Christian Wilberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Wilberg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité

Christian Wilberg ( à Havelberg - à Paris) est un peintre allemand[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilberg est né en 1839 à Havelberg dans la province de Brandebourg où il vit jusqu'en 1861. Il est à l'origine peintre en bâtiment avant de s'installer à Berlin où il étudie la peinture dans l' atelier d'Eduard Pape (de). Au bout de dix-huit mois, Pape suggère à Wilberg d'étudier plus avant avec Paul Gropius (de), où il acquiert une bonne connaissance de la perspective et de l'architecture. Après avoir terminé son apprentissage sous la supervision d'Oswald Achenbach à Düsseldorf en 1870, Wilberg parcourt le nord de l'Allemagne et passe deux ans à Venise[1]. Même après son retour à Berlin, Wilberg continue de visiter l'Italie, son domaine de prédilection étant l'architecture italienne. Parmi ses œuvres les plus importantes dans ce domaine figurent ses peintures de la basilique Saint-Marc à Venise et de la chapelle Palatine à Palerme.

En 1880, Wilberg peint un panorama de la golfe de Naples pour l'exposition de la pêche berlinoise, qui lui vaut une reconnaissance parmi les initiés. L'année précédente, il se rendu à Pergame avec le directeur de la Collection d'antiquités classiques de Berlin. C'est ici que Wilberg réalise une série de croquis de l'Acropole qu'il utilise plus tard pour la peinture. Il acquiert de vastes connaissances en architecture ancienne et s'en sert pour concevoir des reconstructions d'immeubles romains, dont l'un est ensuite suspendu au célèbre Café Bauer de Berlin[1].

Le dernier grand projet de Wilberg est un grand panorama sur les thermes de Caracalla qu'il a créé pour l'exposition sur l'hygiène à Berlin en 1882. Cette dernière œuvre majeure est incinérée lorsque la salle d'exposition prend feu et que Wilberg n'a que le temps de conserver quelques peintures et dessins. Après l'incendie, Wilberg se rend en France en compagnie de Ludwig Pietsch (en) afin de peindre à Sedan. Sur son chemin, il tombe malade en visitant Paris. Il y meurt peu de temps après. En octobre et , une exposition spéciale comprenant plus de 677 œuvres de Wilberg est présentée à la Galerie nationale de Berlin. Certaines des peintures de cette exposition, la Villa Mondagrone et plusieurs croquis à l'huile à l'aquarelle et à la mine de plomb, sont transférés à la Galerie Nationale. En 1883, Memento Mori, l'un des motifs de Wilberg des montagnes de Sabini en Italie, est présenté à la Gemäldegalerie Alte Meister à Dresde[1].

Wilberg trouve son dernier lieu de repos à Berlin à l'ancien cimetière Saint-Matthieu, le tombeau est créé par le sculpteur Gustav Eberlein.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (de) G. Ebe, Der Deutsche Cicerone : Führer durch die Künstschätze der Länder Deutscher Zunge, BiblioBazaar, , 484 p. (ISBN 978-0-554-46498-5 et 0-554-46498-5, lire en ligne), p. 450

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]