Christian Zuber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zuber.
Christian Zuber
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Époque
20e siècle
Nationalité
Domicile
Lieu de travail
Paris
Planète Terre
Formation
Activité
Père
Mère
Conjoint
Nadine Saunier
Florence Monod
Enfants
Olivier
Edouard
Parentèle
Monod
Autres informations
Médias et conférences
Télévision
Conférences
Domaine
Propriétaire de
Galapagos Films
Propriété à Tournainville près de Chartres.
Mouvement
Instrument
Caméra au poing
Partenaire
Genre artistique
Distinctions
Lauréat de l'Académie des Sports
Films notables
Œuvres réputées


Christian Zuber, né le à Mulhouse, mort le à Villejuif d'un cancer[1]. C'est un documentariste animalier, journaliste, écrivain, producteur, conférencier. Il est connu du grand public grâce à ses émissions Caméra au poing diffusées à la télévision de 1972 à 1981 et à ses conférences à Connaissance du Monde. Il est l'un des pionniers de la protection de la nature et de l'environnement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Paul-René Zuber et de Christiane Monod[2]. Il est l'aîné de six enfants (quatre sœurs : Stéphane, Primerose, Pervenche et Nigelle, et deux frères : Pascal et Yann)[3]. Il passe son enfance en Alsace. La guerre et la défaite de l'armée française obligent la famille à quitter la France pour le Maroc, pour échapper à la germanisation (germanisation de l'Alsace) et à la Gestapo[4].

Ils vont s'installer en famille à Meknès (au Maroc). Il sera élève au Lycée Gouraud de Rabat (Maroc[5].

Il découvre sa passion pour les animaux auprès d'un oiseleur de Meknès.

De retour en France, il poursuit ses études au Collège Cévenol (Le Chambon-sur-Lignon), au lycée Bartholdi de Colmar puis à Audincourt, près de Montbéliard. Là, il subit un grave accident (il passe sous un train) le . Lors de son long séjour à l'hôpital, il fait le serment de changer d'existence et de profiter de la vie en parcourant le monde.

Il est Bachelier[6].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Le photographe-reporter[modifier | modifier le code]

Il s'intéresse très tôt à la photographie, fait ses premiers clichés du Docteur Schweitzer de passage à Colmar puis enchaîne les reportages pendant son service militaire au 1er régiment de chasseurs d'Afrique au Maroc. Après un court passage à la Lloyd's de Londres comme agent d'assurance, il passe le concours de l'Éducation nationale, service de la jeunesse et des sports du Maroc (1954-1960)[7] [8], où il s'occupe de jeunes délinquants et fait des tournages au cours desquels il rencontre Pierre Lousteau qui travaille au Centre cinématographique marocain.

Durant les années 1954-1955, il fait la connaissance à Rabat des correspondants de Paris Match, de Life, de Black Star (en), nombreux pour le retour du sultan exilé et photographie Mohammed V à la mosquée. Il rencontre Jacques Paoli, journaliste à la radio et grand amateur de jazz, fait pour lui l'interview de Marcel Isy-Schwart, conférencier de Connaissance du Monde. Christian Zuber décide alors de quitter l'Éducation nationale et de préparer une grande expédition.

Le découvreur[modifier | modifier le code]

Carte topographique des Iles Galapagos.

Il prpare son voyage aux Galápagos. D'autres rencontres seront déterminantes : Jean Dorst l'initie à la faune de cet archipel, Peter Scott lui fait connaître le WWF, Éric Schlumberger l'introduit dans le Tout-Paris, Louise de Vilmorin[8] l'incite à s'engager sans concession dans la protection de la nature, Yves Coppens lui propose de filmer son expédition dans la vallée de l'Omo. Parti seul aux Galápagos en 1959, il travaille ensuite en équipe avec Bruno Barbey, photographe rencontré au Maroc, Michel Laubreaux[8], spécialiste de la plongée et technicien du cinéma sous-marin, Pierre Lousteau et les professionnels du WWF.

AhuTongariki

Le reporter-cinéaste[modifier | modifier le code]

Après avoir réalisé trois courts métrages pour financer son expédition, il arrive en aux Galápagos où il reste huit mois. À son retour, son reportage photo publié dans Paris Match est un succès, son court métrage sur les parades d'amour des frégates est choisi par René Clair pour accompagner l'un de ses films. En 1960, il présente l'Archipel des Galápagos lors de conférences à Rabat, Salle Pleyel à Paris (dans le cadre de « Connaissance du Monde »), dans plusieurs villes de province et à New York. Il enchaîne désormais expéditions, tournages et reportages photo : les Galápagos (où il retourne deux fois), mais aussi l'Afrique de l'Est, les Seychelles, Madagascar, la Polynésie, l'Amazonie, l'Asie, l'île de Pâques… Il dit lui-même qu'il a fait sept fois le tour du monde.

Convaincu que "l'information sauvera la nature", il multiplie les conférences où ses films remportent un grand succès, écrit des livres dont certains destinés aux enfants, produit des disques de musique et de chants traditionnels. Il intervient à la télévision dans plusieurs magazines dont Le Magazine des explorateurs de Pierre Sabbagh et au journal télévisé avant de produire et présenter son émission Caméra au poing diffusée dans plusieurs pays dont le Canada. De 1978 à 1980, il intervient sur RTL au côté d'Anne-Marie Peysson pour organiser des concours où des classes de collège gagnent des voyages au Kenya et aux Galápagos.

L'ambassadeur de la protection de la nature[modifier | modifier le code]

Il intervient auprès des gouvernements de Zambie, du Mozambique, d'Équateur, d'Argentine et d'Afrique du Sud afin de créer des réserves et des parc naturels pour préserver les éléphants, les rhinocéros, les baleines. Avec le WWF dont il est administrateur, comme avec la Fondation Brigitte-Bardot, il lutte contre le trafic des animaux sauvages exterminés pour la fourrure et l'ivoire ou maltraités dans les zoos et les cirques.

L'une de ses dernières interviews (à la fin, elles devenaient très rares) a été accordée, chez lui dans le 14e arrondissement de Paris en octobre 2002, puis au studio vidéo Big Mama à Boulogne-Billancourt (92) en novembre 2002 où il finissait le montage d'un documentaire pour la Fondation Bardot, à Serge Moroy, fondateur d'une revue sur le cinéma argentique éditée par L'ALICC (Agence de Liaison Inter-Collectionneurs du Cinéma) : « Christian Zuber ou le combat par l'image », Infos-Ciné no 53, mars 2003 (4 pages et demi avec photos).

Vie de famille[modifier | modifier le code]

En 1967, il épouse Nadine Saunier, photographe qui participe désormais à toutes les expéditions avec leurs deux fils, Olivier et Édouard.

En 1987, il épouse Florence Monod[2],[9].

Expéditions[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Avec sa caméra au poing, Christian Zuber a parcouru le Monde, du Maroc et de la France jusqu'à la lointaine Ile de Pâques.

  • 1957 – Courts métrages : Caméléons, Bachis blancs (scouts marins).
  • 1958 – Court métrage : L'Alsace 13 ans après.
  • 1959Archipel des Galápagos.
  • 1961Trésors de la Corse.
  • 1962 – Courts métrages : Arrêtez le massacre, Starlette, La peau au soleil.
  • 1963Paradis des bêtes - Grand prix de la mer.
  • 1965Le grand safari.
  • 1969Laissez-les vivre ! - Trois médailles d'or aux festivals de Gijon, Trente et Venise.
  • 1971Les princes de la jungle.
  • 1972Tahiti, les plus belles îles du monde.
  • 1973Fantastique Afrique.
  • 1974L' Arche de Noé.
  • 1977Caméra au poing aux Galápagos.
  • 1980Les mystères de l'île de Pâques
  • 1986Venez voir le Maroc
  • 1993Venez voir l'Espagne[10]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publications[modifier | modifier le code]

Chaque expédition donnera lieu à la publication d'un ou plusieurs ouvrages. Christian Zuber n'oubliera pas les enfants ni ses enfants.

  • Archipel des Galapagos, Robert Laffont,
  • Paradis des bêtes, Robert Laffont,
  • Trésor de la Corse, Galapagos Films,
  • Le grand safari, Presses de la Cité,
  • Caméra au poing du Kenya aux Seychelles, Presses de la Cité,
  • Laissez-les vivre, Rouge et Or,
  • Galapagos, Presses de la Cité,
  • Le petit prince des Îles Seychelles, Rouge et Or,
  • Safari à Thoiry, Rouge et Or,
  • Trésors vivants, Arthaud,
  • Le petit prince de Sri Lanka, Rouge et Or,
  • L'arche de Noé, Flammarion, (ISBN 2082004244)
  • Tahiti et les plus belles îles du monde, Presses de la Cité,
  • Le petit prince des Galapagos, Rouge et Or,
  • Aux îles Galapagos, Flammarion, (ISBN 2082012506)
  • Les grands singes, Flammarion, (ISBN 2082004376)
  • Les oiseaux du ciel, René Moser, (ISBN 2902906013)
  • Protégeons les animaux, Rouge et Or,
  • Vivre pour les animaux, Robert Laffont,
  • La petite princesse de l'Ile de Pâques, Presses de la Cité,
  • L'Ile de Pâques, Galapagos Films,
  • Les mystères de l'Ile de Pâques, René Moser,
  • Venez voir le Maroc, Galapagos Films,
  • Le roi des éléphants, Éditions de Fallois,
  • Venez voir l'Espagne, Galapagos Films
  • Barbade, Delroisse
  • Ceylan, Delroisse
  • Malte, Delroisse
  • Les animaux de France, Éditions Fox
  • Mes amis les animaux, Rouge et Or

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'Or du Festival de Venise (1969), du festival de Trente (1969), du Festival des enfants de Téhéran (1969) et du Festival de Giron (1969).
  • Prix Grammont (1970).
  • Prix des Voyages (1972).
  • Lauréat de l'Académie des Sports (1975)[11].
  • L'astéroïde de la ceinture principale Christian Zuber a été nommé en son honneur.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. op. cit. Who's Who
  2. a et b op. cit. Who's Who, Mar.
  3. op. cit. Koechlin Généalogie Descendance Chr. Monod
  4. Témoignage recueilli personnellement.
  5. op. cit. Who's Who, études.
  6. op. cit. Who's Who, diplômes.
  7. op. cit. Who's Who, carrière.
  8. a, b et c op. cit. Faune Sauvage, Gérard Hibon 10/12/2014
  9. op. cit. Koechlin Généalogie 2e génération II-1
  10. op. cit. Faune Sauvage, Gérard Hibon 10/12/2014 Filmographie
  11. op. cit. Who's Who, distinctions.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.