Christian Paradis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant québécois
Cet article est une ébauche concernant un homme politique québécois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Christian Paradis
Image illustrative de l'article Christian Paradis
Fonctions
Député de Mégantic—L'Érable
En fonction depuis le
Prédécesseur Marc Boulianne
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Thetford Mines, Québec
Parti politique Parti conservateur du Canada
Diplômé de Université de Sherbrooke

Christian Paradis, né le à Thetford Mines, est un avocat et un homme politique québécois. Il a été député à la Chambre des communes du Canada, représentant la circonscription de Mégantic—L'Érable sous la bannière du Parti conservateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Thetford Mines, il est diplômé à l'Université de Sherbrooke en droit civil et détient un diplôme de deuxième cycle en droit des sociétés de l'Université Laval. Il a fait son entré au barreau du Québec en 1997. Il est le fils de monsieur Pierre Paradis, également avocat.

Il préside la Chambre de commerce de l'amiante en 2004 et 2005.

Christian Paradis est marié à Julie Roberge depuis juin 2000 et est père de trois enfants.

Son élection s'inscrit dans la percée de Stephen Harper au Québec en janvier 2006. Le , il devient secrétaire d'État à l'agriculture. Le , deux ans seulement après son entrée en politique, il est promu au poste de ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux en remplacement de Michael Fortier. En , il a été nommé ministre responsable de la région de Montréal et lieutenant politique au Québec en remplacement de Lawrence Cannon.

Le , il a été nommé ministre responsable de l'industrie en remplacement de Tony Clement et demeure lieutenant politique au Québec[1].

En juillet 2013, M. Paradis devient ministre du Développement international et ministre responsable de la Francophonie[2].

Depuis janvier 2015, l'ex-ministre du gouvernement Harper occupe le poste de vice-président principal, développement stratégique des services de protection au Canada chez GardaWorld[3].

Réalisations et prises de position[modifier | modifier le code]

Accord avec Québec pour l’exploitation des hydrocarbures dans le St-Laurent - En mars 2011, à titre de ministre des ressources naturelles, le Ministre Paradis en compagnie de la Ministre québécoise des Ressources Naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau annonçaient que les gouvernements du Canada et du Québec avaient conclu un accord historique au sujet de la mise en valeur des ressources pétrolières et gazières du gisement Old Harry dans le golfe du St-Laurent. Le différend entre Ottawa et Québec perdurait depuis plus d’une dizaine d’années[4],[5],[6]. L’accord fût dénoncé par la Coalition Saint-Laurent, regroupant plusieurs groupuscules environnementalistes, alléguant que la nature secrète des négociations n’avait pas pu permettre la tenue d’un examen public approfondi[7].

En tant que ministre de l’industrie et donc responsable des télécommunications, le ministre Paradis a tenu tête à l’industrie des télécommunications en insistant sur la nécessité d’avoir quatre entreprises de télécommunications nationales afin de maintenir une compétition dans toutes les régions du pays. Il annonça en mars 2012 la levée des restrictions sur la propriété étrangère pour les plus petits joueurs du secteur des télécommunications sans fil puis, en mars 2013, il annonça la tenue de la vente aux enchères de fréquences de spectre qui fût organisée de façon que les enchères puissent permettre à la fois aux nouveaux venus et aux entreprises titulaires du sans-fil d'avoir accès aux fréquences du spectre[8],[9].

« Le 5 novembre 2014, à l’occasion d’une allocution présentée lors de l’assemblée générale annuelle du Réseau canadien sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, l’honorable Christian Paradis, ministre du Développement international et de la Francophonie, a lancé un appel de propositions destiné aux organisations canadiennes admissibles qui aidera le Canada à réaliser sa priorité absolue en matière de développement international : sauver la vie des femmes les plus vulnérables du monde et de leurs enfants.

Les fonds réservés aux initiatives découlant de l’appel de propositions visant à établir des partenariats pour renforcer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants sont de 370 millions de dollars, soit près de cinq fois plus que les ressources que le Canada a mises à la disposition de ses partenaires dans le cadre du Programme de partenariat sur l’Initiative de Muskoka. Ils serviront à financer des initiatives s’étalant sur une période pouvant atteindre cinq ans, qui contribueront à améliorer la santé des femmes et des enfants dans 40 pays en développement en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Les initiatives seront axées sur le renforcement des réseaux de la santé, la réduction du fardeau des maladies, l’amélioration de la nutrition ainsi que la responsabilisation à l’égard des résultats »[10].

Enquêtes et allégations[modifier | modifier le code]

Il est l'un des 17 députés conservateurs pointés par Élection Canada pour son implication dans la fraude pancanadienne de ce parti concernant leurs dépenses électorales des élections de 2006 (34 000 $). Le Parti Conservateur a décidé de ne pas porter la cause devant la Cour suprême et a remboursé la somme de 230 198 $[11] .

Le 3 juin 2010, la députée libérale Marlène Jennings, représentant la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce—Lachine, avait écrit à la commissaire afin de lui demander d’enquêter sur les allégations à l’effet que le ministre Paradis ait profité de sa charge pour favoriser un projet d’installation de panneaux solaires sur des édifices du gouvernement du Canada, présenté formellement par Rahim Jaffer, ancien député membre du Parti Conservateur.

Le 22 mars 2012, Mary Dawson, Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique rendait public le rapport de son enquête. Tout en reconnaissant que M. Paradis avait accordé un traitement plus favorable que ce qu’il aurait accordé à d’autres dans des circonstances semblables, et s’était placé en situation de conflit d’intérêts au sens des articles 7 et 6(1) de la Loi sur les conflits d’intérêts, la commissaire notait en égard à l’article 9 de la Loi que rien n’indique que « M. Paradis a influencé ou tenté d’influencer l’issue de la rencontre entre Green Power Generation et Travaux publics, ni qu’il s’attendait à un résultat en particulier à la suite de la rencontre. Il n’a ni demandé qu’on lui fasse le compte-rendu après la rencontre, ni entamé les démarches pour en faire le suivi. » En décrivant le traitement, la commissaire notait aussi  « que M. Paradis n’a accordé qu’un avantage procédural à M. Jaffer et à Green Power Generation Corporation »[12].

Fin de semaine de chasse[modifier | modifier le code]

Le réseau CTV rapportait en mars 2012 qu'à l'automne 2009, alors qu'il était ministre des Travaux publics, "Christian Paradis avait séjourné au gîte de l’homme d’affaires Marcel Aubut"[13] alors que ce dernier tentait à cette époque d'obtenir d'Ottawa du financement pour un nouvel amphithéâtre dans la ville de Québec. A la suite d'une demande du Parti Libéral du Canada, la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique avait ouvert une enquête. Il était allégué que M. Paradis avait accepté de façon inappropriée un séjour de chasse en cadeau de la part de M.Aubut.

Le 7 août 2013, après avoir enquêté afin d’établir si M. Paradis avait contrevenu à la Loi en acceptant l’invitation, la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique concluait dans son rapport qu’il n’y avait eu aucune contravention à la Loi sur les conflits d’intérêts[14].

Déménagement du centre d'Assurance emploi[modifier | modifier le code]

La Presse rapportait en février 2012 que le ministre Paradis était intervenu auprès d'une de ses collègues afin que le centre d'assurance emploi de Rimouski soit déménagé vers sa circonscription[15], dans les locaux d'un associé de sa famille dans le cadre de la réorganisation du traitement des demandes d'assurance emploi.

À la suite du reportage, le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron, s’était plaint auprès de la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, et avait demandé à ce qu’une enquête soit ouverte concernant les allégations. [16]

Après avoir fait enquête  relativement à la conduite du ministre Christian Paradis concernant ses interventions auprès de la ministre Diane Finley, alors ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, la commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique concluait le 3 décembre 2013 que celui-ci n’a pas contrevenu aux articles 8 ou 9 du Code régissant les conflits d’intérêts des députés , et qu’à titre de ministre, il n’a pas non plus contrevenu au paragraphe 6(1) ou à l’article 9 de la Loi sur les conflits d’intérêts, le blanchissant ainsi des accusations de mauvaise conduite[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quatre Québécois au nouveau conseil des ministres », La Presse,‎ (lire en ligne)
  2. « L'honorable Christian Paradis », sur parl.gc.ca (consulté le 1er avril 2015)
  3. « L'ex-ministre Christian Paradis chez GardaWorld »,‎
  4. « Old Harry: le PC va utiliser l’entente pour aider sa popularité lors d’élections », sur ledevoir.com (consulté le 1er avril 2015)
  5. « Gisement Old Harry : « Une entente historique » | ICI.Radio-Canada.ca », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 1er avril 2015)
  6. « Old Harry : La Coalition Saint-Laurent dénonce les négociations secrètes entre Ottawa et Québec », sur Fondation David Suzuki (consulté le 1er avril 2015)
  7. « Accord entre Québec et Ottawa sur le gisement Old Harry | Stéphanie Marin | Actualités », sur lapresse.ca (consulté le 1er avril 2015)
  8. « Un spectre de fréquence pour la téléphonie aux enchères | ICI.Radio-Canada.ca », sur radio-canada.ca (consulté le 1er avril 2015)
  9. « Ottawa vise plus de concurrence dans la téléphonie sans fil | ICI.Radio-Canada.ca », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 1er avril 2015)
  10. « Le gouvernement Harper augmentera le nombre de partenariats canadiens pour sauver la vie des mères et des enfants dans le monde entier », sur Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada,‎ (consulté le 7 mai 2015)
  11. « Le Parti Conservateur ne porte pas la cause devant la Cour Suprême, », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  12. Mary Dawson (Commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique), « Le Rapport Paradis », sur ciec-ccie.gc.ca,‎
  13. « Nouveau blâme en vue pour le ministre? », sur Le Huffington Post (consulté le 17 décembre 2015)
  14. « Pages - Communiqué 2013-08-07 », sur ciec-ccie.parl.gc.ca (consulté le 17 décembre 2015)
  15. « Christian Paradis accusé d'avoir favorisé un associé de son père », sur lapresse.ca,‎
  16. « Déménagement du centre d'assurance-emploi vers Thetford: une enquête est ouverte », sur lapresse.ca,‎
  17. « Un rapport d’enquête met en évidence le rôle des députés et des ministres », sur ciec-ccie.parl.gc.ca,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]