Christian Merlhiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian Merlhiot est un réalisateur français né en 1963 à Niort.

Christian Merlhiot

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Merlhiot a suivi des études à l'École nationale supérieure d'art de Bourges de 1981 à 1987. En 1995, il a été pensionnaire à la Villa Medicis à Rome où il a réalisé son premier long-métrage : Les Semeurs de peste, sorti en salle en 2003[1],[2].

Érik Bullot a consacré à ses films un texte publié dans l’ouvrage collectif pointligneplan. Cinéma et art contemporain aux Éditions Léo Scheer (Fr-2002). Chez le même éditeur, un livre est consacré à l’ensemble de ses films, accompagné d’un texte de Fabien Danesi et d’une édition DVD de trois courts-métrages (Fr-2003).

Son film Silenzio, entièrement sans dialogues, a été tourné au Japon en 2004. Il est sorti en salle au printemps 2006.

En 2007, il a réalisé Rice Bowl Hill Incident dans le cadre d'un résidence d'artiste à Onomichi au Japon. Le film a ensuite été présenté dans différents festivals : Hiroshima Art Document, Hors Pistes au centre Pompidou, à Locarno et au Pera Müzesi Film Etkinlikleri d'Istanbul.

Il a réalisé avec Matthieu Orléan un Atelier de création radiophonique pour France Culture qui est ensuite devenu un film : Des Indes à la planète Mars, sorti en salle en 2008[3].

Son film intitulé Le procès d’Oscar Wilde a été distribué au printemps 2010. Ce film reprend une partie des minutes du procès qu'Oscar Wilde a intenté au Marquis de Queensbury pour diffamation. Refusant toute reconstitution historique, le réalisateur prend le parti d'un film-dispositif[4], à la mise en scène austère[5], dans lequel il sépare les dialogues : d'abord les paroles de la défense, ensuite les paroles d'Oscar Wilde. Ce film se verra comparé au cinéma des Straub ou de Marguerite Duras[6],[7].

En 2010, il a réalisé plusieurs courts métrages sur la danse. 4 courts métrages sont inclus dans une série intitulé "De la danse" en collaboration avec les chorégraphes Boris Charmatz, Daniel Larrieu, Mickael Phelippeau et Kentaro Sato. Un autre film, Ice Dream, réalisé avec Daniel Larrieu, a été tourné sur la banquise, sur la côte est du Groënland, dans le cadre d'un projet avec les Robinsons des glaces.

En 2011, il a été pensionnaire pendant 6 mois à la Villa Kujoyama à Kyoto. Il a rapporté de ce séjour au Japon un film intitulé Slow Life, sorti en avril 2013.

Son long métrage Je reviendrai comme un enfant est sorti en salle le 26 février 2014. Tourné à Igloolik (Nunavut) en 2009, il questionne la notion de transmission du Nom chez les Inuits, la présence des ancêtres, le mythe du changement de sexe à la naissance ("sipiniq")... Ce film est accompagné d'un court métrage d'animation, Ningiuq (L'Aînée), réalisé d'après un entretien avec la doyenne d'Igloolik.

Il a enseigné le cinéma et la vidéo dans plusieurs écoles d’art notamment à Angoulême, Nancy et Bourges. De 2002 à 2014, il a été responsable pédagogique du Pavillon Neuflize OBC, le laboratoire de création du Palais de Tokyo à Paris. Il est l’un des membres fondateurs du collectif pointligneplan. Depuis 2014, il dirige avec Sumiko Oé-Gottini la Villa Kujoyama, à Kyoto[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Christian Merlhiot, De la transposition, Éditions Léo Scheer. www.leoscheer.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]