Christian Oster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oster (homonymie).
Christian Oster
Naissance 1949
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Prix Landerneau (2013) Prix Medicis 1999
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Christian Oster est un écrivain français, né à Paris en 1949.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir lu [réf. souhaitée] Le Chiendent de Raymond Queneau, Christian Oster se lance en littérature en écrivant des polars pour le Fleuve noir, dans les années 1980.

Il est connu pour être l'auteur de Mon grand appartement, récompensé en 1999 par le Prix Médicis, et d'Une femme de ménage (2001), adapté au cinéma par Claude Berri, tous deux parus aux éditions de Minuit.

Christian Oster publie régulièrement, aux éditions de l'École des Loisirs, des recueils de contes peuplés de loups, d'ogres et de princesses, mais aussi d'aliments variés et d'objets de la vie quotidienne du XXIe siècle. On y trouve de nombreux jeux de mots et un traitement ironique du langage.

Courants d'influence[modifier | modifier le code]

En plus de Raymond Queneau, Christian Oster est influencé par Jean-Patrick Manchette, auteur de polars dont il apprécie la liberté du style d'écriture. Un peu plus tard dans son parcours littéraire, il se verra affublé de l'étiquette d'écrivain « impassible », dont la froideur de la prose rappelle celle du Nouveau Roman. Actuellement, à défaut d'être encore empreint de l'impassibilité, le style de Christian Oster est défini comme libre et particulièrement porté sur le langage plutôt que sur l'histoire en elle-même.[Information douteuse] [?]

Style d'écriture[modifier | modifier le code]

Christian Oster s’intéresse peu aux conditions de production de ses textes littéraires mais essentiellement au style. Ses romans mettent en avant l’aspect descriptif laissant une place assez négligeable à l’action. L’unique péripétie est en fait celle du romancier qui se déplace dans l’écriture. Les personnages qu’il crée sont flous, leurs fonctions vagues, on ignore tout de leur physique. L’important reste que ses personnages soient porteurs d’une certaine éthique au delà, ou grâce à leur sentiment d’égarement. Au delà de l’errance du personnage principal, sorte d’anti héros, quelque chose de solide résiste, comme si au sein même de sa fragilité, la force naturelle de l’humanité tentait, maladroitement, de se frayer une voie.[Information douteuse] [?]

Thème de ses romans[modifier | modifier le code]

Ses romans traduisent presque tous, plus ou moins, les errances d'un homme seul sur le point de changer le cours de sa vie pour suivre et rencontrer une femme et ce qu'elle représente pour lui : le partage de deux solitudes, ou plus secrètement un désir d'absolu. Et c'est cet itinéraire, durant lequel il ne se passe en fait que peu de choses, que le narrateur va rendre captivant. Lire un roman de Christian Oster, c'est entrer de plain pied dans les méandres de la pensée du narrateur et y éprouver une jubilation inattendue.[Information douteuse] [?]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Aux éditions de Minuit[modifier | modifier le code]

Aux éditions de l'Olivier[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

  • La Pause du tueur, Fleuve Noir, coll. « Engrenage » no 97, 1984
  • Noctambule, Fleuve Noir, coll. « Engrenage » no 111, 1985
  • Le Fou sur la colline, Fleuve Noir, coll. « Engrenage » no 127, 1985

Ouvrages de littérature d'enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Vendanges Littéraires de Rivesaltes - Lauréats 2010 » (consulté le 10 septembre 2010)
  2. « Prix La Montagne-Terre de France à Christian Oster pour son livre”Rouler” » (consulté le 7 novembre 2011)
  3. https://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1145583
  4. Jean-Claude Lebrun, « Christian Oster En dérangement ? », sur humanite.fr, (consulté le 24 mai 2018) : « Une nouvelle fois, c’est l’art narratif raffiné de Christian Oster qui se donne à voir, se renouvelant pour mieux s’approfondir. ».

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]