Christian Prigent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prigent.
Christian Prigent
Christian prigent.jpg

Portrait de Christian Prigent.

Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Christian Prigent, né en 1945 à Saint-Brieuc, est un poète, romancier et critique littéraire français. Volontiers contestataire, provocateur, ironique, il bouscule les formes, et livre, dans son œuvre, un combat avec la langue, contre le « parler faux ».

Un colloque Christian Prigent s'est tenu au Centre culturel international de Cerisy fin juin-début juillet 2014[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Emojione 267B.svg
Cette section a besoin d'être recyclée (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).  
Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Il est docteur ès lettres, auteur d'une thèse sur Francis Ponge. Après des séjours à Rome (1978-1980) et à Berlin (1985-1991), il vit depuis 2007 à Saint-Brieuc en Bretagne. Dans ses travaux il se réfère à Jacques Lacan, Jacques Derrida, Julia Kristeva, Arthur Rimbaud, Francis Ponge ou Denis Roche, auquel il a consacré un essai (Denis Roche, 1977). Il fonde au tournant des années 1970, la revue TXT[2], toutefois il collabore à de nombreuses autres revues en France et à l'étranger, et publie, essentiellement chez P.O.L., des ouvrages de poésie ou de critique littéraire. En 1993, avec Écrit au couteau il entend « débarrasser la poésie de tout ce qui n'est pas essentiellement la poésie »; à travers la violence charnelle, il retrouve « la poésie lorsqu'elle est exigence de trouver un langage ». Depuis 1980, il donne régulièrement des lectures publiques de son œuvre. Dans son œuvre critique, Christian Prigent s'interroge beaucoup sur les auteurs jugés difficiles et subversifs.

L'essayiste[modifier | modifier le code]

Le travail de création littéraire de Christian Prigent s'est accompagné d'un travail de réflexion et d'écriture d'essais aussi bien sur la littérature que sur la peinture. L'approche critique de Christian Prigent contribuera à déterminer les avant-gardes littéraires de la fin du XXe siècle en France. Posant, en liaison à une lecture de Jacques Lacan que la littérature est une expérience de la négativité, il réfléchit aux expériences littéraires qui traduisent cette négativité.

En effet, pour lui, la littérature doit s'affronter au réel, or le réel, selon Lacan, c'est là où le langage se brise. La littérature est alors cette expérience de l'impossible : dire le réel, alors qu'il est impossible à saisir. La littérature va être déterminée alors par Christian Prigent comme un lieu d'aporie, de tension qui a pour conséquence des formes littéraires extrêmes, ce que l'on retrouve parfaitement à partir du titre d'un de ses premiers essais : La langue et ses monstres.

Les revues[modifier | modifier le code]

Proche des « textualistes », de la revue Tel Quel, il fonde avec Jean-Luc Steinmetz, la revue TXT, dont il devient vite le chef de file et principal animateur jusqu'en 1993. La revue est accompagnée, à partir de 1977, d'une collection qui publie les œuvres de Valère Novarina, de Vélimir Khlebnikov, de Philippe Muray, Jean-Pierre Verheggen ou Christian Prigent lui-même.

En 1981, en Résidence à la Villa Médicis à Rome, il rencontre Mathias Pérez, avec qui il va fonder en 1996, la revue Fusées, qui, tel que l'énonce Fabrice Thumerel dans Le champ littéraire au XXe siècle, ne prônera pas la rupture comme ce fut le cas avec TXT, mais qui reviendra sur l'héritage des avant-gardes littéraires et artistiques, tout en poursuivant l'exploration des nouvelles pistes d'écriture, à travers les nouvelles générations littéraires, avec par exemple Charles Pennequin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • La belle journée, poésie, 1969
  • Femme dans la neige, poésie, 1971
  • La mort de l'imprimeur, poésie, 1975
  • Paysage avec vols d'oiseaux, poésie, 1982
  • Une élégie, poésie, 1983
  • Une leçon d'anatomie, poésie, 1990
  • Écrit au couteau, poésie, 1993
  • Dum pendiet filius, poésie, 1998
  • L'âme, poésie, 2000
  • La Vie moderne, poésie, 2012

Fiction[modifier | modifier le code]

  • L'main, fiction, 1975
  • Œuf-glotte, fiction, 1979
  • Power/Powder, fiction, 1977
  • Voilà les sexes, fiction, 1981
  • Peep show (un roman en vers), fiction, 1984
  • Journal de l'oeuvide, fiction, 1984
  • Deux dames au bain avec portrait du donateur, fiction, 1984
  • Commencement, fiction, 1989
  • Une phrase pour ma mère, fiction, 1996
  • Le Professeur, fiction, 2001
  • Grand-mère Quéquette, fiction, 2003
  • Demain je meurs, fiction, 2007
  • Météo des plages, roman en vers, 2010
  • Les Enfances Chino, roman 2013
  • Les Amours Chino, roman 2016

Essais/Chroniques[modifier | modifier le code]

  • Le Groin et le Menhir (Denis Roche), essai, 1977
  • Viallat, la main perdue, essai, 1981
  • Comme la peinture (Daniel Dezeuze), essai, 1983
  • La Langue et ses monstres, essai, 1989 ; réédition corrigée et complétée, P.O.L., 2014
  • Ceux qui medRent, essai, 1991
  • Six jours sur le tour, chroniques, 1991
  • Viallat la main perdue, essai, 1996
  • À quoi bon encore les poètes ?, essai, 1996
  • Rien qui porte un nom, essai, 1996
  • Une erreur de la nature, essai, 1996
  • L'écriture, ça crispe le mou, livre et CD, Alfil, 1997
  • Berlin deux temps trois mouvements, chroniques, 1999
  • Salut les anciens, salut les modernes, essai, 2000
  • L'Incontenable, essai, 2004
  • Ne me faites pas dire ce que je n'écris pas: entretiens avec Hervé Castanet, entretiens, 2004
  • Ce qui fait tenir, essai/poésie, 2005
  • Le monde est marrant (vu à la télé): Chroniques, chroniques, 2008
  • Compile, lecture de textes, 2011

Disque audio et livret[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Typhaine Garnier, Le grotesque chez Christian Prigent : une lecture de Grand-mère Quéquette et Demain je meurs, mémoire de master 2, Lettres, Université Rennes 2, 2012[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]