Christian de Montlibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian de Montlibert
Description de cette image, également commentée ci-après
Dakar, 2017
Naissance
Orléans
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Fondateur de la revue Regards sociologiques (1991-2016)
Formation
Docteur d'État en sociologie

Christian de Montlibert, né en 1937 à Orléans, est un sociologue français, professeur émérite de l'université Marc-Bloch.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études de psychologie à l’université de Paris et rejoint le laboratoire de psychologie sociale de la Sorbonne dirigé par Robert Pagès.

Il mène des recherches sur les pratiques de formation des adultes au CUCES-INFA de Nancy[1], comme maître-assistant. Il participe à des recherches sur la formation permanente et soutient une thèse de troisième cycle intitulée Les aspirations à la promotion[2].

Au moment de la fermeture de l’INFA en 1973, il rejoint l’université de Nancy et devient maître de conférences puis professeur à l’université Marc-Bloch (1973-2006). Il soutient en 1974 une thèse d’État intitulée « Mobilité sociale et éducation des adultes : être promu cadre ; la promotion supérieure du travail, organisation, tendances et résultats » sous la direction d’Alain Girard. Il poursuit des recherches en sociologie[3], notamment sur la formation permanente[4] et sur l'enseignement supérieur et la recherche[5]. Il est professeur émérite depuis 2006 et nommé docteur honoris causa de l'université de Crète en 2012.

Responsabilités institutionnelles et éditoriales[modifier | modifier le code]

Il dirige le Centre de recherches et d'études en sciences sociales (CRESS) (de 1988-2004) et la publication des Cahiers du CRESS(1996-2009). Il organise en 1995, à Strasbourg, un colloque consacré à l’œuvre de Maurice Halbwachs.

Il est membre associé du laboratoire SAGE de la faculté des sciences sociales de l'université de Strasbourg[6] et président de l'Association des amis d'Abdelmalek Sayad pour lequel il organise deux colloques, en 2006, à Paris[7], et en 2013, à Oran[8], ainsi qu'une exposition dédiée à cet auteur[9].

Il fonde et dirige la revue Regards sociologiques (1991-2016).

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • L'impossible autonomie de l'architecte : sociologie de la production architecturale, PUS, 1995, 228 p.
  • (Éd.) Maurice Halbwachs 1877-1945. Colloque de la faculté des sciences sociales de Strasbourg, PUS, Strasbourg, 1997, 110 p.
  • La violence du chômage, Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2001, 125 p.
  • Savoir à vendre. L'enseignement supérieur et la recherche en danger, éditions Raisons d’agir, Paris, 2004, 141 p.
  • Les Agents de l'économie : patrons, banquiers, journalistes, consultants, élus. Rivaux et complices, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », Paris, 2007.
  • ''Enjeux et luttes dans le champ économique, 1980-2010, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », Paris, 2012, 300 p.[3]

Contributions[modifier | modifier le code]

  • « L'actualité de la pensée d'Abdelmalek Sayad » dans Association des Amis d'Abdelmalek Sayad (dir.), L'Actualité de la pensée d'Abdelmalek Sayad, Éditions Le Fennec, Casablanca, 2010, 415 p., p. 11-27.
  • (ru) « Pressions et tensions dans le champ des sciences sociales » dans Natalia Chmatko (dir.), Pouvoir symbolique: sciences sociales et politique, Universtetskaïa Kniga, Moscou, 2011, 345 p., p. 12-36, traduction en langue russe.
  • « Exposer l'œuvre d'Abdelmalek Sayad » dans Tassadit Yacine, Yves Jammet, Christian de Montlibert, Abdelmalek Sayad. La découverte de la sociologie en temps de guerre, éditions Cécile Defaut, Nantes, 2013, 191 p., p. 129-165.
  • « Une utopie réaliste sur la défensive » dans Bertrand Geay (dir.) Luttes, espérances, utopies, L'Harmattan, Paris, 2013, 241 p., p. 71-100. coll. «Questions Sociologiques».
  • (el) Préface dans Émile Durkheim, L'évolution pédagogique en France, p. 9-36, éditions Alexandria, Athènes, 2014, p. 9-36.
  • Abdelmalek Sayad, sociologue du symbolique, dans Sidi Mohammed Mohammedi (dir.) Abdelmalek Sayad, Migrations et mondialisation, éditions du centre de recherche en anthropologie culturelle et sociale (CRACS), Oran, 2014, p. 21-35.
  • « La parole fait le mur. Les occupations des bâtiments universitaires », Ariadne, 2013, Vol.19, p. 153-203.
  • « Éducation des adultes et sociologie. Marcel Lesne et "l'analyse des besoins en formation », Éducation permanente, 2014, no 199, p. 155-167.
  • « La pédagogie un enjeu social et politique », Éducation permanente, Dossier « Penser la pédagogie en formation d'adultes », 2015, no 203, p. 25-42.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (Mélanges) Clément Bastien, Simon Borja, David Naegel (dir.)(2010). Le raisonnement sociologique à l'ouvrage, Théorie et pratiques autour de Christian de Montlibert, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Françoise Laot, « Le CUCES-INFA ou “Complexe de Nancy”, creuset d'innovations pour l'éducation permanente (1954-1973) », Éducation permanente, 2014, no 198, p. 199-215.
  2. Thèse de 3e cycle, notice du SUDOC
  3. a et b Philippe Lorenzo, « Christian de Montlibert, Enjeux et luttes dans le champ économique 1980 – 2010 », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne)
  4. Cédric Frétigné, Emmanuel de Lescure, « Sociologie et formation en France », Savoirs, 2007/3, no 15, p. 9-55, [lire en ligne]
  5. Sylvia Faure, « Christian de Montlibert, Savoirs à vendre. L'enseignement supérieur et la recherche en danger », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne)
  6. UFR SSPSD Strasbourg, « Christian De Montlibert - La Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Strasbourg », sur sspsd.u-strasbg.fr (consulté le 6 juillet 2017)
  7. "l'Actualité de la pensée d'Abdelmalek Sayad", Éditions Le Fennec, Casablanca, 2010, 415 p.
  8. Les migrations et la mondialisation en débat, El Watan, 17/05/2013
  9. Morane Chavanon, Sayad aux origines de la sociologie critique, L'Humanité, 26 juin 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :