Christian Maes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maes.
Christian Maes
Naissance
L'Isle-sur-le-Doubs
Activité principale accordéoniste
Genre musical musique traditionnelle, musique arabe, jazz
Instruments accordéon diatonique

Christian Maes, né le à L'Isle-sur-le-Doubs, est un accordéoniste français, spécialisé dans les musiques traditionnelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence par étudier la Musique irlandaise, d’abord en autodidacte, puis avec l’accordéoniste irlandais Martin O'Connor, ce qui se concrétise par une quatrième place au Fleadh Cheoil en Irlande. Dans les débuts 1980, une tournée en Algérie, dans le Mzab, avec la troupe de théâtre de l'ARETE à Besançon, dirigée par Madjid Madouche achève de l'ouvrir à d'autres styles musicaux.

Il s’intéresse à d’autres univers musicaux comme le rock ou la chanson auprès de Pascal Mathieu et Dupain, les musiques traditionnelles dans le cadre de son duo avec Emmanuel Pariselle, ou de la formation «Le Bal» (Coup de cœur de l'Académie Charles-Cros 2004). Avec le contrebassiste de jazz James Mac Gaw (Magma, One Shot), il fonde le Christian Maes Quintet, à la frontière des musiques du monde et du jazz. Il a également été accordéoniste dans le Van Gogh de Maurice Pialat (cf. la scène de bal au bord de l'Oise).

Son intérêt pour les musiques du Proche-Orient l’amène à créer un spectacle “Les Orientales” à Amman (Jordanie) et Beyrouth (Liban) en compagnie de musiciens orientaux et européens. En partenariat avec Georges Roux de la Maison Saltarelle, il élabore le premier accordéon diatonique à quart de ton.

Il est un des premiers a s'intéresser a l'électrification de l'accordéon diatonique, utilisation d'effets, saturations, samples, ouvrant ainsi de nouveaux horizons qu'il exploite en compagnie d'une groove box, de quelques samples et de Laurent Dacquay au sein d'Oyun.

Instruments[modifier | modifier le code]

Christian Maes utilise les instruments suivants :

  • mélodéon Marc Savoy en pour la musique québécoise ou irlando-américaine ;
  • accordéon diatonique deux rangs huit basses en si-do, modèle Nuage (Saltarelle) pour la musique traditionnelle française ;
  • accordéon diatonique deux rangs huit basses en dodièse–ré, modèle Nuage (Saltarelle) pour la musique traditionnelle irlandaise ;
  • accordéon diatonique deux rangs et demi douze basses en ré-rédièse, modèle Connemara (Saltarelle) pour la musique irlandaise ;
  • accordéon diatonique trois rangs douze basses en dodièse-ré-rédièse, modèle Laurentides (Saltarelle) pour les musiques improvisées et orientales ;
  • accordéon diatonique trois rangs douze basses en dodièse-ré-, modèle Laurentides (Saltarelle) pour les musique arabes, avec une 3e rangée proposant des quarts de ton.

Références scène[modifier | modifier le code]

Il s'est produit sur de nombreuses scènes et festivals, on peut citer : le festival interceltique de Lorient, le Trianon, le Casino de Paris, le Printemps de Bourges, les Francofolies ou le carrefour mondial de l’accordéon à Montmagny.

Formations[modifier | modifier le code]

Feule Caracal[modifier | modifier le code]

Il a entamé depuis 2013 une collaboration avec l'accordéoniste breton Janick Martin qui a débouché sur la création du trio Feule Caracal avec Étienne Gruel aux percussions, ainsi qu'un album en 2017.

Les Orientales[modifier | modifier le code]

Le projet Les Orientales est né d’une série de résidences de 2003 à 2006 Amman (Jordanie) et Beyrouth (Liban), en collaboration avec le CCCL et la Mairie d’Amman puis la Mission Culturelle Française au Liban, Christian Maes part à la rencontre de quatre musiciens jordaniens et d’un percussionniste libanais. Au fil des séjours ils imaginent un répertoire dont les influences nous entraînent dans les traditions musicales d’Asie Centrale et du Proche Orient. Les résonances du qanun se mêlent aux respirations de l’accordéon, aux accents des percussions et nous emmènent en Syrie, Tchétchénie, Turquie, Liban ou Azerbaïdjan. Un superbe voyage aux frontières de l’Orient et de l’Occident.

L'héritier de ce répertoire se retrouve aujourd'hui dans le trio Safar avec Abdelhalim Alkhatib (qanun et oud) et Étienne Gruel (percussions).

Line-up :

  • Christian Maes : accordéon diatonique et quart de ton.
  • Abdelhaleem Al Khatib : qanun.
  • Abdelrahman Al Khatib : chant, oud.
  • Maodez Arhant : flute.
  • Laurent Dacquay : saz.
  • Awad Ammad : rek.
  • Bijan Chemirani : zarb, udu.
  • Ronan Pellen : sarangi, cistre.
  • Thierry Bruneau : vielle à roue.
  • Nounours : trompette.
  • James Mac Gaw : contrebasse.
  • Sharif Al Khatib : violon.
  • Fahed Al Khatib : violoncelle.
  • Khaled Yacinne : percussions.

Oyun[modifier | modifier le code]

Groupe mélangeant musiques traditionnelles et musiques électroniques.

  • Oliver Pornin : violon, basse.
  • Christian Maes : accordeon quarts de ton.
  • Mathieu Valeyre : machines samples.

Christian Maes quintet[modifier | modifier le code]

Rencontre aux frontières du jazz et des musiques ethniques de l'Irlande a l'Orient.

  • Christian Maes : accordéon diatonique.
  • James Mac Gaw : contrebasse, arrangements.
  • Thierry Bruneau : vielle a roue.
  • Bernard Montrichard : guitares.
  • Daniel Jeand'heur: batterie.

Le Bal[modifier | modifier le code]

Formation dédiée a la musique a danser du Morvan, enregistré live à la salle des fêtes d'Anost (71) coup de cœur de l'académie Charles-Cros 2004.

  • Christian Maes : accordéon diatonique.
  • Sébastien Lagrange : accordéon chromatique.
  • Thierry Bruneau : vielle à roue.
  • Gaël Rutkowski : cornemuse.

Christian Maes / Emmanuel Pariselle[modifier | modifier le code]

Musiques et chansons pour deux accordéons diatoniques.

  • Christian Maes : accordeon diatonique.
  • Emmanuel Pariselle : accordéon diatonique, chant.

Hommage à John Kimmel[modifier | modifier le code]

Le trio rend hommage à John Kimmel, un des pionniers de la musique irlando-américaine à l'accordéon, ayant influencé à la fois le jeu de la communauté irlandaise d'Amérique du Nord et celui des musiciens québécois. L'album Un héritage fabuleux a reçu le Prix Mnémo en 2010[1].

  • Raynald Ouellet, Denis Pepin, Christian Maes : mélodéon.

Avec Luc Laroche[modifier | modifier le code]

Il a créé les groupes Rabaska et Frusque avec le chanteur québécois Luc Laroche, 1986 à 2000.

Création Sonore[modifier | modifier le code]

  • Habillage sonore du site archéologique européen de Bibracte (58) lors du Festival Repérages 2005[2].
  • Mise en son d’un parcours de cinq tableaux sonores stéréo sur le site archéologique de Bibracte.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière il a aussi collaboré avec : Marc Perrone, Bernard Lubat, Jasko Ramik (Serbie), Azziz Sahmaoui (Maroc), Scott Taylor (États-Unis), Dimitar Gougov (Bulgarie)[3], Suzanna Vaarkonii (Hongrie), Nadim Bawab, Mohamed Taha El Hayan, Hassan El Fakir (Jordanie), Amy Cann (États-Unis), Brahim Tounsi (Maroc), Manu Wandji (Cameroun), Sylvie Berger, Robert Amyot (Québec), Evelyne Girardon, Anna Marhad, Patrice Bailly.

Discographie[modifier | modifier le code]

À son nom[modifier | modifier le code]

En duo[modifier | modifier le code]

En groupe[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Participation a de nombreux albums dont :

  • Pierre Hervé, Raphaël Thierry et Bernard Jacquemin, Atout Vent, 1991 ;
  • Boris Megot, Ouaille, 1992 ;
  • Claire, La Belle Ivolle, 1993 ;
  • Daniel Vacheresse, Entre blues et valses, 1994 ;
  • Pascal Mathieu, En attendant des jours pires, 1995[4] ;
  • Dupain, Les Vivants, 2005.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Prix Mnémo 2010 : le double CD « John J. Kimmel, Un héritage fabuleux » », Guide Mnémo,‎ (lire en ligne)
  2. « Programmation du festival Repérages »,
  3. « Trois jours de musique pour un accordéon universel », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  4. Prix Charles-Cros, Félix Leclerc (Québec) et Paris d'Inter.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Ribouillault, « Christian Maes: Les (dia)toniques enjambées... », Trad Magazine, no 78,‎ .
  • Claude Ribouillault, « Les Orientales. Autour de Christian Maes et de musiciens jordaniens », Trad Magazine, no 97,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]