en 2001 la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles du Maine-et-Loire dont elle est présidente jusqu'en 2011[8] et en 2005 le bureau de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) en tant que membre.

Après le décès inattendu du Président Xavier Beulin en 2017, elle est présidente par intérim, puis élue à la présidence de la FNSEA, c'est la première femme à occuper ce poste[9].

Elle assure également depuis 2017 la vice-présidence de l’Ifocap (Institut de formation pour les cadres paysans et agro-alimentaires et pour la gestion des entreprises).

À la FNSEA, elle est décrite comme « une excellente syndicaliste et un bon soldat, qui suit sa base, mais pas une stratège qui sait anticiper ce que sera l'agriculture dans dix ans. (...) Elle prêche pour un syndicat réformiste, une agriculture raisonnée, mais elle continue d'incarner LA FNSEA qui dit non à tout et en veut toujours plus »[3].

Revendications 2017[modifier | modifier le code]

La présidente de la FNSEA défend auprès du nouveau gouvernement Édouard Philippe (2) les demandes de la fédération en rencontrant le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert[10] et le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot[11] :

  • simplification administrative ;
  • reconnaissance de la diversité de l'agriculture française ;
  • agriculteurs acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique ;
  • aide aux agriculteurs subissant les aléas climatiques ;
  • gestion progressive de l'arrêt du glyphosate ;
  • revalorisation des prix

Campagne médiatique[modifier | modifier le code]

Glyphosate[modifier | modifier le code]

Elle s'oppose à l'interdiction immédiate en France du glyphosate, le désherbant le plus vendu au monde, et plaide pour un remplacement progressif de ce produit controversé par un produit à concevoir aussi efficace[12].

Revenu des agriculteurs et États généraux de l'alimentation[modifier | modifier le code]

Conférence de presse dans une ferme d'Ebersheim de Christiane Lambert avant les EGA

La présidente revendique une revalorisation des prix afin que les agriculteurs vivent décemment de leur travail. Ce sujet rejoint les États Généraux de l'Alimentation (EGA) prévus par le candidat Macron « permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes »[10] .

Une polémique oppose Christiane Lambert et Michel-Édouard Leclerc sur la variation entre prix agricoles et prix à la clientèle[13], elle est décrispée par la proposition du Président de la République de promulguer au premier semestre 2018 des ordonnances basées sur les travaux des EGA[14]. La présidente a refait appel à Michel-Édouard Leclerc absent à la réunion de travail au ministère de l'agriculture du 3 novembre 2017 à laquelle participaient le ministre Stéphane Travert, les représentants des agriculteurs, industriels et distributeurs. Le communiqué du ministère précise « La réunion de travail de ce jour a permis aux parties prenantes d'avancer vers une rédaction commune. L'objectif partagé est que la charte puisse être signée dans les prochains jours par l'ensemble des acteurs volontaires ». La présidente fait pression pour que les négociations à venir avec la grande distribution se fasse selon la nouvelle charte[15]. La crise Lactalis du lait infantile contaminé par des salmonelles a relancé la campagne de la présidente contre la grande distribution[16].

Charte et Contrat de solutions[modifier | modifier le code]

La nouvelle charte est signée le 14 novembre 2017 en présence des représentants des agriculteurs et de la grande distribution dont Michel-Édouard Leclerc et des représentants de l'État, le ministre de l’agriculture Stéphane Travert et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, Benjamin Griveaux. Cette charte est la première concrétisation des États Généraux de l'alimentation[17].

Après la signature de la charte Christiane Lambert lance avec la FNSEA le Contrat de solutions, étape intermédiaire favorisant la recherche et l'innovation pour une agriculture à terme verte et numérique[18].

Engagement contre les megacomplexes[modifier | modifier le code]

En 2017, la présidente de la FNSEA a cosigné avec entre autres Naomi Klein, une lettre ouverte publiée dans Libération. Elle demande l'arrêt du projet Europacity afin de préserver "80 hectares de terres agricoles, parmi les plus fertiles d'Europe"[19].

Palmarès médiatique[modifier | modifier le code]

Prix de la femme d’influence politique[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 2017, elle obtient le Prix 2017 de la femme d'influence politique décerné par le club Génération femmes d’influence politique qui promeut l’entrepreneuriat au féminin depuis 2010[3].

Elle dédie ce prix à Toutes les femmes agricultrices[20].

Classement Business de Pressedd[modifier | modifier le code]

Elle apparait dans le classement Business de Pressedd 2017 des Français les plus cités dans les médias au cours de l'année, première femme et cinquième du classement[21].

Personnalité 2017 selon Les Marchés Hebdo[modifier | modifier le code]

La rédaction de Les Marchés Hebo a retenu Christiane Lambert dans son palmarès des treize personnes ayant marqué l'année 2017 notamment pour avoir fait " entendre la voix des agriculteurs auprès des pouvoirs publics et des médias, notamment à l’occasion des états généraux de l’alimentation"[22].

Activités environnementales[modifier | modifier le code]

En 1999 sa motivation pour le respect de l'environnement l'engage à la présidence du Forum de l'agriculture raisonnée respectueuse de l'environnement (FARRE[23]) pendant six ans. Elle participe en 2002 et 2003 à la Commission de la Charte de l'environnement à valeur constitutionnelle voulu par Jacques Chirac pour protéger l'environnement. Membre du CESE[24] et présidente de VIVEA qu'elle quitte en 2017 après sa nomination à la FNSEA[25]. Elle promeut une agriculture raisonnée et écologique[26].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à son élection, elle a assuré la présidence de la FNSEA, par intérim, du au , à la suite du décès de Xavier Beulin en tant que 1re vice-présidente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maternité de Saint-Flour
  2. « FNSEA. Qui est Christiane Lambert, l’éleveuse qui brigue la présidence ? », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d David Fontaine, « Christiane Lambert : Avance ton porc ! », Le Canard enchaîné,‎ , p. 7
  4. Isabelle Choquet, « Christiane Lambert de la FNSEA: une présidente au caractère bien trempé », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  5. Stanislas du Guerny, « Christiane Lambert, dans le champ de la FNSEA », sur lesechos.fr, (consulté le 25 juillet 2017)
  6. « Bouillé-Ménard. Un élevage de porcs plus moderne et moins énergivore », sur courrierdelouest.fr,
  7. « Jeunes Agriculteurs - syndicat agricole », sur Jeunes Agriculteurs (consulté le 23 octobre 2017)
  8. Séverin Husson, « Christiane Lambert : « Le dimanche, un temps pour densifier les échanges avec les siens » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  9. Eric de La Chesnais, « Christiane Lambert, présidente par intérim de la FNSEA », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  10. a et b Rémi Barroux et Laurence Girard, « Le ministère de l’agriculture est chargé de piloter les Etats généraux de l’alimentation », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne) :

    « Cette initiative qui se propose de donner un cap à l’agriculture et à l’agroalimentaire français en assurant revenus décents aux agriculteurs et alimentation de qualité tout en respectant l’environnement, était une promesse de campagne du candidat, inspirée par Nicolas Hulot. »

  11. Bérengère Lafeuille, « Environnement : Christiane Lambert : « Nicolas Hulot se dit constructif, nous aussi ! » », sur www.lafranceagricole.fr (consulté le 23 octobre 2017)
  12. « Peut-on vraiment interdire le glyphosate en France ? », L'Alsace.fr,‎ (lire en ligne) :

    « Si les agriculteurs des pays voisins peuvent utiliser le produit, et donc, bénéficier de coûts de production plus bas et plus avantageux, nous ne serons plus compétitifs. »

  13. « Lambert (FNSEA) : Leclerc a causé "des faillites d'agriculteurs" », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  14. « EGA : E.Macron annonce une loi avant juillet 2018 », L'Anjou Agricole,‎ (lire en ligne) :

    « renforcement des organisations de producteurs et des interprofessions, meilleure information sur le droit de la concurrence, renforcement du contrôle et des sanctions, relèvement du seuil de revente à perte - pour les produits alimentaires uniquement - et encadrement des promotions. Ces deux dernières mesures sont conditionnées à la livraison, d'ici la fin de l'année, de « contrats de filière» par les interprofessions fixant des objectifs d'évolution. »

  15. « Alimentation Bientôt une charte pour les négociations commerciales : Alimentation », Terre-net,‎ (lire en ligne)
  16. Xavier Bonnardel, « Lactalis. Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, charge la grande distribution », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  17. Richard Cremonini, « La Marne Agricole », sur www.la-marne-agricole.com, (consulté le 17 novembre 2017)
  18. André Thomas, « Agriculture : la FNSEA fait sa révolution verte », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  19. AFP, « Le megacomplexe commercial décrié Europacity a choisi ses architectes », LaLibre.be,‎ (lire en ligne)
  20. André Thomas, « Christiane Lambert (FNSEA) obtient le prix de la femme d’influence politique », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  21. Samir Hamladji, « Classement Business : Les 20 Français Les Plus Médiatisés De L’Année 2017 | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  22. Nathalie Marchand, « Les personnalités de l’année 2017, selon Les Marchés Hebdo | Les Marchés », Les Marchés,‎ (lire en ligne)
  23. « Susciter l’adhésion des agriculteurs au développement durable », 7 e Rencontres FARRE de l’Agriculture Raisonnée,‎ (lire en ligne)
  24. « Christiane LAMBERT », sur Conseil économique, social et environnemental, (consulté en 15 avril 2009 et 31 décembre 2017).
  25. « MARIANNE DUTOIT SUCCÈDE À CHRISTIANE LAMBERT À LA PRÉSIDENCE DE VIVEA - Vivea », Vivea,‎ (lire en ligne)
  26. Adeline Daboval, « Qui est Christiane Lambert, l'éleveuse qui brigue la présidence de la FNSEA ? », leparisien.fr,‎ 2017-03-28cest11:58:48+02:00 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]